Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 598.18 PTS
+0.56 %
5 601.0
+0.78 %
SBF 120 PTS
4 428.16
+0.61 %
DAX PTS
13 335.68
+0.37 %
Dow Jones PTS
29 910.37
+0.13 %
12 258.21
+0.87 %
1.196
+0.02 %

Bilan hebdo : le CAC40 reprend 1,4% après la BCE et les 'fusacqs'

| Boursier | 702 | Aucun vote sur cette news

Le CAC40 reste englué dans la zone des 5...

Bilan hebdo : le CAC40 reprend 1,4% après la BCE et les 'fusacqs'
Credits Reuters

Le CAC40 reste englué dans la zone des 5.000 points. Fort d'un gain de 1,39% sur cinq séances (5.034 pts), l'indice parisien a effacé ses pertes de la semaine précédente et plutôt bien résisté aux prises de bénéfices appuyées qui ont eu lieu à Wall Street ces derniers jours. La purge a d'ailleurs principalement frappé les grandes valeurs technologiques américaines sur fond de craintes de survalorisation... Certains investisseurs considèrent toutefois ce mouvement comme sain après le rebond spectaculaire observé depuis mars, qui a porté le S&P-500 et le Nasdaq à des niveaux historiques. Le CAC40 va, pour sa part, prochainement évoluer puisque le groupe hôtelier Accor sera remplacé par Alstom à compter du 21 septembre.

Les opérations financières sont de retour en Europe. Après l'annonce de discussions entre Caixabank et Bankia en Espagne, Next Private, contrôlé par Patrick Drahi, a annoncé le lancement d'une OPA sur Altice Europe afin de sortir la maison-mère de SFR de la cote, et Euronext négocie le rachat de Borsa Italia avec le soutien de la CDC italienne.

Les Banques centrales sont également revenues à la une de l'actualité avec la réunion de rentrée de la BCE. Sans surprise, l'Institution européenne a laissé sa politique monétaire inchangée. Très attendue sur l'évolution de l'euro après la récente appréciation de la devise unique, Christine Lagarde a simplement indiqué que le Conseil des gouverneurs avait discuté de l'évolution de l'euro, mais l'opinion générale est qu'il n'y a pas de raison de réagir de manière excessive à cette récente hausse.

Sur le front sanitaire, le bilan de l'épidémie du nouveau coronavirus continue à gonfler. Selon l'Université Johns Hopkins, 28,2 millions de cas ont désormais été confirmés au niveau mondial, dont 6,4 millions aux Etats-Unis, 4,56 millions en Inde et 4,24 millions au Brésil. 910.157 décès sont recensés dans le monde depuis l'émergence du virus, dont 191.791 aux Etats-Unis. Cette poursuite de la pandémie laisse craindre de nouvelles mesures de confinement plus ou moins généralisées, et pourrait mettre un peu plus à mal la reprise économique.

LES VALEURS

* Altice Europe s'envole de 21%. Next Private, contrôlé par Patrick Drahi, va lancer une OPA sur la maison-mère de SFR à hauteur de 4,11 euros par titre en numéraire, matérialisant une prime de près de 24%. L'offre valorise le solde du capital d'Altice qu'il ne détient pas environ 2,5 milliards d'euros et l'ensemble du groupe 4,9 MdsE. Le Conseil d'Altice estime que la proposition est dans le meilleur intérêt de toutes les parties prenantes de l'entreprise et soutient totalement et unanimement cette offre qui devrait être finalisée au premier trimestre 2021. Patrick Drahi soutient pleinement la stratégie à long terme du groupe. Avec Altice Europe, ils estiment qu'un retrait de la cote renforcera la capacité d'exécution de la stratégie de la firme sur le long terme.

* Chargeurs flambe de 16,8%. Le spécialiste de la fabrication de films de protection des surfaces, de produits techniques et textiles a vu son EBITDA être multiplié par plus de deux au premier semestre, à 71,2 millions d'euros, pour un chiffre d'affaires de 518,5 millions d'euros, en croissance de 59% (+54,4% en organique). Cette performance remarquable est portée par les ventes de Chargeurs Healthcare Solutions au 2ème trimestre, qui atteignent 253,9 millions d'euros, essentiellement réalisées en Europe. Le résultat net atteint 28,9 millions d'euros contre 8,3 ME un an plus tôt, dont 29 ME en résultat net part du Groupe, tiré par la forte augmentation du ROPA.

