En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 409.43 PTS
-0.36 %
5 410.00
-0.35 %
SBF 120 PTS
4 333.74
-0.30 %
DAX PTS
12 561.02
+0.16 %
Dowjones PTS
25 033.31
+0.06 %
7 364.21
-0.16 %
Nikkei PTS
22 597.35
+1.85 %

Michel Sardou: "Je ne suis pas l'homme de mes chansons"

| AFP | 409 | Aucun vote sur cette news
Michel Sardou sur la scène du Palais Omnisport de Bercy, le 12 décembre 2012 à Paris
Michel Sardou sur la scène du Palais Omnisport de Bercy, le 12 décembre 2012 à Paris ( PIERRE VERDY / AFP )

"Je ne suis pas l'homme de mes chansons", clame à l'AFP Michel Sardou, qui vient de sortir son ultime album, "Le choix du fou", satisfait de finir "sur une bonne note" 50 ans de carrière jalonnée de tubes comme de chansons polémiques.

QUESTION: Votre 26e album sera le dernier. En êtes vous satisfait ?

REPONSE: "Je l'aime bien. Et j'en parle d'autant plus librement que je n'ai pas écrit beaucoup (une chanson). J'ai adhéré tout de suite aux idées qu'on m'a suggérées. C'est rare que je dise ça. En général, mes disques, je m'en fous".

Q: Vous abordez des thèmes inhabituels...

R: "+San Lorenzo+, jamais je n'aurais pensé chanter sur le pape. Cet homme qu'on croit, qu'on suit, qu'on écoute et qui doute, parce que c'est avant tout un homme, ça m'a plu. +La colline de la soif+, c'est sur le réchauffement climatique. Ca me préoccupe. +Le médecin de campagne+, ça me parle. J'ai trouvé que c'était délicatement écrit. C'est important que les chansons soient vraies".

Michel Sardou entre Coluche et Enrico Macias (D) à Paris, le 14 décembre 1985, sur le plateau d'Europe 1, où ils sont venus soutenir la campagne en faveur des restos du coeur
Michel Sardou entre Coluche et Enrico Macias (D) à Paris, le 14 décembre 1985, sur le plateau d'Europe 1, où ils sont venus soutenir la campagne en faveur des restos du coeur ( PASCAL GEORGE / AFP/Archives )

Q: Sur "J'aimerais savoir", vous interrogez l'enfant que vous étiez...

R: "Je ne sais pas comment il me verrait aujourd'hui. Il y a des enfants qui connaissent tôt leur vocation. Moi je n'avais le désir de rien. C'est arrivé comme ça, après le bac. J'ai pris des cours de comédie. Aucun atavisme. Et je n'ai pas demandé à mon père de m'aider. Il m'a foutu dehors: +si tu veux être comédien, il faut que tu en vives. Tu ne pourras rentrer que si tu es malade+. Et il a refermé la porte".

Q: Avez vous encore plaisir à chanter ?

R: "C'est revenu. Parce que j'ai retrouvé ma voix. J'ai eu un problème au niveau des sinus qui affectait mes cordes vocales. Deux opérations, un an à travailler avec un prof. Je touche du bois là, j'ai une voix d'enfer. Même si j'ai baissé ma tonalité. A 70 ans on n'est plus ténor, je suis baryton".

Q: Votre tournée marche, vous rajoutez des dates (à La Seine Musicale du 26 décembre au 7 janvier, 14-15 mars)...

R: "Soyons véridiques: c'est un triomphe! Je n'ai jamais fait autant de monde! Je ne m'attendais pas à ça. Le succès m'a toujours suivi, mais comme ça faisait quatre ans qu'on ne m'avait pas vu... Le public a même rajeuni."

Q: Pourquoi apparaissez-vous sur scène avec un nœud papillon dénoué ?

R: "J'ai piqué ça à Frank Sinatra. C'est vachement mieux que le nœud pap' fermé. Sinon, ça vous fait un double menton quand vous chantez et une tronche de pastèque."

