En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 853.70 PTS
-0.88 %
4 822.0
-1.37 %
SBF 120 PTS
3 857.72
-0.89 %
DAX PTS
10 865.77
-0.54 %
Dowjones PTS
24 100.51
-2.02 %
6 594.96
-2.56 %
1.130
+0.00 %

Les aînés Hallyday réclament un droit de regard sur l'album de leur père sous "48 heures"

| AFP | 281 | Aucun vote sur cette news
Laura Smet et David Hallyday devant l'Eglise de la Madeleine, lors des obsèques de leur père Johnny Hallyday, le 9 décembre 2017 à Paris
Laura Smet et David Hallyday devant l'Eglise de la Madeleine, lors des obsèques de leur père Johnny Hallyday, le 9 décembre 2017 à Paris ( BERTRAND GUAY / AFP/Archives )

Laura Smet et David Hallyday réclament un droit de regard sur l'album posthume de leur père "dans un délais de 48 heures" selon l'assignation en référé qui sera examinée jeudi à Nanterre et que l'AFP a pu consulter.

Les aînés de Johnny Hallyday veulent "pouvoir se prononcer sur ce projet d'album d'enregistrements posthumes de Jean-Philippe Smet" et donnent à la dernière épouse du rockeur Laeticia Hallyday "un délai de 48 heures" pour accéder à leur demande. Ils réclament une "astreinte de 10.000 euros par jour de retard" en cas de non-respect de leur souhait.

Laura Smet, 34 ans, et David Hallyday, 51 ans, assignent dix personnes physiques et morales devant le tribunal des référés. Outre Laeticia Hallyday et ses deux filles, Jade et Joy, sont visés la société SLJ (la SCI détenant la villa de Marnes-la-Coquette), la Sacem, la société civile pour l'Administration des droits des artistes et musiciens interprètes (Adami), Warner Music France, Warner Chappell Music France, Decibel Productions et la société de perception et de distribution des droits des artistes interprètes.

Les requérants, qui dans une procédure distinctes réclament une part de l'héritage de Johnny Hallyday, demandent dans l'attente du règlement de ce litige des "mesures conservatoires sur les biens immobiliers" de la star.

Ils réclament enfin "la mise sous séquestre" des "redevances perçues au titre des droits d'auteur" de l'artiste. Selon l'assignation, 1.160 œuvres de Johnny Hallyday sont concernées.

Pour contester l'héritage, David Hallyday et Laura Smet s'appuient sur un testament rédigé par leur père le 3 avril 2014 et qui confie l'ensemble de sa fortune à sa femme et ses deux dernières filles. Or d'après eux, ce testament rédigé en France ne respecte pas la loi française qui interdit de déshériter ses enfants.

Les deux aînés réclament que 25% du patrimoine de la star décédée le 6 décembre revienne à Laeticia Hallyday et 18,75% à chacun des quatre enfants, conformément au droit français.

Le testament sur lequel s'appuie la partie adverse a été rédigé postérieurement, en juillet 2014 et en Californie, un Etat où la loi permet de répartir un héritage comme on le souhaite.

Le patrimoine immobilier du rockeur décédé à 74 ans est constitué de trois villas à Los Angeles, Saint-Barthélémy et Marnes-la-Coquette (Hauts-de-Seine). Cette dernière est détenue par une société civile immobilière (SCI) dont les associés sont Laeticia Hallyday, Jade et Joy.

Johnny Hallyday détenait en outre plusieurs véhicules de luxes et des motos, dont il était passionné.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/12/2018

Carbios annonce la nomination de Ian Hudson au poste de Président du Conseil d’administration. Il succède à Jean Falgoux et prendra ses nouvelles fonctions le 1er Janvier 2019, après avoir été…

Publié le 14/12/2018

Deuxième séance consécutive de correction pour l'indice parisien...

Publié le 14/12/2018

Le Conseil d'Administration de SoLocal Group, tenu ce jour, a pris acte de la démission d'Arnaud Marion, qui suite à la prise de ses nouvelles fonctions exécutives au sein de Smovengo, a souhaité…

Publié le 14/12/2018

Dans la continuité de la politique de distribution de dividendes des derniers exercices, le Conseil d’administration de Kering a décidé, lors de sa réunion du 14 décembre 2018, le versement…

Publié le 14/12/2018

Compte tenu des bons résultats de 2CRSi en 2018, une prime a été décidée pour tous les salariés du groupe en France...