* Ubisoft s'adjuge 12,8%. Le flux acheteur sur l'éditeur de jeux-vidéo est à relier à une note de Jefferies qui est passé à l''achat' sur le dossier en visant 86 euros, contre 74 euros précédemment. Le scandale de ''comportements toxiques'' au sein du groupe ne s'est pas étendu à la famille fondatrice Guillemot et aucun litige important ou boycott n'a eu lieu à la suite de cette affaire, indique le broker. De plus, les réponses d'Ubisoft et les licenciements qui ont découlé de cette histoire "semblent appropriés". Du côté de l'activité, l'engagement et le sentiment envers les principaux jeux existants et les prochaines sorties semblent. "Les bonnes nouvelles sont ignorées par le marché", affirme simplement le courtier, qui voit une opportunité à saisir avec la récente sous-performance du titre.

* Scor s'envole de 11,4%, les investisseurs saluant le point sur l'activité du réassureur et le relèvement de certaines prévisions pour 2021. "Sur la base des données disponibles, des informations communiquées par ses clients à ce jour et des résultats des modèles, les déclarations de sinistres en réassurance vie apparaissent plus favorables qu'attendu et que celles enregistrées dans les comptes du premier semestre 2020. Les déclarations de sinistres en réassurance de dommages et de responsabilités se développent comme prévu", a précisé la Scor à l'occasion de sa journée annuelle dédiée aux investisseurs. UBS ('acheter') juge le message positif et voit un potentiel haussier important pour le titre par rapport aux niveaux de valorisation déprimés actuels.

* Soitec grimpe de 9,7%. JP Morgan a repris la couverture du dossier à 'surpondérer' avec un objectif de cours de 145 euros.

* Coface gagne 9,1% dans le sillage de la Scor. Le réassureur a par ailleurs annoncé le remplacement de François Riahi par Nicolas Namias au poste de président du conseil d'administration.

* Plastic Omnium avance de 7,7%. L'équipementier automobile a remporté un contrat pour développer et produire les systèmes de stockage d'hydrogène du constructeur de poids lourds néerlandais VDL, dans le cadre du projet européen H2HAUL, destiné à déployer une mobilité zéro émission par hydrogène dans le domaine du transport routier.

* M6 progresse de 7,4%. La valeur a été soutenue par les dernières déclarations de Nicolas de Tavernos. Dans un entretien accordé au 'Journal du Dimanche', le patron du groupe audiovisuel affirme que les opérateurs de télévision en France et en Europe doivent fusionner ou former des alliances pour faire face à la concurrence croissante des plateformes de streaming telles que Netflix. La coopération entre les grandes chaînes de télévision est le sujet des cinq prochaines années, et un changement de la réglementation française et européenne est nécessaire pour cela, a souligné le dirigeant à l'hebdomadaire. "Je dis simplement que si la France veut résister à la compétition internationale, des regroupements nationaux sont désormais inévitables. C'est ma conviction". Le dirigeant prenant soin de préciser qu'il n'y avait actuellement aucun plan pour un rapprochement entre M6 et TF1.

* Peugeot avance de 6,1%, bien aidé par une étude d'analyste. Bank of America a en effet repris la couverture du titre avec un objectif de 23 euros. Le marché est globalement positif sur le dossier puisque, selon le consensus 'Bloomberg', 13 analystes sont à l''achat', 1 à 'conserver' et 4 à 'vendre'.

* Akka Technologies (+5,1%) après la publication de comptes semestriels meilleurs qu'anticipé par les analystes. Sur les six premiers mois de l'année, le groupe d'ingénierie et de conseil en technologies a essuyé une perte nette de 57,4 millions d'euros pour un chiffre d'affaires de 778 ME, en baisse de 12,7%, soit 20,3% sur une base organique. Le chiffre d'affaires devrait continuer de s'améliorer progressivement au cours du second semestre. Après un point bas d'activité atteint au cours du deuxième trimestre de l'année, le management s'attend à ce que la reprise graduelle se poursuive au cours du semestre. Le chiffre d'affaires du T3 2020 devrait s'améliorer séquentiellement et le T4 2020 devrait être sensiblement plus élevé que le T3. Le résultat opérationnel d'activité devrait être positif en 2020, grâce à l'engagement continu des clients et aux mesures mises en oeuvre à partir du premier semestre.

* Euronext s'adjuge 3%. À la suite des multiples bruits de couloirs relatifs à une offre à venir d'Euronext sur la Bourse de Milan, l'opérateur boursier continental confirme être actuellement en pourparlers avec la Cassa Depositi e Prestiti pour soumettre une offre au London Stock Exchange pour l'acquisition des activités et des principaux actifs opérationnels de Borsa Italiana. "Une nouvelle annonce sera faite le cas échéant", indique simplement Euronext. Selon les sources de 'Bloomberg', la proposition d'Euronext pourrait valoriser Borsa Italiana entre 3,5 et 4 milliards d'euros. Compte tenu du poids politique du dossier, Euronext aurait accepté de faire équipe avec la Caisse des Dépôts transalpine, qui obtiendrait une participation d'environ 8% dans Euronext si l'opération venait à réussir.

