Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
7 097.21 PTS
+0.02 %
7 108.00
+0.05 %
SBF 120 PTS
5 440.09
+0.05 %
DAX PTS
15 150.03
+0.11 %
Dow Jones PTS
33 978.08
+0.08 %
12 166.60
+0.96 %
1.087
0. %

Bilan hebdo : le CAC40 limite la casse

| Boursier | 597 | Aucun vote sur cette news

Et de trois ! Nouvelle semaine (légèrement) baissière pour le CAC40 qui concède 0,3% sur cinq séances...

Bilan hebdo : le CAC40 limite la casse
Credits Reuters

Et de trois ! Nouvelle semaine (légèrement) baissière pour le CAC40 qui concède 0,3% sur cinq séances, à 5.762 points ce vendredi soir. De quoi boucler le mois de septembre, il est vrai traditionnellement assez mauvais en Bourse, sur une perte de près de 8%. Depuis le 1er janvier, le bilan est lourd, avec un passif de -20%. La toile de fonds des dernières semaines n'a pas changé : envolée de l'inflation, hausse agressive des taux d'intérêts des Banques centrales, fort ralentissement de l'économie voire récession à venir, tensions géopolitiques et crise énergétique en Europe sont autant de nuages qui obscurcissent le ciel des opérateurs...

Au sujet de l'inflation, un des thèmes centraux du moment donc, la première estimation dans la zone euro en septembre a montré que les prix à la consommation ont bondi de 10% sur un an! Un niveau sans précédent qui ne fait que renforcer les attentes autour d'un nouveau tour de vis important de la BCE en octobre.

La semaine a également été marquée par l'intervention en urgence de la Banque d'Angleterre. Après la chute des cours des emprunts d'Etat et de la livre sterling provoquée par la présentation des projets budgétaires du gouvernement en fin de semaine passée, la BoE a annoncé qu'elle achèterait autant d'obligations britanniques que nécessaire au cours des deux prochaines semaines pour calmer les marchés financiers. Évoquant des risques pour la stabilité financière du Royaume-Uni, la BoE a aussi reporté les premières ventes de titres destinées à réduire son portefeuille de 838 milliards de livres sterling d'obligations, qui étaient prévues la semaine prochaine.

Sur le front géopolitique, le Kremlin a déclaré vendredi que toute attaque contre les territoires ukrainiens dont Vladimir Poutine a annoncé l'annexion serait considérée comme une agression contre la Russie elle-même...

Dans cet environnement, les investisseurs ont continué à se réfugier vers le billet vert. L'indice dollar est à son plus haut niveau en 20 ans (112,5 pts). Quant à l'euro, il évolue toujours bien en-deçà de la parité, autour des 0,97$.

Du côté des matières premières, le baril de brut affiche une légère progression sur la semaine avec une hausse de plus de 2% pour le WTI et un retour autour des 80 dollars. L'once d'or s'échange autour des 1.670$ et le Bitcoin évolue proche des 19.550$ sur Coindesk.

Dans l'actualité entreprises, Orpea, Atos ou encore Elior ont fait parler.

LES VALEURS

* Trigano s'envole de 21%, le marché saluant le dernier point financier du spécialiste des véhicules de loisir. Sur l'exercice clos fin août, la firme enregistre une croissance de 8,3% avec un chiffre d'affaires de 3,17 milliards d'euros. Au cours de l'exercice 2021/22, Trigano a activé tous les leviers disponibles afin de servir ses clients et a réussi à surmonter au mieux les difficultés d'approvisionnement des châssis. L'impact de l'inflation des matières premières et des composants a pu être limité par l'application de hausses de tarifs progressives, bien acceptées par la clientèle. Ces actions ont permis de maintenir le chiffre d'affaires à périmètre et taux de changes constants au même niveau que l'an passé.

*McPhy flambe de 24%. Portzamparc a relevé de 'conserver' à 'acheter' sa recommandation sur la valeur malgré un objectif ramené de 15,3 à 11,4 euros. La baisse du titre (malgré le rebond de mercredi à la suite de l'annonce en cours de journée d'Elisabeth Borne) semble excessive pour la maison de bourse, qui rappelle que le groupe devrait recevoir un montant maximal d'aide publique de 114 ME pour son projet de gigafactory d'électrolyseurs à Belfort.

* Atos bondit de 12%, à nouveau porté par la spéculation. À la suite de rumeurs de marché, la société a confirmé avoir reçu mardi 27 septembre une lettre d'intention non-sollicitée émanant de Onepoint, associée au fonds d'investissement anglo-saxon ICG portant sur une acquisition potentielle du périmètre "Evidian" pour une valeur d'entreprise de 4,2 milliards d'euros. Après examen attentif de cette marque d'intérêt préliminaire et non engageante, et sur la recommandation de son comité ad hoc, le Conseil d'administration s'est réuni et a constaté à l'unanimité que celle-ci n'est pas dans l'intérêt de la société et de ses parties prenantes. Le Conseil d'administration a décidé par conséquent de ne pas y donner suite. Onepoint a néanmoins invité le Conseil d'administration d'Atos à reconsidérer sa décision : "afin de partager la création de valeur du nouvel ensemble", Onepoint dit avoir notamment proposé à Atos de détenir jusqu'à 30% du capital du groupe combiné à l'issue du rapprochement.

