En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ browserName + ' ' + browserVersion }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 316.01 PTS
-
5 308.00
-
SBF 120 PTS
4 269.71
-
DAX PTS
12 511.91
-1.44 %
Dowjones PTS
24 461.70
-0.80 %
7 217.49
-0.87 %
Nikkei PTS
22 482.37
-0.93 %

Trump envisage une grâce posthume pour Mohamed Ali

| AFP | 351 | Aucun vote sur cette news
Un grand poster de Mohamed Ali, photographié le 10 juin 2016 dans sa ville natale de Louisville, dans le Kentucky, le jour de ses obsèques
Un grand poster de Mohamed Ali, photographié le 10 juin 2016 dans sa ville natale de Louisville, dans le Kentucky, le jour de ses obsèques ( TY WRIGHT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP )

Le président américain Donald Trump a déclaré vendredi envisager d'accorder une grâce posthume à la légende de la boxe Mohamed Ali, qui avait refusé sa conscription pour combattre au Vietnam.

Cette suggestion a toutefois été qualifiée d'"inutile" par l'avocat chargé des intérêts du champion décédé en 2016, sa condamnation ayant déjà été annulée par la justice.

"Je pense à Mohamed Ali", a dit M. Trump, interrogé sur d'éventuelles grâces qu'il pourrait annoncer. Il a fait cette déclaration à brûle-pourpoint, sur la pelouse de la Maison Blanche, juste avant de s'envoler pour le sommet du G7 au Canada.

Le boxeur avait refusé d'être enrôlé dans l'armée en 1967, en pleine guerre du Vietnam, en avançant des raisons religieuses et sa réticence à aller affronter des populations lointaines qui ne lui avaient personnellement rien fait.

Il s'était en conséquence vu retirer son titre de champion du monde et avait été condamné pour insoumission, à une époque marquée par le Mouvement des droits civiques, dont Ali était l'une des personnalités les plus en vue.

Le boxeur américain Mohamed Ali au cours de la conférence de presse qu'il donna pour annoncer son refus d'être incorporé dans l'armée et de partir combattre au Vietnam, le 29 avril 1967
Le boxeur américain Mohamed Ali au cours de la conférence de presse qu'il donna pour annoncer son refus d'être incorporé dans l'armée et de partir combattre au Vietnam, le 29 avril 1967 ( / AFP/Archives )

La Cour suprême des Etats-Unis avait toutefois annulé cette condamnation en 1971 dans une décision prise à l'unanimité. Et l'ex-président démocrate Jimmy Carter avait par la suite amnistié les objecteurs de conscience ayant refusé la conscription pour le Vietnam.

Le geste de clémence présidentiel pourrait donc n'être que symbolique.

"Nous apprécions cette pensée du président Trump, mais une grâce est inutile", a réagi l'avocat Ron Tweel, en rappelant l'arrêt de la Cour suprême. "Il n'y a pas de condamnation à pardonner", a-t-il insisté dans un communiqué adressé aux médias.

M. Trump a fait cette annonce pratiquement deux ans jour pour jour après les obsèques de la vedette planétaire dans sa ville natale de Louisville dans le Kentucky, au coeur des Etats-Unis.

La grâce est un droit régalien que la Constitution des Etats-Unis confère à son président.

Répondant favorablement à une demande de la vedette de téléréalité Kim Kardashian, M. Trump a fait libérer mercredi une femme de 63 ans qui avait été condamnée à la perpétuité pour un délit de trafic de drogue.

En mai, le président républicain avait réhabilité à titre posthume un autre boxeur, Jack Johnson, premier Noir sacré champion du monde de boxe poids lourd en 1908, qui avait été condamné à la prison sur des motifs racistes.

Globalement M. Trump a surtout fait profiter ses soutiens de la première heure de son droit de grâce.

La semaine dernière, il en a ainsi fait bénéficier Dinesh D'Souza, un conservateur polémiste très anti-démocrate. A l'été 2017, il avait gracié l'ancien shérif Joe Arpaio, condamné pour ses méthodes policières discriminatoires envers les immigrés clandestins.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/06/2018

Les coûts de développement devraient avoisiner les 12,6 ME...

Publié le 21/06/2018

Précisions...

Publié le 21/06/2018

Retour d'Assemblée générale Gévelot...

Publié le 21/06/2018

L'innovation, dans l'ADN d'Essilor depuis son origine, est partie intégrante de la mission du Groupe, "améliorer la vision pour améliorer la vie"...

Publié le 21/06/2018

Retour d'Assemblée générale Riber...