En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 871.91 PTS
+1.21 %
5 870.5
+1.26 %
SBF 120 PTS
4 623.22
+1.1 %
DAX PTS
13 166.58
+0.86 %
Dow Jones PTS
28 015.06
+1.22 %
8 397.37
+1.07 %
1.106
+0. %

Bilan hebdo : le CAC40 progresse encore

| Boursier | 650 | Aucun vote sur cette news

Au terme d'une semaine encore riche en publications d'entreprises et en records à Wall Street, le CAC40 s'est offert un nouveau gain de 0,85% à 5...

Bilan hebdo : le CAC40 progresse encore
Credits Reuters

Au terme d'une semaine encore riche en publications d'entreprises et en records à Wall Street, le CAC40 s'est offert un nouveau gain de 0,85% à 5.939 points ce vendredi soir, sur ses meilleurs niveaux annuels qui correspondent aussi aux sommets de l'année 2007.
L'impulsion est donc encore venue des Etats-Unis, sur fond d'évolution favorable des négociations commerciales sino-américaines qui pourraient bientôt (partiellement) se conclurent. Le DJIA grimpe ainsi ce vendredi au plus haut à 27.899 pts, le S&P500 à 3.110 pts et le Nasdaq pointe à 8.525 pts.

ECO ET DEVISES

Les espoirs portent donc une nouvelle fois sur les (éternelles) négociations commerciales sino-américaines, le conseiller économique de la Maison blanche Lawrence Kudlow ayant insisté sur le bon déroulement des échanges... Kudlow juge donc que les deux superpuissances "se rapprochent" d'un accord. Wilbur Ross, le Secrétaire au Commerce du gouvernement américain, a aussi précisé que les deux parties poursuivaient le travail et peaufinaient les détails de l'accord.

L'euphorie de Wall Street a de nouveau été saluée par Donald Trump jamais avare d'un tweet triomphant : "Un autre Record pour le Marché Boursier, le 21ème cette année, malgré une Chasse aux Sorcières en cours & totalement infondée, & un Parti Démocrate qui aimerait voir une belle, grosse et juteuse récession. En réalité, le potentiel pour les États-Unis est illimité", a lancé Trump vendredi sur Twitter.

L'économie chinoise continue de ralentir

En attendant, l'économie chinoise a donné jeudi de nouveaux signes de faiblesse. La production industrielle a ainsi progressé de 4,7% en octobre en rythme annuel, alors que les économistes interrogés par 'Reuters' anticipaient en moyenne une hausse de 5,4%. Les ventes de détail ont augmenté de 7,2% en octobre sur un an, contre +7,9% attendu.
La production industrielle a progressé de 4,7% en octobre en rythme annuel, contre +5,5% attendu. Et la croissance des investissements en actifs immobilisés a ralenti à 5,2% sur les dix premiers mois de l'année pour tomber à un plancher historique, alors que les économistes s'attendaient à une hausse de 5,4%.
Victime collatérale de la guerre commerciale, le Japon a vu sa croissance ralentir au 3e trimestre à son rythme le plus faible depuis un an, sous l'effet d'un déclin des exportations et d'une consommation atone. Le PIB nippon n'a progressé que de 0,2% en rythme annualisé en juillet-septembre, contre une hausse de 1,8% au 2e trimestre.

Jerome Powell ne voit pas de récession à l'horizon aux Etats-Unis

Aux Etats-Unis, où la croissance a ralenti en 2019, le président de la Fed, Jerome Powell, s'est voulu assez rassurant. Auditionné jeudi pour le 2e jour devant le Congrès américain, le patron de la banque centrale américaine a répété que la croissance économique était "durable", ajoutant que la Fed ne comptait plus réduire ses taux directeurs, après trois baisses d'un quart de point réalisées depuis juillet.
"Nous prévoyons la poursuite d'une croissance modérée" a ainsi déclaré M. Powell devant la commission du budget de la chambre des représentants. "L'économie américaine est l'économie star ces derniers temps. Il n'y a pas de raison de penser (...) que la probabilité d'une récession est très élevée à cet instant".
Alors que l'économie américaine se trouve dans sa 11e année consécutive de croissance (la plus longue expansion de son histoire), "nous croissons aux environs de 2%, plus vite qu'aucune autre économie avancée. Il n'y a pas de raison que cela ne continue pas", a estimé le patron de la Fed. Selon lui, les marchés financiers ne sont pas dans une situation dangereuse. Il ne constate ainsi "pas d'accumulation généralisée d'un endettement excessif dans l'économie, qui serait inquiétant du point de vue de la stabilité financière" du pays.
Dans ses dernières projections, réalisées en septembre dernier, la Fed table sur une croissance du PIB des Etats-Unis de 2% en 2020 et de 1,9% en 2021, des prévisions qui coïncident globalement avec celles de économistes. Selon le consensus compilé par 'Bloomberg', ces derniers prévoient en moyenne une croissance de 1,8% en 2020, puis de 1,9% en 2021.

