5 087.59 PTS
+0.00 %
5 085.00
+0.00 %
SBF 120 PTS
4 068.53
+0.00 %
DAX PTS
12 065.99
-0.82 %
Dowjones PTS
21 703.75
+0.13 %
5 786.54
-0.08 %
Nikkei PTS
19 377.55
-0.08 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Etats-Unis: la justice annule les droits d'Universal sur le catalogue de Prince

| AFP | 208 | Aucun vote sur cette news
Prince en concert à Anvers (Belgique) le 8 novembre 2010
Prince en concert à Anvers (Belgique) le 8 novembre 2010 ( DIRK WAEM / BELGA/AFP/Archives )

La justice américaine a déclaré nul et non avenu le contrat par lequel le label Universal avait acquis pour 31 millions de dollars les oeuvres non publiées de Prince, l'icône de la pop décédé en avril 2016 sans avoir fait de testament.

Refusant de trancher entre les parties au litige, Kevin Eide, juge dans le Minnesota, a préféré annuler purement et simplement le contrat passé avec Universal, estimant que les gestionnaires du catalogue du "Kid de Minneapolis" ne pouvaient se permettre la longue et coûteuse bataille judiciaire qui se profilait.

"Cette cour estime que les administrateurs (des biens de Prince) doivent se comporter de façon précautionneuse, afin de préserver les actifs placés sous leur gestion", a déclaré le juge Eide, de Carver County, la ville où est décédé l'auteur de "Purple Rain", dans son studio d'enregistrement de Paisley Park.

Prince avait des coffres-forts remplis de titres non publiés, à Paisley Park, et la question du sort de ces chansons s'était rapidement posée après sa disparition.

Universal avait annoncé en février avoir acquis les droits sur les oeuvres non publiées par Prince depuis le milieu des années 1990, quand il avait quitté le label Warner avec pertes et fracas, ainsi que sur un certain nombres d'enregistrements réalisés par Prince lorsqu'il était au sommet de sa gloire. Mais les administrateurs de Prince avaient reconnu que ce contrat risquait d'entrer en concurrence avec les droits encore détenus par Warner, et ils avaient accepté en mai l'éventualité d'une annulation de l'accord passé avec Universal.

- 'Esclave' -

Londell McMillan, ancien avocat de Prince et négociateur de l'accord passé avec Universal, s'était lui opposé à cette annulation, avec le soutien de trois des six enfants du chanteur. Selon lui, les droits de Warner ne concernaient que "l'impression et la distribution" des oeuvres de Prince, soit la commercialisation de disques physiques (CDs ou vinyles), et non pas la vente sous forme de streaming.

Selon le juge Eide, Universal avait pourtant réitéré ses menaces de poursuites judiciaires contre les administrateurs des biens de Prince après avoir pris connaissance du contrat signé avec Warner, estimant avoir été floués.

Prince avait toujours été très critique des relations entre les artistes et les maisons de disques, ce qui l'avait poussé notamment à s'exhiber avec le mot "esclave" sur ses joues dans les années 1990.

Si Prince était revenu chez Warner en 2014, près de quinze ans après avoir quitté ce label, il avait toujours réservé la diffusion de sa musique en streaming au site Tidal du rappeur Jay-Z.

Dans son dernier album, "4:44", celui-ci a d'ailleurs vertement accusé les administrateurs des biens de Prince, en s'étonnant notamment que ceux-ci n'aient pas "mis son cercueil aux enchères".

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS*

en Chèques-Cadeaux !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 31 août 2017

CODE OFFRE : ETE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, joignez le coupon ou saisissiez le code offre : ETE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/08/2017

DÉCLARATION DE TRANSACTIONS SUR ACTIONS PROPRES RÉALISÉES LE 18 AOUT 2017     Présentation agrégée par jour et par marché     Nom de…

Publié le 21/08/2017

Arthur Sadoun, Président du Directoire de Publicis, a annoncé la nomination d'Emmanuel André au poste nouvellement créé de 'Chief Talent Officer'...

Publié le 21/08/2017

Copyright GlobeNewswire Les annexes de ce communiqué sont disponibles à partir de ce lien : http://hugin.info/152918/R/2128320/812832.pdf Information réglementaire Ce…

Publié le 21/08/2017

Le client pourrait décider de nouvelles commandes une fois ses capacités de production renforcées

Publié le 21/08/2017

Riber, un leader mondial d'équipement pour l'industrie des semi-conducteurs, a reçu une commande supérieure à un million d'euros d'un nouveau client pour la fourniture d'évaporateurs destinés à…

CONTENUS SPONSORISÉS