En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 269.92 PTS
-2.02 %
5 251.00
-2.19 %
SBF 120 PTS
4 172.22
-2.01 %
DAX PTS
11 364.17
-1.61 %
Dowjones PTS
25 502.32
-1.77 %
7 326.06
-2.23 %
1.129
-0.06 %

Tariq Ramadan fixé jeudi sur la levée de ses mises en examen pour viols

| AFP | 238 | Aucun vote sur cette news
Tariq Ramadan lors d'une conférence le 26 mars 2016 à Bordeaux
Tariq Ramadan lors d'une conférence le 26 mars 2016 à Bordeaux ( MEHDI FEDOUACH / AFP/Archives )

Après un an de rebondissements et une volte-face retentissante cet automne, l'intellectuel musulman Tariq Ramadan, remis en liberté mi-novembre, saura jeudi s'il a convaincu la justice de lever ses mises en examen pour deux viols qu'il conteste.

L'islamologue suisse de 56 ans, qui plaide désormais des relations "consenties" après avoir nié pendant des mois tout rapport sexuel avec ses accusatrices, attend la décision de la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris.

Celle-ci a examiné mi-janvier, à huis clos, le recours de M. Ramadan contre une décision des juges d'instruction, qui avaient refusé l'été dernier sa demande de démise en examen. Les magistrats avaient jugé cette requête "prématurée" alors que le prédicateur persistait dans ses dénégations.

Depuis le 2 février 2018, M. Ramadan est mis en examen pour deux viols, dont un sur personne vulnérable: le 9 octobre 2009 à Lyon sur une femme surnommée Christelle dans les médias et au printemps 2012 à Paris sur une ancienne salafiste devenue militante laïque, Henda Ayari.

Tariq Ramadan n'avait d'abord admis qu'un "jeu de séduction" à distance, reprochant à la justice française de donner du crédit aux témoignages de ces femmes qu'il traitait de "folles".

Henda Ayari, plaignante contre Tariq Ramadan, le 24 novembre 2017 à Paris
Henda Ayari, plaignante contre Tariq Ramadan, le 24 novembre 2017 à Paris ( JOEL SAGET / AFP/Archives )

Mais la révélation en septembre de centaines de SMS explicites exhumés d'un vieux téléphone de Christelle avait contraint l'islamologue à changer de version, après neuf mois de détention provisoire.

"Même dans les moments de fougue et de domination, un non c'était un non", s'était-il défendu lorsqu'il avait reconnu en octobre devant les juges d'instruction une relation consentie avec chacune de ses accusatrices.

Pour l'avocat de Christelle, ce recours devant la cour d'appel est "une requête destinée plus à rassurer les derniers soutiens de Tariq Ramadan qu'à convaincre les juges". "Quelle que soit la décision, l'instruction se poursuivra et ira à son terme", estime Me Eric Morain. Plusieurs actes d'investigation sont toujours en cours et pourraient apporter d'autres éléments de preuve.

"Emprise"

Le bras de fer entre les parties tournent désormais autour de l'abondante correspondance sexuelle de M. Ramadan avec les deux femmes, qui a fragilisé leur témoignage tout en documentant, selon les parties civiles, l'emprise du prédicateur sur elles.

En premier lieu, la datation d'un SMS de Christelle où elle écrit que Tariq Ramadan lui a "manqué" dès qu'elle a "passé la porte" est au coeur des débats.

A-t-il été envoyé après les faits, comme le soupçonnent les enquêteurs de la brigade criminelle, ou plusieurs semaines avant, à la suite d'un jeu érotique sur Skype, comme l'affirme Christelle ?

Des messages de Mme Ayari, envoyés après leur rencontre de 2012 ont également été analysés cet automne par les policiers de la brigade criminelle.

Ils contiennent des propositions sexuelles mais également des reproches de violence et de manipulation.

"Peut-on encore valablement parler de viols quand on a tous ces mensonges explicites des parties civiles avant et après les rencontres et qu'elles disent elles-mêmes qu'elles ont aimé le moment passé ?", estime l'avocat de la défense, Me Emmanuel Marsigny.

Me Emmanuel Marsigny, avocat de Tariq Ramadan, le 2 janvier 2017 à Paris
Me Emmanuel Marsigny, avocat de Tariq Ramadan, le 2 janvier 2017 à Paris ( BERTRAND GUAY / AFP/Archives )

De manière constante, Henda Ayari et Christelle ont décrit, depuis leur plainte initiale, des rapports brutaux lors de leur unique rencontre avec M. Ramadan. Toutes deux ont aussi invoqué l'emprise exercée par l'islamologue, par des mensonges, des manipulations et des menaces, corroborées par des témoignages d'autres femmes.

Une troisième femme, Mounia Rabbouj, a porté plainte à son tour en mars 2018 contre Tariq Ramadan mais pour l'heure les juges d'instruction ne se sont pas prononcés sur ces faits.

En avril, une quatrième femme a déposé une plainte en Suisse, entraînant l'ouverture d'une instruction à Genève. M. Ramadan n'a pas encore été entendu dans cette procédure, son audition en février ayant été annulée.

Celui qui fut longtemps considéré comme une figure aussi influente que controversée de l'islam européen et dont les conférences faisaient salle comble est depuis mi-novembre libre en France, sous contrôle judiciaire avec interdiction de quitter le territoire.

Le prédicateur, qui souffre d'une sclérose en plaques, a dû verser une caution préalable de 300.000 euros et remettre son passeport suisse.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 15 avril 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/03/2019

Le résultat net part du Groupe Afone s'élève à 11,33 ME...

Publié le 22/03/2019

Sanofi et Lexicon vont coopérer étroitement avec la FDA pour définir les prochaines mesures appropriées...

Publié le 22/03/2019

La FDA publie une lettre de réponse complète au sujet de  Zynquista(TM) (sotagliflozine)     Paris et The Woodlands (Texas) - Le 22 mars 2019 -  La Food and Drug…

Publié le 22/03/2019

Elis a signé un accord portant sur l’acquisition de 100 % de l’activité Tapis de « Blesk InCare » en Russie. La finalisation de la transaction est soumise aux conditions réglementaires…

Publié le 22/03/2019

L'assemblée générale mixte des actionnaires d'Argan a approuvé la distribution d’un dividende 2018 de 1,35 euro par action, avec option pour le paiement du dividende en action (sur la totalité…