En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 767.73 PTS
-0.94 %
4 774.5
-0.62 %
SBF 120 PTS
3 801.33
-0.80 %
DAX PTS
10 706.30
-0.76 %
Dowjones PTS
24 267.34
-0.50 %
6 643.11
+0.45 %
1.141
+0.18 %

Japon: deniers publics et rites impériaux, un prince prend position

| AFP | 244 | Aucun vote sur cette news
Le prince Akishino et la princesse Kiko lors d'une conférence de presse, le 22 novembre 2018 à Tokyo
Le prince Akishino et la princesse Kiko lors d'une conférence de presse, le 22 novembre 2018 à Tokyo ( HANDOUT / Maison impériale/AFP )

Le frère du prince héritier du Japon a critiqué publiquement le projet de faire financer par des fonds publics des rites religieux prévus pour l'intronisation de son frère en 2019, une sortie rare pour un membre de la famille impériale.

Le prince Akishino, le plus jeune des deux fils de l'empereur Akihito, deviendra prince héritier lorsque son père abdiquera l'an prochain en laissant la place à son fils aîné Naruhito.

Au cours d'une conférence de presse organisée la semaine dernière et dont le contenu a été rendu public vendredi, il est entré de façon inattendue dans une controverse en cours au Japon sur le fait de savoir si une des cérémonies de l'accession au trône du prince héritier pourrait contrevenir au principe de la séparation de la religion et de l'Etat.

Akishino a souligné que le rite Daijosai qui doit être observé en novembre 2019 est "d'une nature hautement religieuse". "Je me demande s'il est correct de financer une chose aussi religieuse avec de l'argent public", a-t-il déclaré, ajoutant qu'il avait exprimé son opposition au chef de l'Agence de la maison impériale. "Il ne m'a pas écouté", a lâché le prince.

La presse japonaise a rapporté que le chef de l'Agence, Shinichiro Yamamoto, a réagi en s'excusant mais en affirmant aussi avoir expliqué clairement à ce membre haut placé de la famille impériale le processus de décision.

Les remarques du prince Akishino ont suscité des questions, la Constitution du pays interdisant toute intervention impériale dans les affaires politiques.

"Si ses propos sont considérés comme une objection au financement public (décidé par le gouvernement), ils pourraient constituer une violation" de ce principe, a déclaré à l'agence de presse Kyodo une source au sein des services du Premier ministre.

Le prince a exprimé ses "vues personnelles" et "il n'y a pas de problème constitutionnel car elles n'ont aucune influence sur la politique du pays", a cependant déclaré de son côté à la presse le porte-parole adjoint du gouvernement, Yasutoshi Nishimura.

Les paroles du prince tombent au moment où des citoyens japonais, parmi lesquels figurent des membres d'organismes bouddhistes et des chrétiens, s'apprêtent à poursuivre début décembre le gouvernement en justice en raison de ses projets de financement de cérémonies liées à l'abdication de l'ancien empereur et son remplacement.

Des plaintes du même type avaient également été déposées au moment où Akihito succéda à son père Hirohito, décédé en 1989.

Tous les recours en justice ont à l'époque été déboutés, mais une cour d'appel a indiqué que des doutes pouvaient exister quant à la constitutionnalité de l'imputation sur les deniers de l'Etat des coûts de certaines cérémonies à caractère purement religieux, en l'occurrence répondant aux règles du shintoïsme.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 10/12/2018

Caisse Régionale de Crédit Agricole Mutuel Brie Picardie Société coopérative à…

Publié le 10/12/2018

Magasin laboratoire...

Publié le 10/12/2018

Communiqué de Presse             Paris, le 10 décembre 2018   Tableau de déclaration mensuelle des opérations réalisées en novembre 2018 Date de début…

Publié le 10/12/2018

10 DECEMBRE 2018 NOMBRE D'ACTIONS ET DE DROITS DE VOTE COMPOSANT LE CAPITAL INFORMATION MENSUELLE 30 NOVEMBRE 2018     La société Officiis Properties…

Publié le 10/12/2018

Lundi 10 décembre 2018AIR FRANCE-KLM Le groupe aérien publiera (avant Bourse) le trafic du mois de novembre. Mardi 11 décembre 2018Aucune publication n'est attendue.Mercredi 12 décembre…