En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 019.03 PTS
-0.98 %
5 021.50
-0.93 %
SBF 120 PTS
4 015.96
-0.96 %
DAX PTS
11 362.39
-0.44 %
Dowjones PTS
24 977.57
-0.41 %
6 781.74
+0.18 %
1.130
-0.08 %

Visite historique du prince William en Israël et dans les Territoires palestiniens

| AFP | 264 | Aucun vote sur cette news
Le prince William s'exprime lors d'une cérémonie officielle à Nottinghamshire (comté du centre de l'Angleterre), le 21 juin 2018
Le prince William s'exprime lors d'une cérémonie officielle à Nottinghamshire (comté du centre de l'Angleterre), le 21 juin 2018 ( Oli SCARFF / POOL/AFP )

Le prince William sera le premier membre de la famille royale à se rendre en visite officielle en Israël et dans les Territoires palestiniens la semaine prochaine. Déplacement dénué de message politique selon les Britanniques, mais prenant place dans un contexte chargé.

D'autres membres de la famille royale, comme les ducs de Gloucester ou de Kent, cousins de la reine, ont effectué des visites officielles en Israël par le passé.

Mais aucun n'était aussi éminent que le prince William, deuxième dans l'ordre de succession au trône britannique, et aucun ne s'était rendu dans les Territoires palestiniens à titre officiel.

La duchesse de Cambridge, Kate, ne sera pas du voyage, qui intervient deux mois après l'accouchement de son troisième enfant.

Le prince William, 36 ans, arrive lundi soir à l'aéroport international de Tel-Aviv en provenance de Jordanie, dans une période sensible.

La décision du président américain Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme la capitale d'Israël reste en travers de la gorge des Palestiniens et l'inauguration de l'ambassade des Etats-Unis dans la ville en mai a coïncidé avec un bain de sang dans la bande de Gaza, territoire palestinien sous blocus.

Une nouvelle guerre menace à Gaza entre Israël et le mouvement islamiste palestinien Hamas qui dirige l’enclave palestinienne. A défaut de Gaza, le prince ira en Cisjordanie et à Jérusalem-Est, partie palestinienne de la ville qu'Israël a annexée et que les Palestiniens revendiquent comme la capitale de l'Etat auquel ils aspirent.

Sur fond de conflit israélo-palestinien, les Britanniques soulignent que le prince n'est pas une personnalité politique.

Mais les visites officielles royales sont organisées à la demande du gouvernement. Les services du prince au palais de Kensington ne fournissent guère d'éclaircissements sur les raisons d'un tel périple en ce moment.

"Les défis complexes qui se posent dans la région sont bien évidemment connus", a indiqué le palais dans un communiqué. "La nature non-politique du rôle de son Altesse Royale (...) permet de mettre en lumière les gens de la région: leurs cultures, leurs jeunes, leurs aspirations et leurs expériences".

Le périple du prince commence dimanche par la Jordanie voisine, où il rencontrera outre le prince héritier Hussein ben Abdallah, de jeunes Jordaniens, des militaires britanniques et des réfugiés syriens.

Mais de l'autre côté du Jourdain, des voix israéliennes s'élèvent déjà pour dénoncer le fait que le programme officiel mentionnait une visite à Jérusalem-Est en la plaçant dans les "Territoires palestiniens occupés".

- Jérusalem vu du mont des Oliviers -

"Jérusalem unifiée est la capitale d'Israël depuis plus de 3.000 ans", a dit sur Twitter le ministre israélien chargé des affaires de Jérusalem Zeev Elkin, qui briguera la mairie aux municipales l'automne prochain. "Et aucune distorsion dans le briefing délivré (par les Britanniques) pour telle ou telle visite ne changera cette réalité".

Le Premier ministre britannique Theresa May reçoit le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu à 10 Downing Street à Londres, le 6 juin 2018
Le Premier ministre britannique Theresa May reçoit le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu à 10 Downing Street à Londres, le 6 juin 2018 ( TOBY MELVILLE / POOL/AFP )

La communauté internationale considère Jérusalem-Est comme territoire palestinien occupé.

Israël attendait une telle visite depuis de longues années, a déclaré à l'AFP Dror Zeigerman, ancien ambassadeur israélien à Londres. "Nous avons demandé à de nombreuses reprises une visite du prince Charles ou de la reine et cela nous avait été refusé".

"Je ne sais pas pourquoi ils ont changé d'avis, mais il était temps", a dit M. Zeigerman, "peut-être le Foreign Office a-t-il compris qu'il n'y avait aucune raison par le passé" de refuser une telle visite.

Le père du prince William, Charles, a participé en 2016 à Jérusalem aux obsèques de l'ex-président israélien Shimon Peres.

En 1994, le prince Philip, époux de la reine Elizabeth II, a assisté à une cérémonie au mémorial de le Shoah à Jérusalem, en l'honneur de sa mère, la princesse Alice, qui a protégé des juifs pendant la Seconde Guerre mondiale.

Leur présence n'avait pas de caractère officiel.

Après son arrivée à Tel-Aviv, le prince séjournera à Jérusalem à l'hôtel King David, ancien quartier général de l'administration britannique lors du mandat en Palestine, avant la création de l'Etat d'Israël en 1948.

Mardi, il déposera une gerbe au mémorial de la Shoah, avant de s'entretenir séparément avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le président Reuven Rivlin.

Le lendemain, il sera reçu par le président palestinien Mahmoud Abbas à Ramallah, en Cisjordanie occupée. Il rendra également visite à des réfugiés et des jeunes palestiniens.

Jeudi, il achèvera son séjour par un déplacement au mont des Oliviers à Jérusalem-Est.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Différents Types d'Ordres de Bourse
Mardi 20 novembre de 12h30 à 13h30

Tradez les indices mondiaux au travers des CFD
Mercredi 7 décembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 15/11/2018

a banque s'attend toujours à la signature d'un accord avec les autorités américaines "dans les prochains jours ou les prochaines semaines"...

Publié le 15/11/2018

Information   15 novembre 2018 Déclaration au titre de l'article L. 233-8 II du Code de Commerce et de l'article 223-16 du Règlement général de l'Autorité…

Publié le 15/11/2018

Résultats trimestriels...

Publié le 15/11/2018

CRH change de stratégie

Publié le 15/11/2018

Le chiffre d'affaires consolidé du groupe Parot a atteint 119,2 ME au 3ème trimestre 2018, soit une progression de +17,5% par rapport au 3ème...