En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 413.99 PTS
-0.61 %
5 416.00
-0.58 %
SBF 120 PTS
4 333.33
-0.58 %
DAX PTS
12 673.24
-0.73 %
Dowjones PTS
25 092.43
-0.42 %
7 354.35
-0.48 %
Nikkei PTS
22 764.68
-0.13 %

Rebondissement pour le studio Weinstein, l'accord de rachat annulé

| AFP | 332 | Aucun vote sur cette news
Harvey Weinstein le 23 mai 2017 au festival de Cannes
Harvey Weinstein le 23 mai 2017 au festival de Cannes ( Yann COATSALIOU / AFP/Archives )

Le consortium d'investisseurs emmené par l'ex-responsable des PME de l'administration Obama a finalement décidé de ne pas acquérir la Weinstein Company, studio des frères Harvey et Bob Weinstein, estimant que la transaction n'était "pas faisable".

C'est un nouveau rebondissement dans la saga que vit ce studio, depuis l'éclatement de l'affaire Weinstein début octobre.

Il intervient, en effet, moins d'une semaine après l'annonce, jeudi, d'un accord de reprise entre le groupe d'investisseurs mené par Maria Contreras-Sweet, ancienne responsable des PME de l'administration Obama, et la Weinstein Company.

Dans un communiqué mardi, Mme Contreras-Sweet n'a pas précisé les raisons de ce revers.

Mais selon une source proche du dossier, les acquéreurs potentiels auraient découvert 64 millions de dollars de passif supplémentaire, qui n'avaient pas été évoqués jusqu'ici.

Il s'agirait notamment de factures, du produit d'un arbitrage commercial et de versements dûs au titre d'accords de participation, selon la même source.

Ce revers ouvre la voie à un dépôt de bilan du studio, dont l'activité est quasiment à l'arrêt depuis cinq mois.

Dans son communiqué de mardi, Maria Contreras-Sweet a d'ailleurs évoqué une telle issue.

"Nous envisagerons l'acquisition d'actifs qui pourraient être disponibles dans l'éventualité d'une procédure de redressement judiciaire", a-t-elle déclaré, "tout comme d'autres opportunités qui pourraient se présenter dans l'industrie du divertissement."

"Je suis convaincue que notre vision de créer un studio de cinéma dirigé par des femmes reste la voie à suivre", a-t-elle ajouté.

En début d'année, alors que les discussions semblaient sur le point d'aboutir avec le groupe Contreras-Sweet, le procureur de l'Etat de New York, Eric Schneiderman, avait fait état de son opposition au projet de reprise en l'état, le bloquant de facto.

Il faisait valoir que les fonds prévus par les acquéreurs potentiels pour dédommager les victimes des abus sexuels d'Harvey Weinstein étaient insuffisants, et que le projet prévoyait de conserver des cadres ayant couvert les agissements du producteur déchu.

La Weinstein Company avait alors annoncé être prête à déposer le bilan, faute d'accord avec le groupe d'investisseurs emmené par Maria Contreras-Sweet et l'homme d'affaires Ron Burkle.

La TWC, fondée en 2005 par Harvey et Bob Weinstein, avait alors fait de multiples reproches à Mme Contreras-Sweet, laissant entendre que les discussions entre les deux parties étaient difficiles.

L'offre du groupe Contreras-Sweet était évaluée à 500 millions de dollars, dont 225 millions de dollars de reprise de dette. Il prévoyait également la préservation de 150 emplois et la création d'un fonds d'indemnisation des victimes d'Harvey Weinstein.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/07/2018

Nous visons une accélération de la croissance sur l'exercice 2018/2019.

Publié le 19/07/2018

Nicolas Ingueneau dirige depuis 2009 les investissements et les arbitrages pour le compte de la Société de la Tour Eiffel au sein d'Awon AM...

Publié le 19/07/2018

IBM (+2,50% à 148,43 dollars) affiche l'une des plus fortes hausses d’un indice Dow Jones en repli, galvanisé par des résultats meilleurs que prévu. Au deuxième trimestre, le géant…

Publié le 19/07/2018

A l’occasion du salon aéronautique de Farnborough, près de Londres, Airbus annonce avoir engrangé 431 commandes d’avions et engagements. Le groupe aéronautique européen a recensé 93…

Publié le 19/07/2018

Les autorités européennes de la concurrence vont ouvrir une enquête approfondie sur l'offre de Thales sur le spécialiste de la sécurité numérique Gemalto, selon les informations de Reuters. La…