En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 374.92 PTS
+0.21 %
5 375.0
+0.22 %
SBF 120 PTS
4 315.54
+0.13 %
DAX PTS
12 177.61
+0.16 %
Dowjones PTS
26 246.96
+0.71 %
7 494.40
+0.00 %
1.167
+0.05 %

Défilé sans missiles intercontinentaux à Pyongyang, Trump se réjouit

| AFP | 467 | Aucun vote sur cette news
Défilé militaire à Pyongyang, le 9 septembre 2018
Défilé militaire à Pyongyang, le 9 septembre 2018 ( Ed JONES / AFP )

Des milliers de soldats suivis par l'artillerie et les chars ont défilé à Pyongyang dimanche pour célébrer le 70e anniversaire de la Corée du Nord mais le régime s'est abstenu de montrer les missiles balistiques intercontinentaux, une rupture immédiatement saluée par Donald Trump qui a parlé d'"un message fort".

"Merci au président Kim", a tweeté le président américain, affichant une forme de complicité avec l'homme fort de Pyongyang en assurant que rien ne valait "un bon dialogue entre deux personnes qui s'apprécient".

La République populaire démocratique de Corée (RPDC) a été proclamée le 9 septembre 1948, trois ans après la division de la péninsule par Washington et Moscou aux derniers jours de la Seconde Guerre mondiale.

Les grands événements rythment traditionnellement le calendrier politique de la Corée du Nord, et sont l'occasion pour elle de faire la démonstration de ses progrès dans sa quête pour se doter d'un missile capable de transporter une tête nucléaire sur le territoire continental des Etats-Unis.

Mais trop montrer ses muscles aurait pu mettre en danger les efforts diplomatiques en cours, après la rencontre en juin à Singapour entre Donald Trump et Kim Jong Un, lequel tiendra son troisième sommet avec le président sud-coréen Moon Jae-in à Pyongyang mi-septembre.

Après une salve de 21 coups de canon, des dizaines d'unités d'infanterie ont défilé place Kim Il Sung, certaines équipées de lunettes de vision nocturne ou de lance-roquettes RPG sous le regard de M. Kim, petit-fils du fondateur de la Corée du Nord et troisième de la dynastie régnante.

Li Zhanshu, l'un des sept membres du comité permanent du politburo du Parti communiste chinois, était assis à ses côtés.

Des transports de troupes blindés, des lance-roquettes multiples et les chars ont suivi, survolés par des biplans formant le chiffre "70". Des chasseurs expulsant des fumées rouges, blanches et bleues --les couleurs du drapeau nord-coréen-- sont passés au dessus de la tour du Juche, monument à la gloire de la philosophie politique de Kim Il Sung.

- "Minimiser le militaire" -

Défilé militaire à Pyongyang, le 9 septembre 2018
Défilé militaire à Pyongyang, le 9 septembre 2018 ( Ed JONES / AFP )

Puis sont venus les missiles, point d'orgue traditionnel des défilés. Mais seuls ont été montrés des engins de courte portée, le Kumsong-3, missile de croisière antinavire, et le Pongae-5, un engin sol-air.

Il n'y avait aucun signe des Hwasong-14 et 15, missiles capables d'atteindre le territoire continental des Etats-Unis et qui changèrent la donne stratégique lorsqu'ils furent testés l'année dernière.

"On dirait que les Nord-Coréens ont vraiment essayé de minimiser la nature militaire" de l'événement, a commenté Chad O'Carroll, directeur du Korea Risk Group.

Pyongyang n'a pas fait part publiquement de sa volonté de renoncer aux armes qu'il a passé des décennies à mettre au point, pour un coût financier et politique énorme. Mais il mène depuis plusieurs mois une offensive de charme.

En avril, M. Kim avait déclaré que le programme d'armements nucléaires de son pays était parachevé et fait de la "construction économique socialiste" la nouvelle priorité stratégique.

Immédiatement après le défilé militaire, des milliers de civils ont paradé, accompagnés de chars dépeignant des thèmes économiques et des appels à la réunification de la péninsule dont la guerre (1950-53) avait consacré la division. Les gens agitaient des drapeaux et des bouquets de fleurs, souhaitant "longue vie" au leader.

- Depardieu de la partie -

Des invitations avaient été envoyées aux quatre coins de la planète mais seul le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz avait répondu présent.

De manière plus anecdotique, le monstre sacré du cinéma français, Gérard Depardieu, était également de la fête, assis en dessous de la tribune principale.

A l'issue de la parade civile, MM. Kim et Li ont salué la foule, le Nord-Coréen soulevant la main de son invité.

Pékin est le grand protecteur et partenaire commercial du Nord. Après des années de froid dues aux ambitions militaires nord-coréennes, les relations se sont nettement réchauffées cette année.

"La Chine reste un acteur très important et sa présence ici avec une délégation de si haut niveau est destinée à le rappeler aux Etats-Unis", a souligné M. O'Carroll.

Washington veut "une dénucléarisation définitive et entièrement vérifiée" du Nord mais celui-ci ne s'est engagé qu'à travailler pour une péninsule dénucléarisée, un euphémisme sujet à toutes les interprétations.

L'acteur français Gérard Depardieu (au centre) assiste au défilé militaire le 9 septembre 2018 à Pyongyang en compagnie de l'écrivain français Yann Moix (à droite)
L'acteur français Gérard Depardieu (au centre) assiste au défilé militaire le 9 septembre 2018 à Pyongyang en compagnie de l'écrivain français Yann Moix (à droite) ( Sebastien BERGER / AFP )

Le processus patine depuis plusieurs semaines. Le Nord exige une déclaration qui mette fin officiellement à la guerre de Corée --laquelle a cessé sur un simple armistice--, Séoul se retrouvant pris en étau entre son voisin et son allié américain.

"Apparemment, Kim Jong Un a jugé que ce n'était pas le moment de provoquer inutilement M. Trump", a dit Kim Yong-hyun, enseignant d'études nord-coréennes à l'Université Dongguk de Séoul.

Mais certaines choses ne changent pas. "Détruisez les agresseurs impérialistes américains, l'ennemi juré du peuple de Corée du Nord!", proclamait le slogan figurant sur de nombreux chars au cours du défilé.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/09/2018

D'après les données de NPD...

Publié le 19/09/2018

L'allemand va être repris par le géant américain Thor

Publié le 19/09/2018

idi INVESTIR EN PRIVATE EQUITY       Paris, le 19 septembre 2018   Communiqué de mise à disposition du rapport financier semestriel au 30 juin 2018     Le…

Publié le 19/09/2018

Engie est sous pression à la mi-journée, en retrait de 2% à 12,2 euros, sur un plancher de 18 mois...

Publié le 19/09/2018

Par courrier reçu le 17 septembre 2018 par l'AMF, complété par un courrier reçu le 19 septembre, la société anonyme de droit luxembourgeois Vesalius...