* Bic grimpe de 9%. Imperméable à la forte baisse du marché au cours des dernières séances, et fort d'une bonne orientation graphique, le titre du fabricant d'articles de papeterie, de briquets et de rasoirs a enregistré plusieurs séances consécutives de progression et affiche des gains depuis le début de l'année de plus de 34%. Dans l'actualité récente de la société, on peut noter qu'UBS a débuté le suivi de la valeur avec un avis 'achat' et un objectif de 82 euros. Si l'action se négocie encore à un niveau historiquement bas, l'analyste voit le soleil à l'horizon : "nous pensons que BIC offre un profil de chiffre d'affaires et de résultat convaincant, ainsi que des niveaux de retour en cash attrayants et constants".

* Imerys avance de 6%. Le spécialiste des minéraux industriels est soutenu par une note d'Exane BNP Paribas qui a rehaussé à 'surperformer' sa recommandation sur le dossier en visant 36 euros. Les analystes sont majoritairement positifs sur la valeur puisque, selon le consensus 'Bloomberg', 5 sont à l''achat', 1 à 'conserver' et aucun à 'vendre'. L'objectif moyen à douze mois est fixé à 43,6 euros.

A l'inverse, * Elior plonge de 30%, au plus bas depuis début juillet, après plusieurs notes d'analystes guère favorables. Stifel a tout d'abord réitéré son avis 'vendre' tout en abaissant sa cible de 2,8 à 2,2 euros. "Nous voyons un risque de baisse important pour les attentes du consensus, reflétant la combinaison de l'environnement inflationniste, de la pénurie de main-d'oeuvre, des coûts ponctuels suite à l'arrivée du nouveau DG et de la hausse des taux d'intérêt", affirme le courtier. "Bien qu'un examen stratégique soit en cours, il reste encore peu de place pour la création de valeur", ajoute l'analyste. Oddo BHF a pour sa part confirmé son avis 'sous-performer' tout en réduisant son objectif de 3 à 2,6 euros. A la suite d'un contact avec la société, l'analyste note un message prudent lié à certains éléments de macroéconomie qui pourraient peser sur l'activité d'Elior à court terme. Ainsi, le groupe subit actuellement des difficultés d'approvisionnement et une inflation très forte sur certaines matières premières liées à la sécheresse estivale. En parallèle, Elior fait face à des difficultés de recrutement au retour de l'été, avec une main d'oeuvre disponible moins nombreuse, ce qui entraîne une inflation salariale supplémentaire...

* Solutions 30 chute de 10%. Le leader européen des solutions pour les Nouvelles Technologies est tombé dans le rouge au premier semestre, essuyant une perte nette de 12,3 ME contre un profit de 14,1 ME un an auparavant, pour un chiffre d'affaires de 444 ME (+1% dont -2% en organique). L'EBITDA ajusté s'est établi à 29,6 ME, contre 49,5 ME un an plus tôt, en baisse de 40% exclusivement imputable à l'activité en France. "La performance en France est pénalisée par l'arrivée à maturité de nos marchés historiques et par le retard pris par nos relais de croissance, en particulier dans le domaine de la transition énergétique, du fait des tensions sur la supply chain", explique Gianbeppi Fortis, président du directoire de Solutions 30.

* Eutelsat trébuche de 11%, sur un plancher de plus de deux mois. L'opérateur satellite est totalement délaissé depuis l'annonce du rapprochement avec OneWeb fin juillet. Les positions courtes sur la valeur représentent désormais 13,4% des actions en circulation contre 0,4% au 25 juillet, un jour avant qu'Eutelsat et OneWeb ne dévoilent leur accord, montrent les données d'IHS Markit reprises par 'Bloomberg'. L'augmentation des paris baissiers pourrait être due à de faibles perspectives de flux de trésorerie à moyen terme, aux incertitudes entourant le prochain projet de constellation et à la spéculation selon laquelle l'accord OneWeb pourrait échouer, selon l'analyste de 'Bloomberg Intelligence', John Davies.

