En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 396.12 PTS
+0.4 %
4 331.50
-1.07 %
SBF 120 PTS
3 444.49
+0.58 %
DAX PTS
9 935.84
+1.22 %
Dow Jones PTS
22 189.32
-0.62 %
7 866.06
-0.29 %

Bilan hebdo : le CAC40 limite son repli à 0,65%

| Boursier | 410 | Aucun vote sur cette news

La menace coronavirus continue à planer au-dessus de la planète finance...

Bilan hebdo : le CAC40 limite son repli à 0,65%
Credits Reuters

La menace coronavirus continue à planer au-dessus de la planète finance. La propagation du Covid-19 en Chine et ailleurs et ses répercussions sur l'économie locale et mondiale ont poussé les opérateurs à la prudence ces derniers jours. Sur la semaine, le CAC40 lâche 0,65%, à 6.030 points ce vendredi soir. L'indice parisien reste toutefois proche de ses plus haut de 12 ans.

L'impact de l'épidémie reste difficile à évaluer même si les premiers chiffres commencent à tomber. L'IATA a, par exemple, évalué la perte de revenus des compagnies aériennes à près de 30 Mds$ sur l'année alors qu'Apple a averti qu'il n'atteindrait pas ses prévisions de résultats pour le trimestre clos à fin mars en raison de perturbations dans sa chaine de fabrication et d'un repli de la demande pour ses produits. Heureusement, tout n'est pas noir. En Europe, les indices d'activité PMI IHS Markit "flash" suggèrent ainsi une amélioration surprise de la conjoncture en ce début d'année. Ils ont d'ailleurs permis à l'euro de rebondir face au billet vert ce vendredi alors que la monnaie unique est tombée jeudi sous la barre des 1,08$, au plus bas depuis le printemps 2017.

Enfin, la période de publication se poursuit à un rythme soutenu avec du côté des bonnes nouvelles Schneider, Bouygues ou encore Sopra Steria. A l'inverse, Eramet, Vallourec, Air France KLM et Axa ont déçu.

VALEURS EN HAUSSE

* Tarkett flambe de 12,7%. Le titre a été porté par une publication annuelle meilleure qu'anticipée et une guidance rassurante. Le spécialiste du revêtement de sols anticipe une amélioration de sa marge d'EBITDA ajusté en 2020 alors que la priorité du management est de relancer la croissance en Amérique du Nord et de restaurer la rentabilité du segment. Cette annonce est à l'origine de nombreux ajustements chez les analystes. Les derniers en date proviennent de la SocGen qui a revalorisé le dossier de 13 à 15 euros tout en maintenant son opinion 'conserver' et d'Exane BNP Paribas qui est passé de 'neutre' à 'surperformer' tout en relevant sa cible de 13 à 18,5 euros.

* Sopra Steria s'envole de 9,6%, les investisseurs ayant salué la solide publication annuelle de la SSII et le projet d'acquisition de Sodifrance. Le groupe a vu son profit opérationnel progresser de 15,1% l'an passé à 354,3 ME, matérialisant une marge de 8,0% (7,5% en 2018). Le résultat net part du Groupe a bondit de 28,3% à 160,3 ME pour un chiffre d'affaires consolidé en croissance organique de 8,3% à 4 4,434 MdsE. Le management vise en 2020 une croissance organique comprise entre +3% et +5%, un taux de marge opérationnelle d'activité en légère amélioration et un flux net de trésorerie disponible supérieur à 180 ME.

* Eutelsat grimpe de 7,2%. Berenberg estime que la valorisation du groupe "commence à paraître ridiculement basse". A l''achat' sur la valeur, l'analyste explique que l'opérateur satellite a une activité de diffusion "globalement stable" et une division de données susceptible de bénéficier de l'amélioration des tendances. Il note également que le management réduit les coûts d'exploitation et réalise des économies d'investissements.

* Bouygues gagne près de 6% après avoir dévoilé des comptes 2019 en ligne avec ses objectifs annuels grâce à des résultats solides portés par ses trois activités et une génération élevée de cash. Le résultat opérationnel courant s'améliore de 112 ME à 1,676 milliard d'euros pour un chiffre d'affaires en hausse de 7% (+5 % à périmètre et change constants) à 37,9 MdsE. Hors impact d'Axione, le résultat opérationnel courant augmente de 218 ME sur la période avec une marge opérationnelle courante en progression de 0,3 point sur un an à 4,4%. Le Conseil d'administration proposera à l'Assemblée générale du 23 avril 2020 un dividende de 2,60 euros par action, dont 0,90 euro par action à titre exceptionnel.

* Schneider avance de 4,8%. Le groupe industriel a réalisé une année 2019 record avec un Ebita ajusté de 4,24 milliards, en hause de 9,4%, pour un chiffre d'affaires de 27,15 milliards d'euros, en croissance organique de 4,2%. Le cash-flow libre a bondi de 65% à 3,5 MdsE. Des données légèrement supérieures aux attentes du marché. Sur 2020, Schneider table sur une croissance organique de son chiffre d'affaires comprise entre 1% et 3 %, avec une marge d'Ebita ajusté comprise entre 16,0% et 16,3%. Des prévisions meilleures qu'anticipées par le consensus. Enfin, la firme propose le versement d'un dividende de 2,55 euros par action.

