En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 884.26 PTS
+0.4 %
5 903.0
+0.73 %
SBF 120 PTS
4 629.46
+0.35 %
DAX PTS
13 221.64
+0.57 %
Dow Jones PTS
28 132.05
+0.79 %
8 466.89
+0.77 %
1.113
-0.04 %

Taylor Swift accuse de menaces son ancien label, qui réfute

| AFP | 306 | 1 par 1 internautes
Taylor Swift lors de la cérémonie des Grammy Awards, en 2016
Taylor Swift lors de la cérémonie des Grammy Awards, en 2016 ( ROBYN BECK / AFP )

Accusé par Taylor Swift de l'empêcher de chanter ses propres chansons, son ancien label a nié vendredi et taxé la chanteuse américaine d'instrumentaliser l'opinion et ses fans.

Il s'agit d'une nouvelle étape dans le contentieux qui oppose la princesse de la pop au magnat de l'industrie musicale Scooter Braun.

En juin, sa société Ithaca Ventures a racheté la maison de disques de Taylor Swift, Big Machine, qui a la propriété des enregistrements réalisés par la chanteuse pour ses six premiers albums.

Arrivée en fin de contrat en novembre 2018, l'artiste a rejoint Universal, avec lequel elle a sorti son septième opus, "Lover", et expliqué publiquement que Big Machine ne lui avait pas permis de récupérer les droits de ses enregistrements.

Jeudi, elle a accusé , dans un billet de blog, Scooter Braun et Scott Borchetta, fondateur de Big Machine, d'avoir prévenu son équipe qu'elle n'était pas autorisée à chanter ses vieilles chansons à la télévision.

"Cela reviendrait à ré-enregistrer (s)a musique avant qu'(elle) n'ait le droit de le faire, l'année prochaine", auraient expliqué les deux dirigeants, selon Taylor Swift.

En août, celle qui a commencé sa carrière dans la country avait annoncé vouloir réenregistrer ses morceaux pour reprendre le contrôle de ses oeuvres, projet qu'elle a encore confirmé jeudi.

Selon Taylor Swift, ces menaces risquent de l'empêcher de chanter un pot-pourri de ses plus grands tubes lors de la cérémonie des American Music Awards (AMA), qui doivent lui remettre le prix de l'artiste de la décennie, le 24 novembre.

Elles la privent également, selon elle, d'utiliser des morceaux et de vieilles vidéos dans un documentaire sur sa vie produit par Netflix.

Vendredi, Big Machine a contre-attaqué, dénonçant ce que le label a qualifié de "fausses informations".

"Nous n'avons jamais dit que Taylor ne pouvait pas chanter aux AMA ou bloqué son documentaire Netflix", a assuré la maison de disques dans un message publié sur son site. "D'ailleurs, nous n'avons pas le droit de l'empêcher de chanter en direct où que ce soit."

Le label va plus loin et affirme que la chanteuse lui doit, contractuellement, "des millions de dollars".

Toujours selon le groupe, des discussions ont été menées ces derniers mois entre les deux parties et "nous étions optimistes quant à une possible résolution, jusqu'à hier".

Les dirigeants lui reprochent d'en avoir "appelé à ses fans de manière calculée, ce qui a des conséquences importantes sur la sécurité de nos employés et de leurs familles".

Ils ont néanmoins fait un nouvel appel au dialogue, l'accusant d'avoir refusé un échange direct jusqu'ici.

Après sa sortie publique, Taylor Swift a reçu une vague de soutiens sur les réseaux sociaux. "Scott et Scooter, vous savez ce qu'ils vous reste à faire", a publié sur Twitter la mannequin vedette Gigi Hadid. "Taylor et ses fans méritent de rendre hommage à sa musique!"

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 1
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 décembre 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 12/12/2019

Le règlement-livraison des OCA aura lieu le 16 décembre 2019...

Publié le 12/12/2019

Le fonds activiste Elliott apporterait ses titres Altran à l'OPA de Capgemini à 18 euros par action, selon des sources citées jeudi par 'Reuters'. Pour l'instant, l'offre reste fixée à 14 euros.

Publié le 12/12/2019

L'action Facebook a perdu 2,7% jeudi à Wall Street après un article du 'Wall Street Journal' évoquant de possibles mesures anti-trust contre le réseau social.

Publié le 12/12/2019

Succès de l'opération d'actionnariat salarié de Spie : 'Share for you 2019'...

Publié le 12/12/2019

Le management de Biophytis rencontrera, de façon individuelle, des investisseurs et présentera les évolutions de son principal candidat-médicament Sarconeos (BIO101) actuellement en phase 2b…