L'Europe limite la casse

Les chiffres du PIB en Europe ont confirmé le ralentissement conjoncturel, tout en évitant les mauvaises surprises... Ainsi, l'Allemagne a évité la récession technique en affichant une très légère croissance de son PIB (+0,1%) au 3e trimestre, après un recul de 0,2% au 2e trimestre. Les économistes avaient anticipé deux trimestre consécutifs de recul du PIB (-0,1% attendu au 3e trimestre), mais la consommation s'est révélée plus solide que prévu en Allemagne.
Dans la zone euro (ZE19), le PIB a augmenté de 0,2%, en ligne avec les attentes de marché, et il a crû de 0,3% dans l'UE28 par rapport au trimestre précédent, selon Eurostat, l'office statistique de l'Union européenne. Au 2e trimestre, le PIB avait augmenté de 0,2% tant dans la zone euro que dans l'UE28.
L'euro se cale sur les 1,1050/$, tandis que le Brent pointe à 63$ le baril.

LES VALEURS

AB Science : +30%. L'étude de phase 3 (AB07015) d'AB Science SA, évaluant le masitinib administré par voie orale dans le traitement de l'asthme sévère non contrôlé par les corticoïdes oraux, a atteint en effet son objectif principal. Le critère d'évaluation principal prédéfini dans le protocole de l'étude était le taux d'exacerbation de l'asthme sévère. Les résultats sur le critère d'évaluation principal sont confirmés par toutes les analyses de sensibilité prédéfinies, ce qui indique que ces résultats sont cohérents et robustes. "Nous sommes très heureux de ces résultats positifs qui suggèrent que le masitinib pourrait être une nouvelle option de traitement par voie orale dans cette population difficile à traiter, notamment l'asthme sévère avec éosinophiles", a déclaré Lavinia Davidescu, MD, PhD, investigateur coordonnateur principal de l'étude.
L'asthme non contrôlé par les corticostéroïdes oraux représente la forme la plus sévère d'asthme (patients non contrôlés dans la catégorie V du GINA) et présente un besoin médical non satisfait important. La qualité de vie de ces patients est sévèrement dégradée, avec une réduction importante de la fonction pulmonaire, des restrictions des activités de la vie quotidienne, un absentéisme au travail, des réveils nocturnes survenant plusieurs fois par semaine, de fréquentes exacerbations de l'asthme et un risque accru d'exacerbations mortelles de la maladie.
L'étude de phase 3 (AB07015) est une étude prospective, multicentrique, randomisée, en double-aveugle, contrôlée par placebo, en deux groupes parallèles, qui vise à évaluer la tolérance et l'efficacité du masitinib à la dose de 6 mg/kg/jour contre le placebo, chez les patients présentant un asthme permanent sévère non contrôlé par les corticoïdes oraux. L'étude a recruté 355 patients éligibles. Le critère d'évaluation principal prédéfini dans le protocole était le taux d'exacerbation de l'asthme sévère (c'est-à-dire le nombre d'exacerbations de l'asthme sévère divisé par le temps sous traitement durant toute la durée du protocole).
La période de protocole comprend la période principale (du moment où le patient entre dans l'étude jusqu'à la semaine 36) ainsi que la période d'extension (après la semaine 36, les patients pouvaient poursuivre le traitement dans leur bras de traitement d'origine sans levée de l'aveugle). Le temps sous traitement durant toute la durée du protocole était bien équilibré entre les 2 bras de traitement.
Une seconde étude de phase 3 (AB14001) est en cours dans l'asthme avec le masitinib. Il s'agit d'une étude de phase 3 prospective, multicentrique, randomisée, en double-aveugle, contrôlée par placebo, en 2 groupes parallèles, qui vise à évaluer la tolérance et l'efficacité du masitinib chez les présentant un asthme sévère non contrôlé par des corticostéroïdes inhalés et avec niveau élevé d'éosinophilie. Le critère principal de l'étude est le taux d'exacerbations sévères de l'asthme sur la période d'exposition. Les résultats de l'étude sont attendus au 1er semestre 2020.
AB Science avait annoncé par ailleurs plus tôt cette semaine que la molécule AB8939 avait obtenu la désignation de médicament orphelin auprès de la FDA américaine, dans le traitement de la leucémie myéloïde aiguë. Le bureau de Développement des Médicaments Orphelins de la FDA examine les demandes de désignation de médicament orphelin afin de soutenir le développement de médicaments pour les populations de patients délaissées, ou de troubles rares qui affectent moins de 200.000 personnes aux États-Unis. La désignation de médicament orphelin confère à la société une période de sept ans d'exclusivité commerciale aux Etats-Unis pour la molécule AB8939, si elle est approuvée par la FDA pour le traitement de la leucémie myéloïde aiguë. La désignation de médicament orphelin permet à l'entreprise de déposer des demandes de financement de recherche pour des études cliniques de phase 1 et 2 et de crédit d'impôt pour certaines dépenses de recherche. Elle permet également une dérogation aux frais d'utilisation des médicaments sur ordonnance de la FDA, ainsi qu'un processus réglementaire potentiellement accéléré dans le cas où un examen prioritaire ou la désignation de traitement novateur sont accordés.

