En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 742.38 PTS
-
4 774.5
+0.84 %
SBF 120 PTS
3 769.59
+0.00 %
DAX PTS
10 622.07
-
Dowjones PTS
24 423.26
+0.14 %
6 682.74
+0.00 %
1.136
+0.06 %

Photos de Kate Middleton seins nus: amende maximale confirmée en appel pour Closer

| AFP | 315 | Aucun vote sur cette news
Kate Middleton, la duchesse de Cambridge, à Paris le 18 mars 2017
Kate Middleton, la duchesse de Cambridge, à Paris le 18 mars 2017 ( GABRIEL BOUYS / AFP/Archives )

Les clichés avaient outré la famille royale et certains médias britanniques: six ans après la publication de photos de Kate Middleton "topless", la justice française a confirmé mercredi la condamnation de deux dirigeants du magazine people Closer à une même amende maximale de 45.000 euros.

La cour d'appel de Versailles a considéré que la sanction infligée en première instance était "juste et proportionnée à la gravité des faits": la diffusion, le 14 septembre 2012, d'une série de clichés de la duchesse de Cambridge au bord d'une piscine privée, la poitrine dénudée.

La directrice de rédaction Laurence Pieau et le directeur de publication Ernesto Mauri, qui avaient fait appel, ont été déboutés et écopent donc de l'amende maximale prévue par la loi française pour "complicité" ou "divulgation d'un document obtenu par une atteinte à l'intimité de la vie privée".

Deux paparazzi, Cyril Moreau et Dominique Jacovides, qui ont toujours nié avoir capturé l'image des époux ce jour-là, n'ont pas eu non plus gain de cause en appel: leurs peines de 10.000 euros d'amende, dont 5.000 avec sursis, ont été confirmées par la cour.

En outre, ces quatre protagonistes devront, solidairement, verser la somme de 100.000 euros en dommages et intérêts au couple princier.

Le numéro incriminé de l'hebdomadaire people avait fait frémir Outre-Manche: le couple y apparaissait alangui au soleil au bord de la piscine du château d'Autet, un luxueux domaine privé du sud de la France, Kate Middleton ne portant qu'un bas de maillot de bain.

"Grotesque", "injustifiable" atteinte à la vie privée, avaient dénoncé les services du prince, alors que les tabloïds anglais refusaient de reproduire les clichés. En urgence, le couple avait obtenu de la justice française l'interdiction de toute nouvelle diffusion des images avant de saisir la justice française au fond.

- "Harcèlement" -

Les avocats du couple comme du magazine n'ont pas souhaité réagir mercredi à cette nouvelle décision de la justice française. Un porte-parole du palais de Kensington, résidence londonienne du couple, a précisé à l'AFP qu'il ne ferait pas de commentaire.

Au moment du jugement de première instance, rendu le 5 septembre 2017 par le tribunal correctionnel de Nanterre, le couple royal s'était dit "satisfait de la décision du tribunal et que cette affaire soit désormais close".

Mais le magazine Closer, jugeant l'amende "exagérée pour une simple affaire d'ordre privé", avait interjeté appel, amenant le dossier à la cour de Versailles.

Cette affaire pose notamment "le problème de la liberté de la presse", avait plaidé à l'audience le 13 juin Me Paul-Albert Iweins, rappelant que "la famille royale d'Angleterre vit de son image et de la gestion de son image". L'avocat avait qualifié les clichés de "flatteurs" pour le couple avant de demander la relaxe ou, au moins, une réduction des amendes et dommages et intérêts.

Des photos "laides" assorties de légendes "dégoûtantes", avait répliqué Me Jean Veil, avocat des époux Mountbatten-Windsor. Il avait relu au procès une déclaration écrite du prince William, qui évoquait un épisode "particulièrement douloureux" lui rappelant "le harcèlement qui est à l'origine du décès de ma mère Diana".

Le ministère public avait requis la même sanction que celle infligée en première instance, au nom d'une "atteinte absolument inadmissible non seulement à la vie privée et à l'intimité des deux personnes, mais en plus une atteinte à la dignité de la femme".

Une semaine avant Closer, le 7 septembre 2012, le journal régional La Provence avait lui aussi publié une photo de la duchesse en maillot de bain. La photographe Valérie Suau et le directeur de la publication de l'époque, Marc Auburtin, avaient été condamnés en septembre 2017 à des peines d'amende avec sursis et à verser solidairement 3.000 euros de dommages et intérêts au couple princier. Ils n'avaient pas fait appel.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 11/12/2018

"Le Drugstore Publicis a fait l'objet de dégradations importantes lors de chaque manifestation qui s'est déroulée sur les Champs-Élysées. Nous les condamnons"...

Publié le 10/12/2018

CS a des objectifs de croissance ambitieux dans l'industrie spatiale en Europe. Moltek serait un complément idéal aux activités de CS Space...

Publié le 10/12/2018

Communiqué de presse Paris La Défense, le 10 décembre 2018 Albioma cède son activité de méthanisation en France à Evergaz   Biométhanisation Partenaires, société…

Publié le 10/12/2018

ADLPartner Société anonyme à directoire et conseil de surveillance au capital de 6 478 836 euros 3, avenue de Chartres 60500 - CHANTILLY 393 376 801 R.C.S.…

Publié le 10/12/2018

Global Ecopower a affiché des résultats semestriels en progression. Ainsi, le groupe a fait état d’un résultat net, part du groupe de 2,024 millions d'euros au premier semestre, contre -0,659…