* Orpea redonne 13,7%. Le titre du spécialiste de la prise en charge de la dépendance a été plombé par la confirmation d'une nette dégradation de sa situation financière et une éventuelle cassure des covenants bancaires au deuxième semestre. "L'entreprise a été durement affectée à la fois par les manquements et comportements non éthiques de ses anciens dirigeants, par un développement à l'international et immobilier trop rapides, lesquels ont fragilisé la situation financière d'Orpea. Le résultat net est ainsi fortement affecté par les dépréciations d'actifs", déclare Laurent Guillot, Directeur Général de la société. La marge d'Ebitdar est tombée à 18,6% sur les six premiers mois de l'exercice contre 24,9% un an plus tôt, en partie à cause de la hausse des coûts de restauration et d'énergie. "La tendance baissière de la performance financière des activités observée au 1er semestre 2022 pourrait être amplifiée au 2nd semestre compte tenu de la volatilité additionnelle observée sur les prix de l'énergie. Dans ce contexte, et en fonction du redressement du taux d'occupation, le taux de marge d'EBITDAR du Groupe au 2nd semestre 2022 pourrait être inférieur à celui du 1ersemestre 2022, ce qui nécessiterait qu'Orpea se rapproche des créanciers concernés pour renégocier les covenants financiers impactés".

* Plastic Omnium abandonne 11% avec Faurecia (-7,7%) et Valeo (-2,7%). Si l'ensemble des valeurs cycliques souffrent dans l'environnement adverse actuel, le secteur automobile figure également parmi ceux qui sont le plus touchés par la crise énergétique sui sévit en Europe. "Beaucoup de nos fournisseurs ne seront pas en mesure de payer leurs factures", a déclaré à la presse le directeur général de Plastic Omnium, Laurent Favre, en marge de la visite de l'un de ses sites de R&D près de Paris. "Je ne suis pas sûr que nous devions nous inquiéter de savoir si nous aurons assez de gaz cet hiver. Le plus grand risque est que de nombreuses entreprises ne soient plus en mesure de payer leurs factures de gaz et fassent faillite". Plastic Omnium a annoncé cette semaine la construction à Compiègne de la plus importante usine de réservoirs à hydrogène en Europe.

* M6 perd 14%. L'agitation reste forte autour de la 'six' après l'échec du rapprochement avec TF1. RTL Group (Bertelsmann) souhaite céder au plus vite sa participation, désireux de se recentrer dans les pays où il est leader. Une procédure accélérée par le fait que le renouvellement de la fréquence de la chaîne M6 est prévu en mai prochain. Or, la loi française interdit au propriétaire de la chaîne concernée de la vendre dans les 5 ans qui suivent ce renouvellement... Selon les dernières informations obtenues par 'Bloomberg', l'homme d'affaires français Stéphane Courbit et ses partenaires financiers auraient proposé un prix de 20 euros par action pour reprendre la participation de Bertelsmann. Rodolphe Saadé, le PDG de CMA CGM, et l'homme d'affaires Marc Ladreit de Lacharrière seraient présents dans ce consortium. L'homme d'affaires tchèque, Daniel Kretinsky, et le groupe italien de télévision MediaForEurope, associé à Xavier Niel, le fondateur d'Iliad, seraient également dans la course. Malgré cette spéculation, la question de l'avenir des minoritaires reste entière...

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
REJOIGNEZ-NOUS LORS DES AVANT LE 6 MARS

Jusqu'à 200€ offerts* sur vos frais de courtage

J'en profite

*Voir conditions de l'offre

CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 23/12/2022

Le CAC40 a progressé timidement de 0,8% sur les cinq dernières séances...

Publié le 21/10/2022

Difficile à croire dans ce climat anxiogène...

Publié le 19/08/2022

La belle série s'arrête là...

Publié le 12/08/2022

Sixième semaine consécutive de hausse pour le marché parisien ! Sur les cinq dernières séances, le CAC40 a encore gagné 1,25%...

Publié le 15/07/2022

L'euro s'effondre face au dollar et le pétrole s'accroche autour des 100$...

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 27/01/2023

GAUSSIN et sa filiale METALLIANCE (Euronext Access MLETA - FR0010492181), annoncent la nomination de Sophie Burcklen au Conseil d'administration de...

Publié le 27/01/2023

Le CAC40 cash a clôturé la séance en hausse de 0,74 % à 7095,99 dans un volume de 3,4 MD. 

Publié le 27/01/2023

ElisLa société de services aux entreprises annoncera son chiffre d'affaires du quatrième trimestre.Kaufman et BroadLe promoteur immobilier publiera ses résultats annuels. LumibirdLe spécialiste…

Publié le 27/01/2023

Au quatrième trimestre, les revenus d’Alten ont progressé de 25,8%, dont une progression de 9,6% en France et de 34,3% à l’International. A données constantes, la croissance est de 14,9%, dont…

Publié le 27/01/2023

Sur le plan statistique : France : 8H45 Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages de janvier Indice de la confiance des consommateurs de janvier (83 attendu après…

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne

WEBINAIRES

Pour vous former et vous informer

Participez à nos webinaires et conférences sur la #Bourse et l'#Epargne :
100% gratuits, 100% bonne humeur 😉


JE PARTICIPE