En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 269.92 PTS
-
5 251.00
-2.19 %
SBF 120 PTS
4 172.22
-
DAX PTS
11 364.17
-1.61 %
Dowjones PTS
25 502.32
-1.77 %
7 326.06
-2.23 %
1.129
-0.06 %

#Metoo sud-coréen: un cinéaste porte plainte contre un groupe féministe

| AFP | 260 | Aucun vote sur cette news
Le réalisateur sud-coréen Kim Ki-duk, le 17 février 2018 à Berlin
Le réalisateur sud-coréen Kim Ki-duk, le 17 février 2018 à Berlin ( John MACDOUGALL / AFP/Archives )

Le réalisateur sud-coréen Kim Ki-duk accusé d'abus sexuels a porté plainte contre un groupe de défense des droits des femmes pour les "dégâts" infligés à sa réputation, a-t-on appris jeudi auprès d'un greffe de Séoul.

M. Kim, 58 ans, est l'un des plus grands cinéastes de Corée du Sud. Il a obtenu en 2012 le Lion d'Or du meilleur film au festival de Venise pour "Pieta" ou encore l'Ours d'argent à Berlin pour "Samaria" en 2004.

En 2017, une actrice qui a demandé l'anonymat l'a accusé d'abus sexuels et physiques lors du tournage du film "Moebius", en la giflant et en la forçant à filmer des scènes de nu et de relations sexuelles qui ne figuraient pas dans le script.

Le parquet avait classé sans suite les accusations d'abus sexuels en citant le manque de preuves. Mais le cinéaste s'était vu infliger cinq millions de wons d'amende (4.000 euros) pour agression physique au terme d'une procédure permettant de régler les affaires mineures sans passer par la case procès.

Le mois dernier, le réalisateur a porté plainte contre Womenlink, association influente de défense des droits des femmes de Séoul qui avait fait campagne au nom de l'actrice, réclamant 300 millions de wons (235.000 euros) de dommages et intérêts, a expliqué à l'AFP une porte-parole du tribunal du district ouest de Séoul.

M. Kim affirme que sa réputation "a été endommagée de manière significative", en particulier lorsque le groupe a demandé au festival international Yubari du film fantastique, au Japon, d'annuler une invitation à y participer, selon Womenlink.

Le réalisateur accuse également le groupe de l'avoir "stigmatisé de manière injuste en tant que prédateur sexuel", lui causant des torts financiers, certains de ses films ayant été privés de distributeurs en Corée du Sud et à l'étranger pour cette raison.

La déferlante mondiale #MeToo est aussi arrivée en Corée du Sud, société profondément patriarcales, avec des révélations d'abus commis par des personnalités.

"La personne qui a porté atteinte à la réputation de Kim Ki-duk est est Kim Ki-duk lui-même", a réagi Womenlink. "Il ternit encore sa propre réputation en portant plainte contre une organisation qui soutient les victimes" de violences sexuelles.

Le groupe fait valoir que les plaintes pour diffamation et les demandes de dédommagements sont une tactique courante en Corée du Sud pour faire taire les victimes.

Le parquet sud-coréen a récemment classé sans suite une plainte en diffamation du réalisateur contre l’actrice et des journalistes ayant fait état d'accusations contre lui.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 15 avril 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/03/2019

Le résultat net part du Groupe Afone s'élève à 11,33 ME...

Publié le 22/03/2019

Sanofi et Lexicon vont coopérer étroitement avec la FDA pour définir les prochaines mesures appropriées...

Publié le 22/03/2019

La FDA publie une lettre de réponse complète au sujet de  Zynquista(TM) (sotagliflozine)     Paris et The Woodlands (Texas) - Le 22 mars 2019 -  La Food and Drug…

Publié le 22/03/2019

Elis a signé un accord portant sur l’acquisition de 100 % de l’activité Tapis de « Blesk InCare » en Russie. La finalisation de la transaction est soumise aux conditions réglementaires…

Publié le 22/03/2019

L'assemblée générale mixte des actionnaires d'Argan a approuvé la distribution d’un dividende 2018 de 1,35 euro par action, avec option pour le paiement du dividende en action (sur la totalité…