EOS Imaging : +20% avec Iliad (+20% aussi) qui a lancé une offre de rachat partielle de ses titres à 120 euros pour 1,4 milliard d'euros. L'offre sera intégralement financée par une augmentation de capital au même prix et de même montant que l'OPRA ouverte à tous les actionnaires d'Iliad et garantie par Xavier Niel.
L'OPRA d'un montant maximum de 1,4 milliard d'euros portant sur 11.666.666 actions (19,7% du capital) au prix de 120 euros par action, "permettra aux actionnaires de la société qui le souhaitent de bénéficier d'une opportunité de liquidité avec une prime significative de 38% sur la moyenne pondérée par les volumes de l'action Iliad sur trois mois".
Xavier Niel n'apportera pas ses actions à l'OPRA... Une augmentation de capital de même montant que l'OPRA ouverte à tous les actionnaires d'Iliad et garantie à 100% par Xavier Niel viendra ainsi financer intégralement l'OPRA.

2CRSI : +17%. 2CRSi grimpe après l'acquisition de Boston Limited, référence mondiale dans l'intégration, le marketing et la commercialisation d'équipements informatiques bénéficiant des technologies les plus avancées du marché. Avec cette opération, 2CRSi franchit une étape clé dans son développement et élargit considérablement ses positions à l'international. Au-delà des complémentarités géographiques, le nouvel ensemble va bénéficier de fortes synergies commerciales et d'importantes économies d'échelle.
Ce rapprochement s'appuie sur les relations de longue date entre les deux groupes et leurs dirigeants. Au-delà de cette connaissance commune, la complémentarité des expertises de 2CRSi (concepteur et fabricant) et Boston Limited (intégrateur et distributeur à valeur ajoutée) a été au coeur de cette opération. L'intégration de Boston Limited permet de créer un acteur majeur du secteur, disposant d'une capacité démultipliée sur le plan commercial et marketing, en termes d'approvisionnement et d'innovation technique. Ceci permettra aux deux groupes d'améliorer leurs marges grâce à la mise en commun de ces ressources.
Groupe familial créé au Royaume-Uni en 1992, Boston Limited s'appuie sur 170 collaborateurs et a dégagé sur son exercice 2018-2019 (1er mars 2018 - 28 février 2019), un chiffre d'affaires consolidé de 89,5 millions de GBP, pour un Ebitda de 2 M£. Au cours du 1er semestre 2019 (1er mars - 31 août 2019), le chiffre d'affaires de Boston Limited s'est élevé à plus de 41 M£, pour un Ebitda de 2 M£.
Cette acquisition est "conforme à ce que l'on attendait" commente Portzamparc qui "salue sa réalisation"... Elle apporte un canal de vente et une force commerciale de premier plan avec des synergies de rentabilité évidentes, estime l'analyste qui apprécie aussi l'option long terme de rachat du solde du capital (jusqu'en 2029). De quoi rester acheteur sur le dossier en visant un cours de 8,30 euros.
L'acquisition permet en effet à 2CRSi d'élargir son potentiel de croissance sur de nouveaux marchés et de franchir une étape importante dans sa stratégie de diversification de sa base clients. En contrepartie, Boston Limited, dont la marque et l'activité commerciale perdureront, bénéficiera de l'élargissement de son catalogue aux produits les plus innovants de 2CRSi tels que Octopus, Atlantis, ou encore les Embedded Solutions et Edge Computers "TranquilPC". Cette évolution favorable du mix produits vers des équipements plus rentables constituera un levier d'appréciation des marges qui profitera au nouvel ensemble.