Michel Sardou lors de son récital à l'Olympia le 31 décembre 1974 à Paris
Michel Sardou lors de son récital à l'Olympia le 31 décembre 1974 à Paris ( STAFF / AFP/Archives )

Q: Certaines de vos chansons ont suscité des polémiques. Estimez-vous avoir été mal compris ?

R: "Complètement. Parce que je dis +je+, les gens ne font pas la différence. Quand je chante, ils se disent, +il le pense vraiment+. Mais j'incarne un personnage! Je ne suis pas l'homme de mes chansons. Je ne prends pas mon stylo en me disant +qu'est-ce que je vais faire pour les emmerder cette fois?+"

Q: Mais vous aimez bien parfois appuyer là où ça fait mal, non ?

R: "J'ai l'impression de capter ce qu'il y a dans l'air. Là, par exemple, ce qui me choque, c'est fixer l'âge de consentement à un acte sexuel à 13 ans. Ma petite-fille a 13 ans! Je ne veux pas, moi! C'est un bébé, qu'est-ce qu'elle va consentir à coucher avec un mec? Je n'écris plus de chansons. Mais la prochaine ç'aurait été sur ça!"

Q: Y a-t-il des choses que vous ne pourriez plus sortir aujourd'hui ?

R: "Plein! Qu'est-ce que j'ai pris dans la gueule! Encore aujourd'hui, je suis un dangereux machiste! Dans +Etre une femme+, tout ce que je disais, elles le font aujourd'hui. Pilote d'avion, chauffeur de bus... Elles font des métiers de mecs! Est-ce dégradant? Pourtant, de nombreuses associations féministes m'ont bastonné".

Q: Pourquoi faites-vous la tête sur vos pochettes d'albums ?

R: "Mais parce que je n'aime pas faire de photos! Sur scène, je me marre avec le public! Mais quand il faut poser... Je n'y arrive pas. Je ne ferai jamais la publicité pour Chanel hommes! Alors les gens disent, +il fait la gueule+. Mais non! Je n'aime pas les photos, c'est tout! J'ai une timidité. Et j'aime pas ma gueule".

Les chanteurs Nana Mouskouri, Michel Sardou et Serge Lama à Paris, le 12 janvier 1977
Les chanteurs Nana Mouskouri, Michel Sardou et Serge Lama à Paris, le 12 janvier 1977 ( STRINGER / AFP/Archives )

Q: Vous arrêtez la chanson mais pas le théâtre...

R: "Je veux finir par là où tout a commencé. La chanson m'a procuré un bonheur énorme. Je finis sur une bonne note. Je me sens incapable de me renouveler, j'ai tout dit. Je préfère retourner au théâtre, faire rire, émouvoir".

Q: Quel regard portez-vous sur votre vie ?

R: "Je me suis éclaté. J'ai toujours eu des aventures, des incidents, des femmes complètement folles... Et je m'en sors à chaque fois. Je suis assez imperturbable. J'attends que ça passe."

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

LES SUMMER DAYS

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 16 juillet 2018

CODE OFFRE : SUMMER18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : SUMMER18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/07/2018

"Ces partenariats sont construits en conformité avec les règles du droit de la concurrence", assure Carrefour...

Publié le 16/07/2018

Communiqué de presse                                                                            …

Publié le 16/07/2018

    Communiqué financier     Chiffre d'affaires 1er semestre 2018 : 94,8 MEUR Activité récurrente en hausse de 6,3% Priorité aux marges       Reims, le 16 juillet…

Publié le 16/07/2018

  NEOLIFE ANNONCE LE PRINCIPE D'UNE EMISSION ET DE L'ATTRIBUTION GRATUITE DE BSA A SES ACTIONNAIRES     NEOLIFE® (Euronext Growth : FR0011636083 - ALNLF), acteur…

Publié le 16/07/2018

Les ventes de la société Theraclion SA seule s’élèvent à 862 000 euros, en hausse de 15% au premier semestre, clos fin juin. Conformément à l’évolution du périmètre comptable de la…