A l'inverse, * Europcar chute de 42,8%. Le groupe a annoncé son intention d'ouvrir des discussions avec ses créanciers en vue de restructurer sa dette face à la lenteur de la reprise des locations de voitures dans un contexte de remontée des cas de coronavirus, notamment en France. Le spécialiste de la location de voitures avait déclaré fin juillet étudier toutes les options concernant sa structure de capital et de liquidités après avoir creusé ses pertes au deuxième trimestre face au plongeon des locations provoqué par les mesures de confinement.

* TechnipFMC plonge de 11,8% dans le sillage des cours du brut.

* Vallourec recule encore de 9,6%. La firme a lancé le 2 septembre une consultation des porteurs de ses obligations soumises au droit américain et venant à maturité en 2022 et en 2023. L'objectif de cette consultation est d'obtenir l'accord à la majorité requise des porteurs de chacune des émissions obligataires concernées afin que Vallourec puisse demander si elle le souhaite la nomination d'un mandataire ad hoc sans que cette démarche constitue un cas de défaut. Le management a décidé de reporter la date d'expiration de cette consultation du 11 septembre au 17 septembre (17h heure de Londres).

* Verallia décroche de 8,4%. Une baisse logique alors que Horizon Investment Holdings a cédé 7,7 millions de titres, soit 6,2% du capital du verrier, via un placement privé. Les actions ont été placées à hauteur de 24 euros, permettant à Horizon Investment de lever 185 ME. Ce dernier voit sa participation ramenée à 46,9% à la suite de cette opération.

* Haulotte Group chute de 7,8% après la publication d'une perte semestrielle de 9,4 ME. Fortement pénalisé par la crise liée au Covid-19, le constructeur d'engins de travaux publics, de machines d'élévation de personnes et de charges a vu son chiffre d'affaires fondre de 35% sur la première partie de l'année à 222,7 millions d'euros, avec une baisse de -50% sur le 2e trimestre. Dans un environnement très incertain, où le manque de visibilité reste une réalité, Haulotte prévoit une baisse de ses ventes de -25% à -30% en 2020 et un résultat opérationnel courant (hors gains et pertes de change) qui devrait rester positif sur l'année.

* Beneteau (-6,8%) a présenté ses actions conduites au plan mondial en vue de réduire ses capacités de production et ses coûts. Beneteau estime que dans l'environnement économique actuel fortement dégradé, les segments de la voile et du moteur inboard pourraient connaître des baisses de volumes comparables à celles de la crise de 2008/2009, qui ne seraient pas compensées par une croissance des marchés liés à la navigation de proximité (dayboating). En synthèse, pour l'ensemble du groupe, ces mesures se traduiraient par la fermeture, la cession ou la mise en sommeil de 5 sites sur 24 et une réduction des effectifs comprise entre 710 et 1.390 personnes (dans le cas où l'accord APLD serait validé en France) sur les 8.361 salariés qui étaient présents dans le groupe au 31 août 2019.

* CGG trébuche de 3,4%. Frappé de plein fouet par le plongeon du brut en début d'année, le groupe parapétrolier a accusé de nouvelles lourdes pertes au deuxième trimestre alors que sa capitalisation boursière a fondu de près de 80% depuis le premier janvier. Le management avait renoncé début avril à ses objectifs financiers pour l'année en cours et pour 2021. Dans un contexte très incertain, les clients de la société, principalement les compagnies pétrolières et gazières, réduisent fortement leurs dépenses d'investissement. Au grand dam de CGG.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

Suivez la tendance avec
Nicolas PAGNIEZ,

du lundi au vendredi à 9h55, 12h30, 14h55 et 18h30 sur

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 27/11/2020

Lors de sa réunion du 26 novembre, le Conseil d'administration a pris acte du départ de Monsieur Géry Robert-Ambroix en qualité de Directeur Général...

Publié le 27/11/2020

Touax a procédé au rachat et à l'annulation d'une partie des titres super-subordonnés à durée indéterminée (TSSDI) émis en août 2013, novembre 2013 et...

Publié le 27/11/2020

Le conseil d’administration de la Compagnie des Alpes envisage qu’à l’expiration du mandat de PDG de Dominique Marcel, la présidence du conseil d’administration et la direction générale…

Publié le 27/11/2020

Le groupe de médias ADL Partner a réalisé au troisième trimestre 2020 un chiffre d’affaires de 34,2 millions d'euros, en croissance de 3,2% par rapport à la même période de 2019, pour un…

Publié le 27/11/2020

Touax SCA a annoncé avoir procédé au rachat et à l’annulation d’une partie des titres super-subordonnés à durée indéterminée (TSSDI ) émis en août 2013, novembre 2013 et mai 2014, pour…

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne