En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 412.83 PTS
-
5 397.00
-
SBF 120 PTS
4 285.80
-
DAX PTS
11 657.06
-
Dowjones PTS
25 914.10
+0.25 %
7 326.28
+0.26 %
1.134
+0.11 %

La Maison Blanche verdit chaque année pour la Saint-Patrick

| AFP | 178 | Aucun vote sur cette news
Le Premier ministre irlandais Leo Varadkar avec Donald et Melania Trump à la Maison Blanche le 15 mars 2018
Le Premier ministre irlandais Leo Varadkar avec Donald et Melania Trump à la Maison Blanche le 15 mars 2018 ( Mandel NGAN / AFP )

Cravate verte de circonstance autour du cou, Donald Trump recevra jeudi un bol de trèfles des mains du Premier ministre irlandais Leo Varadkar. Une tradition qui remonte aux années 1950 et qui offre chaque année à l'Irlande pour la Saint-Patrick un accès à la Maison Blanche sans équivalent pour un si petit pays.

L'Irlande, jeune nation, est encore très discrète sur la scène diplomatique lorsque son ambassadeur aux Etats-Unis, John Hearne, se rend à la Maison Blanche le 17 mars 1952 pour offrir à Harry Truman une boîte de trèfles, symboles de son île.

Pas de chance, le président américain est en vacances en Floride. Mais le diplomate irlandais, opiniâtre, a plus de succès l'année suivante avec Dwight Eisenhower, qui le reçoit officiellement pendant une quinzaine de minutes pour réceptionner les fameux trèfles et discuter brièvement des relations entre leurs deux pays.

Déjeuner de la Saint-Patrick pour Ronald Reagan (à droite), le 17 mars 1988 dans un bar d'Alexandria, près de Washington
Déjeuner de la Saint-Patrick pour Ronald Reagan (à droite), le 17 mars 1988 dans un bar d'Alexandria, près de Washington ( MIKE SARGENT / AFP )

La tradition n'a presque pas connu d'interruption jusqu'à aujourd'hui, les présidents des Etats-Unis --dont tous peuvent revendiquer un héritage irlandais plus ou moins éloigné-- s'y prêtant plutôt de bonne grâce. Notamment Ronald Reagan.

"Il adorait la Saint-Patrick (fête célébrant le saint patron de l'Irlande)", explique à l'AFP Matthew Costello, historien de l'Association historique de la Maison Blanche. "Il aimait raconter des blagues irlandaises sur sa famille. Une année, il s'est éclipsé pour aller déjeuner et boire une pinte à Alexandria (près de Washington) sans le dire à personne. Le patron du bar a seulement été prévenu une heure avant que le président allait venir".

Les bonbons de Reagan

Fontaine de la Maison Blanche colorée en vert (une idée de Michelle Obama), repas, échanges de bons mots, la visite annuelle du Premier ministre irlandais à Washington est surtout l'occasion de célébrer joyeusement les liens particuliers qui unissent les deux pays depuis l'émigration massive outre-Atlantique au 19ème siècle d'Irlandais fuyant la famine.

La fontaine des jardins sud de la Maison Blanche colorée en vert à l'occasion de la Saint-Patrick 2016, sous le président Obama
La fontaine des jardins sud de la Maison Blanche colorée en vert à l'occasion de la Saint-Patrick 2016, sous le président Obama ( Nicholas Kamm / AFP )

Mais elle offre aussi à l'Irlande, moins de 5 millions d'habitants, une plateforme diplomatique dont aucun autre pays de cette taille ne peut bénéficier auprès de la première puissance mondiale.

Les dirigeants irlandais en ont notamment fait usage dans les années 1990 pour plaider leur cause auprès de Bill Clinton dans les délicates négociations sur le processus de paix en Irlande du Nord.

L'actuel "Taoiseach" (Premier ministre irlandais) Leo Varadkar, accompagné cette semaine aux Etats-Unis de plusieurs membres de son gouvernement et de chefs d'entreprise du pays, devrait également profiter de son face-à-face avec Donald Trump ce jeudi pour aborder plusieurs questions diplomatiques, comme l'impact du Brexit sur l'île d'Emeraude.

Le Premier ministre irlandais Bertie Ahern (à gauche) offre un bol de trèfles à Bill Clinton le 17 mars 1998 à la Maison Blanche
Le Premier ministre irlandais Bertie Ahern (à gauche) offre un bol de trèfles à Bill Clinton le 17 mars 1998 à la Maison Blanche ( STEPHEN JAFFE / AFP )

Les deux hommes, que tout oppose humainement --M. Varadkar, 40 ans, est métis et homosexuel--, avaient notamment évoqué l'an dernier lors de leur première rencontre le sort des milliers d'Irlandais vivant clandestinement aux Etats-Unis, avant de clore la journée par la traditionnelle "cérémonie des trèfles".

Pour des raisons de sécurité, ces derniers "doivent être détruits", note Matthew Costello depuis les bureaux de son association, à quelques pas de la Maison Blanche.

Les présidents américains peuvent en revanche conserver le bol en cristal dans lequel les trèfles sont généralement présentés. Ronald Reagan, raconte l'historien, avait ainsi trouvé à l'élégant récipient une utilité de la plus haute importance: entreposer les bonbons dont il était notoirement friand.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 15 avril 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/03/2019

Le Président Directeur Général a décidé d'émettre, le 15 mars 2019, 26 OCA numérotées de 53 à 78 au profit de Nice & Green...

Publié le 18/03/2019

Rendez-vous le 16 avril...

Publié le 18/03/2019

Le géant de la tech américaine bat des records à Wall Street, et conforte son statut de 1ère capitalisation mondiale.

Publié le 18/03/2019

L'appréciation du patrimoine immobilier qui génère un impact positif sur le résultat de 21,3 ME...

Publié le 18/03/2019

Le groupe strasbourgeois 2CRSI, constructeur de serveurs informatiques de très hautes performances, et Gamestream, leader des services de streaming de...