En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 567.02 PTS
-
5 568.00
-
SBF 120 PTS
4 390.49
-
DAX PTS
12 289.40
+0.24 %
Dowjones PTS
27 171.90
+0.07 %
7 905.12
+0.90 %
1.120
-0.04 %

Incertitudes autour d'une assignation initiée par un styliste contre la chanteuse Aya Nakamura

| AFP | 446 | 1 par 1 internautes
La chanteuse française Aya Nakamura le 10 novembre 2018 à Cannes
La chanteuse française Aya Nakamura le 10 novembre 2018 à Cannes ( Valery HACHE / AFP/Archives )

Un styliste a assigné Aya Nakamura pour "parasitisme" devant le TGI de Nanterre l'accusant de s'être inspirée de son travail sans son consentement dans un clip, mais il a, selon l'avocate de la chanteuse de R'n'B, fait parvenir l'assignation à une mauvaise adresse.

L'assignation, lancée par Kyo Jino et dont l'AFP a obtenu copie, a été déposée mardi auprès du tourneur de l'interprète du tube "Djadja", Totem Production, dont le siège est à Clamart (Hauts-de-Seine), a précisé à l'AFP son avocat Me Jean-Marc Descoubès.

Cependant, la chanteuse malienne n'a "pas été touchée" par cette assignation, l'adresse du tourneur n'étant "pas son domicile", a souligné son avocate Cerasela Vlad, jointe par l'AFP. "Nous ne sommes donc au courant d'aucune mise en cause", a-t-elle assuré.

Kyo Jino, qui dit travailler régulièrement avec des chanteurs en vogue comme la rappeuse Shay ou encore l'ex-candidat français à l'Eurovision Bilal Hassani, accuse Aya Nakamura - Aya Danioko à la ville- d'avoir "repris" dans son clip "Pookie" l'idée de modèles qu'il lui avait présentés quelques mois auparavant, notamment deux robes et une fourrure, affirme l'assignation.

Le styliste parisien de 23 ans lui aurait transmis en décembre un "moodboard" (ou planche de tendances) présentant plusieurs tenues auxquelles "il avait réfléchi pour elle". Une séance photo avait ensuite été organisée avec Aya Nakamura, la chanteuse posant dans des créations de Kyo Jino.

Mais le jeune homme avait découvert, dans le clip sorti en avril, "que certaines des idées vestimentaires figurant dans son +moodboard+ (...) ainsi que celles créées pour la séance de +shooting+ (...) avaient été purement et simplement reprises par la chanteuse" sans qu'"à aucun moment il n'ait été averti ni consulté", soutient l'assignation.

Kyo Jino avait alors fait part de son "indignation" sur les réseaux sociaux, ce à quoi la chanteuse, qui dément les accusations, avait rétorqué: "Si ce que tu dis est vrai, (...) porte plainte et on verra".

Le styliste l'avait alors mis en demeure, via sa maison de production Warner Music France, de lui payer 50.000 euros en réparation du "préjudice subi du fait de la spoliation de son travail", ce à quoi le producteur avait opposé une fin de non-recevoir, estimant la demande infondée.

Sur Twitter, la chanteuse de 24 ans avait notamment fait valoir que "les idées appartiennent à ceux qui les réalisent". Mais pour Kyo Jino, de son vrai nom Ibrahim Coulibaly, "les idées appartiennent à ceux qui les ont eues" et "exploiter l’+idée+ de quelqu'un d'autre, sans son accord et pour en tirer une valeur marchande, est du parasitisme", précise l'assignation.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 1
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/07/2019

Le groupe Bourbon a demandé la suspension de la cotation...

Publié le 22/07/2019

Stentys a échoué dans le processus de recherche de partenaire stratégique

Publié le 22/07/2019

La progression de 31,9 ME par rapport au même trimestre de l'exercice précédent est la conséquence d'une amélioration des recettes dans l'ensemble des secteurs d'activité...

Publié le 22/07/2019

"Les platesformes d'automatisation intelligente tout-en-un et disponibles sur le cloud représentent de nouvelles opportunités pour le marché de l'automatisation"...

Publié le 22/07/2019

CFI n'envisage pas de développer une quelconque activité opérationnelle au sein de CFI...