2CRSi devient actionnaire à hauteur de 70% de Boston Limited et disposera du contrôle financier total de l'entreprise selon les règles IFRS. Le prix de base de la transaction est confidentiel. A celui-ci pourront s'ajouter des compléments de prix au profit des actionnaires historiques conditionnés à l'atteinte d'objectifs d'Ebitda pour les exercices 2020 à 2023.
Le contrat prévoit une option permettant l'achat du solde de la participation minoritaire de 30% de Boston Limited ; cette option pourra être exercée jusqu'en novembre 2029.
L'acquisition sera financée grâce à un prêt moyen terme, faisant partie d'un financement structuré syndiqué par BNP Paribas auprès d'un pool bancaire, et pour une partie marginale sur fonds propres.
La réalisation de l'opération reste soumise à des conditions suspensives parmi lesquelles la finalisation de la documentation définitive.
2CRSi proposera lors de l'Assemblée Générale Extraordinaire du 19 décembre 2019 le changement de la date de clôture de son exercice social pour le porter du 31 décembre au 28 février. Ce changement permettrait d'aligner l'arrêté des comptes avec celui de Boston Limited et de présenter une situation plus conforme à la saisonnalité de l'activité traditionnellement forte sur les derniers mois de l'année.
Les trois prochains mois seront consacrés au partage d'expertises entre les équipes, la valorisation des synergies commerciales, la définition du plan de marche commun et la promotion du nouvel ensemble auprès des clients des deux entreprises.
En début d'année 2020, 2CRSi sera en mesure de communiquer une feuille de route révisée pour le nouvel ensemble, tant en termes de niveau d'activité que de rentabilité...

Akwel : +10%. L'équipementier automobile Akwel grimpe après avoir fait part d'un chiffre d'affaires de 259,8 millions d'euros pour le troisième trimestre 2019, en hausse de +8% et +6,6% à périmètre et taux de change constants.
Au-delà de la bonne dynamique d'activité enregistrée depuis le début de l'année, Akwel a précisé que sa performance du troisième trimestre avait bénéficié également pour partie du décalage de livraisons observé en fin de second trimestre, avec la volonté de certains clients de limiter leurs stocks à fin juin. Sur les 9 premiers mois de 2019, Akwel a enregistré ainsi une progression de chiffre d'affaires de +4,3% à périmètre et taux de change constants à 826,3 ME. Cette performance est à mettre en perspective d'un environnement automobile mondial toujours difficile, avec une baisse des volumes produits de l'ordre de -7%. Akwel a confirmé l'ensemble de ses objectifs pour les exercices 2019 et 2020 : progression du chiffre d'affaires, progression du résultat opérationnel et retour à un free cash-flow positif en 2019, chiffre d'affaires de l'ordre de 1,2 milliard d'euros en 2020.
Portzamparc parle de "plusieurs bonnes surprises" avec des indicateurs opérationnels "qui vont dans le bon sens et qui rassurent sur la capacité à conserver des fondamentaux solides dans un marché automobile sans grande visibilité".
Pour l'analyste, qui anticipe une croissance de 8% au T4, "le momentum devrait continuer à progressivement s'améliorer avec une base de comparaison plus favorable sur la fin de l'année". De quoi revoir en hausse son avis de 'conserver' à 'renforcer' et viser non plus 18 euros, mais un cours cible de 22 euros.

