En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ browserName + ' ' + browserVersion }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 372.31 PTS
-0.34 %
5 374.00
-0.19 %
SBF 120 PTS
4 310.01
-0.31 %
DAX PTS
12 695.16
+0.14 %
Dowjones PTS
24 681.32
-0.08 %
7 288.30
+0.83 %
Nikkei PTS
22 555.43
-

Japon: la princesse Mako annonce ses fiançailles avec un roturier

| AFP | 375 | 3 par 1 internautes
La princesse Mako, petite-fille de l'empereur du Japon, et son fiancée, Kei Komuro, annoncent leurs fiançailles, le 3 septembre 2017 à Tokyo
La princesse Mako, petite-fille de l'empereur du Japon, et son fiancée, Kei Komuro, annoncent leurs fiançailles, le 3 septembre 2017 à Tokyo ( Shizuo Kambayashi / POOL/AFP )

La princesse Mako, petite-fille de l'empereur du Japon, a annoncé dimanche ses fiançailles avec un roturier en vue d'un mariage qui l'exclura de la famille impériale aux termes d'une loi controversée qui ne s'applique qu'aux femmes.

Mako, 25 ans, s'est déclarée "vraiment heureuse" et a dit être "consciente depuis l'enfance de devoir quitter tout statut royal dès le mariage".

"Tout en travaillant de mon mieux pour aider l'empereur et remplir mes devoirs de membre de la famille impériale, j'ai veillé à ma propre vie", a-t-elle déclaré au cours d'une conférence de presse, aux côtés de son fiancé.

Elle a rencontré Kei Komuro à l'université. Le jeune homme télégénique de 25 ans, qui travaille dans un cabinet d'avocats, a précisé l'avoir demandée en mariage il y a plus de trois ans.

Mako veille doucement sur lui "comme la lune", a-t-il dit avec poésie, ce à quoi la princesse lui a répondu que son sourire était "comme le soleil".

Les fiançailles devaient être annoncées en juillet mais la nouvelle avait été gardée pour plus tard par respect pour les victimes d'inondations meurtrières survenues dans le sud-ouest du pays.

Un responsable de la maison impériale a précisé que le mariage aurait lieu après l'été 2018.

Mako perdra donc son titre de princesse alors que l'empereur Akihito lui-même et ses deux fils ont épousé des roturières qui font maintenant partie de la famille impériale.

Au moment où le pays se prépare à vivre la première abdication d'un empereur en 200 ans, cette nouvelle fait ressurgir les inquiétudes sur l'avenir du trône du Chrysanthème et ravive le débat sur une remise en cause de cette loi afin d'augmenter les chances de voir naître des héritiers masculins.

Les conservateurs, dont le Premier ministre Shinzo Abe, s'opposent vigoureusement à de tels changements bien que le Japon ait été dans son histoire dirigé par des femmes.

L'empereur Akihito, qui avait succédé en 1989 à son père décédé Hirohito, avait laissé filtrer en août 2016 son souhait d'abdiquer, en raison de son âge avancé. Le Parlement japonais a voté en juin une loi permettant au souverain âgé de 83 ans de céder le trône à son fils aîné, le prince héritier Naruhito.

Après Naruhito, son frère Akishino et le fils de ce dernier, Hisahito, encore enfant, sont dans l'ordre de succession les héritiers du trône.

Mais pour la suite, il n'existe actuellement aucun héritier mâle, et la chaîne de plusieurs siècles de succession par les hommes pourrait se voir brisée si Hisahito n'a pas de fils.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 3
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/06/2018

"Nous souhaitions nous rapprocher d'un industriel partageant nos valeurs"...

Publié le 20/06/2018

Communiqué de presse - 20 juin 2018       La société Autolib' conteste vigoureusement les allégations contenues dans le communiqué du Syndicat…

Publié le 20/06/2018

Deux acquisitions dont le montant n'est pas dévoilé...

Publié le 20/06/2018

Les partenaires vont proposer une solution de dosage d'insuline complète s'inscrivant dans le continuum des soins...

Publié le 20/06/2018

A la suite de cette opération, le capital social d'Eiffage s'élève à 392.000.000 euros...