En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 860.88 PTS
-
5 857.0
-
SBF 120 PTS
4 613.14
-
DAX PTS
13 146.74
-
Dow Jones PTS
27 911.30
+0.11 %
8 402.61
+0. %
1.114
+0.06 %

Violences conjugales: "Que la justice condamne à hauteur des faits", selon Sandrine Bonnaire

| AFP | 247 | 4 par 1 internautes
Sandrine Bonnaire au festival international de cinéma de Toronto, le 10 septembre 2017
Sandrine Bonnaire au festival international de cinéma de Toronto, le 10 septembre 2017 ( VALERIE MACON / AFP )

Victime de violences conjugales il y a vingt ans, la comédienne Sandrine Bonnaire a plaidé jeudi pour que la justice condamne plus durement ces actes et que les personnes en danger soient mises "en sécurité immédiatement".

"Que la justice condamne à hauteur des faits", a souhaité sur BFMTV l'actrice qui a tourné sous la direction de Maurice Pialat, Agnès Varda et Claude Chabrol, quelques jours après la grande manifestation contre les violences faites aux femmes.

Sandrine Bonnaire faisait partie du cortège parisien samedi et a évoqué, au micro de l'émission "Quotidien", les violences physiques qu'elles a subies de la part d'un ancien compagnon lors d'une dispute dont elle est ressortie, inconsciente, avec les os du visage fracturés et des dents cassées.

"J'ai envie de dire à toutes ces femmes et certains hommes battus d'aller porter plainte tout de suite. (Dès) le moindre geste ou harcèlement moral, il faut se manifester", a-t-elle affirmé jeudi, malgré le parcours du combattant pour se faire entendre et des preuves pas toujours simples à réunir.

Le procès de son agresseur a eu lieu trois ans après qu'elle ait déposé plainte. "Ce qui est long quand on est dans une douleur et qu'on attend une condamnation", a-t-elle souligné. Celui avec qui elle vivait depuis plusieurs années a été condamné à deux ans avec sursis et à une importante amende financière, a-t-elle précisé.

Estimant, sans s'attarder sur la question, que le gouvernement "est en train de se bouger", Sandrine Bonnaire a plaidé pour que les victimes soient mises "en sécurité immédiatement". "Il faut avant tout protéger ces femmes, ensuite qu'elles soient entendues, (puis) que la justice condamne à hauteur des faits".

Elle en a profité pour témoigner son admiration à la comédienne Adèle Haenel qui avait dénoncé des "attouchements" et du "harcèlement" de la part du réalisateur Christophe Ruggia, lorsqu'elle était adolescente, et a fini par porter plainte mardi.

Ces déclarations ont redonné un nouveau souffle au mouvement #MeToo en France et s'inscrivent dans un contexte où les violences faites aux femmes sont à la une, entre la sortie mouvementée du film "J'accuse" de Roman Polanski, de nouveau accusé de viol, et la fin du Grenelle des violences conjugales, conclu par des annonces du gouvernement. Parmi elles figure la prise en charge psychologique des agresseurs, l'introduction de l'emprise dans le code pénal, le renforcement du numéro 3919.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 4
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 décembre 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 11/12/2019

La Banque Centrale Européenne a notifié l'exigence de capital supplémentaire au titre du Pilier 2 (P2R - Pilier 2 obligatoire) à partir du 1er janvier...

Publié le 11/12/2019

Air France-KLM exploite actuellement une flotte de 159 appareils Airbus...

Publié le 11/12/2019

Le patron de la FAA prévient que la certification de l'appareil n'interviendra pas avant 2020 et non en décembre, comme l'espérait Boeing.

Publié le 11/12/2019

Les fonds provenant des nouveaux titres devraient entrer dans la constitution du capital réglementaire de niveau 1 de Scor...

Publié le 11/12/2019

Ce projet d'environ 160 ME a été livré en 18 mois seulement...