Nanobiotix : +8% avec Gensight et Maisons du Monde

Devoteam : +6% suivi de Verallia, Esso, AKKA

Kering : +4%, tandis que Gucci a globalement rassuré les opérateurs au troisième trimestre malgré les inquiétudes venues de Hong Kong... Si la marque phare italienne de Kering a vu sa croissance ralentir, elle a néanmoins réalisé une performance nettement supérieure aux attentes des analystes avec une croissance organique de 10,7% contre 8,9% de consensus de marché. Gucci est parvenu à compenser partiellement l'impact des troubles à Hong Kong, où les marques de luxe ont été contraintes de fermer des magasins lors des manifestations antigouvernementales. Elle a mieux résisté que d'autres marques de Kering, comme Saint Laurent, grâce à son important réseau de magasins en Chine continentale notamment, a expliqué le directeur financier de Kering Jean-Marc Duplaix.
Parmi les dernières notes de brokers, Exane BNP Paribas est passé de 'neutre' à 'surperformance' en ciblant un cours de 605 euros. Pour Bryan Garnier, l'activité est restée bien orientée en Europe de l'Ouest, aidée par l'augmentation des flux touristiques compte tenu de la faiblesse de l'euro. La dynamique de la zone 'APAC' est restée forte et plus élevée que prévu malgré les bouleversements sociaux à Hong Kong, selon le courtier, toujours à l''achat' sur la valeur.
Parmi les autres notes d'analystes, AlphaValue reste aussi à l'achat sur le dossier avec un objectif à 644 euros, la SG est aussi acheteuse avec un cours cible de 635 euros, enfin RBC est à "surperformer" en visant 590 euros.

Stef : +3% avec Essilor, Dior et Air France KLM

Colas : +2% suivi de Crédit Agricole, SoiTec, M6 et Airbus

A la baisse, Eramet cède 13%. Eramet a annoncé le lancement d'une offre de rachat en numéraire portant sur son emprunt obligataire d'un montant de 525 millions d'euros, dont le montant nominal actuellement en circulation est de 460,1 millions d'euros, et venant à échéance en novembre 2020 (ISIN : FR0011615699), émis en deux tranches le 6 novembre 2013 et le 14 mai 2014 respectivement et admis aux négociations sur le marché réglementé d'Euronext Paris, dans la limite d'un montant maximal de 300 millions d'euros (hors intérêts courus). Le groupe a aussi l'intention de procéder à une nouvelle émission obligataire libellée en euros d'un montant minimum de 300 millions d'euros concomitamment à l'offre de rachat. L'offre de rachat est faite selon les termes et sous réserve des conditions décrites dans le Tender Offer Memorandum en date du 4 novembre 2019 et est conditionnée à la réalisation de l'émission obligataire dont le produit net d'émission serait utilisé pour financer, en tout ou partie, l'offre de rachat et pour les besoins généraux. Ces opérations permettront à la société d'améliorer le profil de la maturité de sa dette. Les résultats de l'offre de rachat seront annoncés le ou aux environs du 20 novembre prochain (sous réserve de toute prolongation, retrait, résiliation ou modification de cette offre).

