En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 167.96 PTS
+0.45 %
5 170.00
+0.51 %
SBF 120 PTS
4 145.65
+0.54 %
DAX PTS
11 787.24
+0.62 %
Dowjones PTS
25 706.68
-0.36 %
7 278.63
+0.00 %
1.151
+0.09 %

Obama met en garde contre l'utilisation irréfléchie des réseaux sociaux

| AFP | 498 | Aucun vote sur cette news
L'ex-président américain Barack Obama, le 1er décembre 2017 à New Delhi
L'ex-président américain Barack Obama, le 1er décembre 2017 à New Delhi ( MONEY SHARMA / AFP )

L'ex-président américain Barack Obama a mis en garde vendredi contre une utilisation irréfléchie des réseaux sociaux par des responsables politiques, estimant que Twitter, WhatsApp ou Facebook favorisaient des "jugements hâtifs sur des questions complexes".

Interrogé sur l'appétence de son successeur Donald Trump pour les réseaux sociaux, M. Obama s'en est tenu à un avertissement d'ordre général lors d'une conférence à New Delhi organisée par le quotidien Hindustan Times.

"Je crois qu'il est important d'avoir conscience à la fois du pouvoir de ces outils mais également de leurs limites", a dit celui qui compte 100 millions d'abonnés sur Twitter soit "davantage que certaines personnes qui l'utilisent plus souvent".

Il s'est dit "obsédé" par l'usage de l'information, notamment par les jeunes. "Nous sommes plus connectés que jamais mais (...) nous utilisons de plus en plus les faits pour servir nos opinions plutôt que former nos opinions en les fondant sur des faits".

M. Obama, qui faisait étape en Inde en provenance de Chine et avant de se rendre à Paris, s'est en revanche montré plus direct pour critiquer le retrait de l'accord de Paris sur le climat décidé par son successeur, déplorant une "pause du leadership" américain dans la lutte contre le réchauffement climatique.

"C'est un accord qui - bien que nous ayons une petite pause dans le leadership américain - donne à nos enfants une chance de se défendre" face aux bouleversements de la planète, a déclaré M. Obama.

Depuis son départ du pouvoir en janvier dernier, le prix Nobel de la paix 2009 s'exprime peu sur le président républicain qui s'est attelé à démanteler les mesures prises au cours des deux mandats de son prédécesseur.

Durant la conférence, il n'a pas voulu se laisser entraîner dans d'autres questions sur l'administration américaine, se bornant à qualifier "le populisme destructeur" de menace pour la démocratie moderne.

M. Obama avait largement porté l'accord de Paris, que les États-Unis ont ratifié deux mois seulement avant l'élection du milliardaire Donald Trump.

M. Trump, qui a dans le passé qualifié le réchauffement de "canular", a annoncé en juin le retrait des États-Unis de l'accord. Ce désengagement ne pourra cependant être effectif avant novembre 2020.

Ce choix a été vivement contesté au sein même de son pays, où des métropoles et des États ont annoncé qu'elles continueraient à prendre des mesures pour réduire leurs émissions de gaz à effet de serre.

"La bonne nouvelle c'est qu'aux États-Unis, vous avez des États, des entreprises, des universités et des villes qui continuent à œuvrer pour que l'Amérique respecte les engagements que nous avons contractés", a estimé l'ancien locataire de la Maison Blanche.

Adopté par la communauté internationale en décembre 2015, l'accord de Paris vise à contenir le réchauffement planétaire sous 2°C par rapport à la période pré-industrielle.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Trader sur le CAC40 avec du levier
Lundi 5 novembre de 12h30 à 13h00

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/10/2018

Keyrus a signé un partenariat avec la plateforme de développement de chatbots, Botfuel...

Publié le 18/10/2018

A contre-courant, LafargeHolcim abandonne 3,4% à 38,2 euros en début de séance à Paris, au plus bas depuis plus de deux ans...

Publié le 18/10/2018

Encore un départ de cadre chez Tesla ? Cette fois, ce serait le tour de Gilbert Passin, vice-président en charge de la production du constructeur américain de véhicules électriques. C’est ce…

Publié le 18/10/2018

Spineway, spécialiste des implants et ancillaires chirurgicaux pour le traitement des pathologies de la colonne vertébrale (rachis), a finalisé son dossier réglementaire et peut désormais…

Publié le 18/10/2018

JCDecaux a annoncé que la Cour fédérale d'Australie a approuvé le "scheme of arrangement" portant sur l’acquisition d’APN Outdoor. Les actions d’APN Outdoor ont donc cessé d’être…