En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 801.55 PTS
+0.03 %
5 808.5
+0.22 %
SBF 120 PTS
4 572.80
+0.09 %
DAX PTS
13 054.80
-0.65 %
Dow Jones PTS
27 645.91
-0.01 %
8 298.42
+0.02 %
1.110
+0.18 %

Dix mois de prison avec sursis requis contre Luc Besson pour avoir licencié son assistante de direction

| AFP | 387 | 5 par 1 internautes
Luc Besson à Los Angeles le 24 septembre 2014
Luc Besson à Los Angeles le 24 septembre 2014 ( Alberto E. Rodriguez / GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/Archives )

Une peine de 10 mois de prison avec sursis a été requise contre le cinéaste Luc Besson pour avoir licencié, en 2018, l'assistante de direction de sa société EuropaCorp alors qu'elle était en arrêt maladie, a-t-on appris jeudi auprès du parquet de Bobigny.

Le réalisateur était absent mercredi à l'audience devant le tribunal correctionnel de Bobigny où il était cité à comparaître pour "discrimination fondée sur l'état de santé", a indiqué le parquet.

En octobre 2017, l'assistante de direction de Luc Besson fait une demande, à deux reprises, pour des congés que ce dernier refuse. "Lassée du harcèlement qu'elle subit depuis des années", elle se met en arrêt maladie, explique à l'AFP Me Mathieu Brulé, son avocat.

L'assistante de direction est alors licenciée pour "faute grave" le 9 janvier 2018 sur la base de cet arrêt de travail qui est qualifié de "frauduleux" par Luc Besson.

"Nous sommes dans une affaire où une salariée est harcelée puis licenciée en raison de son arrêt maladie, ce qui constitue une discrimination", estime Me Brulé.

Une décision du 9 octobre 2019 du conseil des Prud'hommes de Seine-Saint-Denis a en outre reconnu le harcèlement que subissait la salariée d'EuropaCorp de la part de son employeur.

"C'est une histoire rocambolesque qui n'aurait jamais dû atterrir dans un tribunal correctionnel", a indiqué à l'AFP Arnaud de Senilhes, avocat du réalisateur.

"M. Besson n'a pas licencié son assistante parce qu'elle était en congé maladie mais pendant son congé maladie. Il n'y a rien de discriminant", affirme Me de Senilhes. Selon l'avocat, elle aurait utilisé cet arrêt pour prendre ses vacances.

Dans la soirée, un porte-parole d'EuropaCorp a "fait part de la profonde exaspération de l’ensemble de la société" du réalisateur, dans un communiqué reçu par l'AFP. "Suite aux bashing, aux allégations mensongères dont Luc Besson est une fois de plus l’objet".

"La demande de reconnaissance du caractère discriminatoire, lorsqu’elle a été jugée (par la justice prudhommale, ndlr), a été déclarée infondée. EuropaCorp attend donc la décision du tribunal de Bobigny avec sérénité", a ajouté ce porte-parole.

Le procureur de Bobigny a également requis 30.000 euros d'amende contre le PDG d'EuropaCorp et 50.000 euros pour sa société, en grande difficulté financière, qui est placée depuis octobre en procédure de sauvegarde.

Le délibéré sera rendu le 8 janvier 2020.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 décembre 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 05/12/2019

Cette ligne de financement de 25 ME, qui avait pour objectif principal de financer le développement de DMS Group

Publié le 05/12/2019

Engie acquiert Renvico auprès de Macquarie Infrastructure and Real Assets (MIRA) et de KKR avec ses co-investisseurs. Le groupe renforce ainsi sa croissance dans l'éolien en Italie et en France...

Publié le 05/12/2019

Le bénéfice du joaillier a reculé plus que prévu et les ventes à magasins comparables sont elles aussi ressorties inférieures aux attentes du consensus.

Publié le 05/12/2019

Bastide annonce ainsi renforcer sa capacité à poursuivre sa politique de croissance externe ciblée

Publié le 05/12/2019

Tarkett anticipe désormais un EBITDA ajusté 2019 légèrement inférieur à celui de 2018, avec une marge en retrait par rapport à celle de l'année dernière contre respectivement un EBITDA…