Bic : redonne 6% avec Archos et Jacquet après ses comptes

Casino : -5% suivi de Innate, Renault et Nicox

Vallourec : -3% après ses chiffres du troisième trimestre. Le groupe n'a pas réellement déçu, mais le titre est victime d'une 'vente de la nouvelle' après un beau parcours de +60% depuis le début de l'année... Pourtant, le groupe a pratiquement doublé son profit d'exploitation au troisième trimestre, confirmant par ailleurs ses objectifs. Parmi les premiers conseils de brokers, Jefferies maintient son avis à 'conserver' et ajuste sa cible à 2,75 euros. Société Générale, également à 'conserver' sur le dossier, a confirmé aujourd'hui son objectif de 2,68 euros. Oddo BHF maintient son avis acheteur assorti d'une cible de 3,80 euros. En revanche, Morgan Stanley, à 'sous-pondérer', vise 2,50 euros, alors que Bernstein cible même 0,90 euro et confirme un avis à 'sous-performance'.
Au troisième trimestre 2019, le chiffre d'affaires s'est établi à 1,06 MdE, en hausse de 10% par rapport au troisième trimestre 2018 (+7% à taux de change constants), avec un effet prix/mix positif de 5%, un effet volume positif de 2% et un effet de change positif de 3%. Le consensus FactSet était de 1,053 MdE. Au cours des neuf premiers mois 2019, le chiffre d'affaires s'est élevé à 3,169 MdsE, en augmentation de 13% par rapport aux neuf premiers mois 2018 (+11% à taux de change constants). L'effet volume a été de +6%, l'effet prix/mix de +5% et l'effet de change de +2%.
Au troisième trimestre 2019, le résultat brut d'exploitation s'est établi à 84 millions d'euros, en amélioration de 41 millions d'euros par rapport au troisième trimestre 2018. Le résultat d'exploitation s'est amélioré de 39 millions d'euros pour passer positif à 10 millions d'euros, principalement grâce à l'augmentation du résultat brut d'exploitation. Le résultat net, part du groupe, est une perte nette en amélioration de 32 millions d'euros, à -60 millions d'euros, contre -92 millions d'euros au troisième trimestre 2018.
Le résultat d'exploitation à neuf mois, en amélioration de +226 millions d'euros, s'est établi à -8 millions d'euros, contre -234 millions d'euros pour les neuf premiers mois 2018, grâce à la progression du résultat brut d'exploitation et à la réduction des charges de 'Cessions d'actifs, restructurations et autres'. Le résultat net, part du groupe, est une perte nette en réduction de 172 millions d'euros, à -227 millions d'euros sur neuf mois, contre -399 millions d'euros pour les neuf premiers mois 2018.
Les flux de trésorerie générés par l'activité se sont établis à -2 millions d'euros au troisième trimestre 2019, contre -54 millions d'euros au troisième trimestre 2018. Ils sont positifs, à 8 millions d'euros, pour les neuf premiers mois 2019, contre -198 millions d'euros pour les neuf premiers mois 2018.
Au 30 septembre 2019, la dette nette a légèrement diminué à 2,104 MdsE, contre 2,11 MdsE au 30 juin 2019. Le groupe bénéficie d'une bonne position de liquidité. Au 30 septembre 2019, il disposait de 1,088 MdE de trésorerie et de 1,128 MdE de lignes de crédit bancaire non tirées sur un montant total de 2,128 MdsE de lignes de crédit bancaire confirmées.
Compte tenu des tendances actuelles sur le plan économique et sur ses marchés, Vallourec confirme ses objectifs pour l'exercice 2019. Le groupe table sur une forte croissance du résultat brut d'exploitation, avec au second semestre la confirmation de la génération de résultat brut d'exploitation réalisée au premier semestre. Il prévoit la poursuite de l'amélioration du besoin en fonds de roulement, avec une réduction du nombre de jours en moyenne trimestrielle. Il anticipe des investissements industriels de l'ordre de 180 millions d'euros. Le groupe vise également un flux de trésorerie disponible positif au quatrième trimestre.

TechnipFMC : -3% avec AccorHotels, Thales et Sodexo

Michelin : -2% suivi de GTT et Faurecia

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 décembre 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 06/12/2019

Le groupe chinois Dongfgeng pourrait réduire sa part de façon à abaisser sa présence dans la future entité PSA-Fiat Chrysler, selon des sources citées par 'Reuters'.

Publié le 06/12/2019

Le chiffre d'affaires de Moulinvest s'établit à 64 ME au titre de l'exercice 2018-2019 contre 61,3 ME sur l'exercice précédent...

Publié le 06/12/2019

Tessi, spécialiste français des Business Process Services, a annoncé vendredi avoir achevé une augmentation de capital avec suppression du droit préférentiel de souscription. Le montant brut de…

Publié le 06/12/2019

"Ces opérations contribueront à renforcer à la fois le potentiel de croissance du résultat par action", assure le management d'Elior...

Publié le 06/12/2019

Elior Group a annoncé avoir procédé à l’annulation de près de 4,27 millions de ses propres actions, représentant 2,39% de son capital social. La décision d’annulation des titres…