5 417.32 PTS
+1.27 %
5 406.5
+1.21 %
SBF 120 PTS
4 316.49
+1.16 %
DAX PTS
13 255.02
+1.16 %
Dowjones PTS
24 651.74
+0.58 %
6 466.32
+0.00 %
Nikkei PTS
22 901.77
+1.55 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Trump peut-il être jugé pour diffamation? Un juge va trancher

| AFP | 161 | Aucun vote sur cette news
Summer Zervos, ancienne candidate de l'émission
Summer Zervos, ancienne candidate de l'émission "The Apprentice", lors d'une audience à New York le 5 décembre 2017 ( Barry WILLIAMS / POOL/AFP )

Le président des Etats-Unis peut-il être jugé pour diffamation? La question a été soumise mardi à une juge, appelée à dire si Summer Zervos, qui accuse Donald Trump de harcèlement sexuel, peut le poursuivre devant une juridiction civile à New York.

Ancienne candidate de l'émission de télé-réalité "The Apprentice", présentée de 2004 à 2015 par Donald Trump, Summer Zervos a affirmé en octobre 2016 que l'ancien promoteur immobilier l'avait caressée et avait tenté de l'embrasser de force en 2007, dans un hôtel de Los Angeles.

Donald Trump avait nié les faits et son équipe de campagne avait publié le témoignage d'un cousin de Summer Zervos, qui ne concernait pas l'incident lui-même mais reprochait à sa parente de chercher "à attirer de nouveau les projecteurs sur elle aux dépens de M. Trump".

Cette entrepreneuse, propriétaire d'un restaurant à Huntington Beach (Californie), a contre-attaqué et assigné mi-janvier, M. Trump devant la Cour suprême de l'Etat de New York, lui reprochant "plusieurs déclarations mensongères et diffamatoires".

Mardi, la juge Jennifer Schecter a entendu les arguments de Marc Kasowitz, un des avocats du milliardaire qui avaient déposé un recours pour faire annuler la procédure.

M. Kasowitz a invoqué la "clause de suprématie", passage de la Constitution qui énonce que les Etats ne peuvent interférer dans le fonctionnement du gouvernement fédéral.

Selon lui, une juridiction d'Etat "ne peut exercer aucun contrôle sur le président".

Il a évoqué l'affaire Paula Jones, qui avait attaqué en 1994 le président Bill Clinton pour harcèlement devant une juridiction fédérale. Selon lui, cette procédure a consacré la suprématie du fédéral sur chaque juridiction d'Etat.

Il a également fait valoir qu'il était impossible de séparer l'homme de la fonction et que le président des Etats-Unis devant "être disponible 24 heures sur 24", cela l'empêche de respecter les échéances d'une procédure judiciaire en étant notamment présent physiquement à certaines audiences et à un éventuel procès.

L'avocate Mariann Meier Wang, qui défend Summer Zervos, a répliqué que la procédure pouvait tout à fait être aménagée "pour ne pas empiéter sur les obligations du président".

Elle a également fait valoir que, selon elle, le cas Paula Jones montrait simplement qu'un président pouvait être jugé et condamné par une juridiction civile, si les faits examinés étaient intervenus avant le début de son mandat, ce qui est le cas pour Donald Trump.

La juge Schecter n'a pas indiqué quand elle rendrait sa décision.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 15/12/2017

L'enquête, ancienne, porte sur un peu plus de 30 millions de dollars qui auraient été versés à partir d'octobre 2000 en marge de deux contrats du géant français en lien avec l'Iran dans les…

Publié le 13/12/2017

Hassan Diab, suspect de l'attentat à la bombe devant la synagogue de la rue Copernic à Paris en 1980, le 24 mai 2016 à Paris ( BERTRAND GUAY / AFP/Archives )Trente-sept ans après l'attentat…

Publié le 12/12/2017

L'Autorité des marchés financiers (AMF) a déclaré conforme le projet d'OPA de Schneider Electric sur IGE+XAO tel qu'il a été annoncé le 8 novembre. Schneider Electric, qui ne détient pour…

Publié le 07/12/2017

L'ex-directeur général du groupe LafargeHolcim, Eric Olsen, le 3 mai 2017 à Zurich ( Fabrice COFFRINI / AFP/Archives )L'ex-directeur général du groupe LafargeHolcim, Eric Olsen, a été…

Publié le 07/12/2017

Le Fonds monétaire international (FMI) estime que les banques chinoises sont mal armées pour faire face à des risques financiers persistants ( Paul J. RICHARDS / AFP/Archives )Entre les…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/12/2017

L'analyste reste acheteur...

Publié le 18/12/2017

Dans des volumes soutenus, Biom'Up bondit de 9% à 11,9 euros en matinée à Paris...

Publié le 18/12/2017

Après la fiction live et le documentaire, l'animation ? Mediawan est entré en négociation exclusive avec les actionnaires de ON kids & family, en vue...

Publié le 18/12/2017

Atos a renoncé à Gemalto. Pour mieux se consacrer à sa filiale ?

CONTENUS SPONSORISÉS