VALEURS EN BAISSE

* Eramet s'effondre de 21,7%. Le groupe minier a dégagé l'an dernier un Ebitda de 630 millions (-25%) pour un chiffre d'affaires de 3,7 MdsE (-4%), affecté par la baisse des prix des métaux. Le résultat opérationnel courant a fondu de -41% à 341 ME alors que le résultat net est déficitaire à hauteur de 184 millions d'euros, après un bénéfice de 53 ME en 2018, en raison notamment de charges d'impôts au Gabon. La société, qui ne versera pas de dividende, anticipe un Ebitda 2020 proche de 400 ME, avec l'hypothèse des conditions de marché de janvier 2020, et sans prise en compte à date de l'impact éventuel lié à l'épidémie de Coronavirus. Le consensus 'Bloomberg' était jusqu'ici positionné à 734 ME. Eramet a par ailleurs annoncé le report d'un projet de mine de lithium en Argentine, en raison des incertitudes concernant la situation économique et réglementaire du pays, très endetté.

* Vallourec chute de 8,8%. Le titre du fabricant de tubes sans soudure a été plombé par l'annonce d'un projet d'augmentation de capital d'environ 800 millions d'euros pour renforcer son bilan. Lancée au deuxième trimestre, l'opération qui sera souscrite par Bpifrance au prorata de sa part du capital et par Nippon Steel pour un montant lui permettant de conserver une participation d'environ 10%, doit lui permettre de ramener son ratio d'endettement à environ 2,8 fois son RBE à fin 2020 contre 5,9 fois l'an dernier. Vallourec a enregistré en 2019 un RBE de 347 ME (150 ME en 2018) pour un chiffre d'affaires en hausse de 6% à 4,2 MdsE. Compte tenu des tendances actuelles sur le plan économique et sur ses marchés, le Groupe se fixe pour objectifs 2020, un résultat brut d'exploitation de 500 ME et un flux de trésorerie disponible légèrement positif.

* Renault plonge de plus de 8%, au plus bas depuis l'été 2012. Les mauvaises nouvelles s'accumulent pour le constructeur automobile. Alors que le groupe a vu ses ventes chuter en janvier sur le Vieux continent, Moody's a porté un nouveau coup dur en annonçant avoir abaissé sa note de crédit à long terme à 'Ba1', soit le premier rang de la catégorie spéculative. L'agence explique son choix par l'affaiblissement substantiel des performances opérationnelles de la société en 2019, à un niveau qui ne correspond plus à la catégorie de notation 'Baa3'. S&P a de son côté placé sa note 'BBB-' sous surveillance avec implication 'négative'. S&P pourrait ainsi dégrader à son tour la notation financière du groupe au losange d'ici la fin du mois de mai.

* GTT trébuche de 8%. MainFirst a notamment dégradé la valeur à 'conserver' en visant toujours 96 euros. Le marché est partagé sur le dossier puisque, selon le consensus 'Bloomberg, quatre analystes sont à l''achat', quatre à 'conserver' et un à 'vendre'. L'objectif moyen à douze mois est fixé à 100,49 euros. Le leader mondial de la conception de systèmes de confinement à membranes cryogéniques dévoilera ses résultats 2019 jeudi prochain après la clôture.

* Atos cède 7%, victime de prises de bénéfices après une publication annuelle globalement conforme aux attentes des analystes. Le groupe vise en 2020 une croissance organique de l'ordre de 2%, une amélioration de 20 à 40 points de base de sa marge opérationnelle et un Flux de trésorerie disponible de l'ordre de 700 millions d'euros. "Avec une flexibilité financière renouvelée, le groupe peut désormais envisager des acquisitions ciblées pour soutenir et accélérer sa transformation", a souligné Elie Girard, le patron d'Atos.

* Air France KLM recule de 5%. Les investisseurs ont accueilli prudemment les perspectives de la compagnie pour l'exercice en cours, bien évidemment marquées par l'épidémie de coronavirus. Le groupe franco-hollandais a dit s'attendre à ce que l'épidémie ait un impact négatif de 150 à 200 millions d'euros sur son résultat d'exploitation d'ici à avril prochain, en considérant que ses liaisons avec la Chine resteraient suspendues jusqu'à cette date. Au niveau des comptes 2019, AF-KLM a vu son bénéfice opérationnel reculer de 17,7% à 1,14 MdE pour un chiffre d'affaires en hausse de 3,7% à 27,189 MdsE. Le résultat net, part du groupe, a atteint 290 ME, en baisse de 130 ME. Le groupe a réduit ses coûts unitaires de 0,9% à change et carburant constants, près du sommet de sa fourchette cible de 0-1%, qui est également son objectif cette année.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON FÊTE SA 1ÈRE ANNÉE

Découvrez le contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 mars 2020 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 31/03/2020

L'objectif pour Theranexus est maintenant de s'associer à un partenaire industriel

Publié le 31/03/2020

Natixis ne proposera pas à l’Assemblée Générale annuelle du 20 mai prochain d’approuver la distribution d’un dividende par action de 0,31 euro au titre de l’exercice 2019. Cette…

Publié le 31/03/2020

Balyo,spécialiste de la conception et du développement de solutions robotisées innovantes pour les chariots de manutention, a annoncé la démission de Hyster-Yale Group de son conseil…

Publié le 31/03/2020

Drone Volt a levé 411 000 euros par augmentation de capital auprès de ses actionnaires historiques. L'opération a été réalisée par émission et placement privé de 5 880 571 actions ordinaires…

Publié le 31/03/2020

Dans un contexte de crise du Covid-19, Elis a annoncé l’annulation de son dividende 2019 et la suspension temporaire des acquisitions. Afin de traverser cette crise, le groupe a obtenu un…