En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 875.93 PTS
+1.70 %
4 872.00
+1.68 %
SBF 120 PTS
3 888.85
+1.75 %
DAX PTS
11 205.54
+2.63 %
Dowjones PTS
24 706.35
+1.38 %
6 784.61
+0.98 %
1.136
+0.00 %

Colis suspects: De Niro et Joe Biden également ciblés, les suspects courent toujours

| AFP | 252 | Aucun vote sur cette news
Montage des personnalités visées, du haut vers le bas et de gauche à droite: Barack Obama, Joe Biden, Hillary Clinton, Eric Holder, John Brennan, Maxine Waters, Debbie Wasserman Schultz, George Soros, Robert de Niro
Montage des personnalités visées, du haut vers le bas et de gauche à droite: Barack Obama, Joe Biden, Hillary Clinton, Eric Holder, John Brennan, Maxine Waters, Debbie Wasserman Schultz, George Soros, Robert de Niro ( Martin BUREAU, ETHAN MILLER, Angela WEISS, Brendan SMIALOWSKI, Saul LOEB, Andrew CABALLERO-REYNOLDS, Mandel NGAN, STAN HONDA, Anne-Christine POUJOULAT / AFP )

La police américaine a engagé une vaste chasse à l'homme pour retrouver le ou les auteurs des 10 colis suspects envoyés à des personnalités anti-Trump, mais le mystère restait entier jeudi sur leur identité, dans un dossier qui a considérablement tendu le climat à l'approche des législatives américaines.

Trois jours après le premier engin explosif retrouvé au domicile new-yorkais du financier et donateur démocrate George Soros, personne n'a encore été arrêté.

La liste des cibles s'est allongée jeudi, le FBI confirmant que des colis suspects avaient été adressés à l'acteur Robert de Niro, très critique de Trump, et à l'ancien vice-président démocrate Joe Biden.

La police fédérale a confirmé que ces colis étaient semblables aux enveloppes contenant des bombes artisanales adressées mardi et mercredi à l'ex-président démocrate Barack Obama, l'ex-secrétaire d'Etat et rivale malheureuse de Donald Trump à la présidentielle 2016 Hillary Clinton, l'ex-ministre de la Justice d'Obama Eric Holder, la députée démocrate californienne Maxine Waters, et la chaîne CNN.

- D'autres paquets possibles -

William Sweeney, responsable du FBI à New York, a expliqué que la police avait étendu son enquête à tous les Etats où des paquets ont été retrouvés depuis lundi - New York, Delaware, Floride et Californie - impliquant le service postal américain et une douzaine d'agences fédérales.

Mais il a refusé de confirmer des informations de presse selon lesquelles certains paquets auraient été envoyés de Floride et de préciser la nature des engins explosifs, tous désormais regroupés dans un laboratoire du FBI près de Washington.

"Il reste possible que d'autres paquets aient été envoyés", a-t-il déclaré lors d'un point presse à New York, précisant que certains colis avaient été envoyés par courrier.

D'autres responsables avaient préalablement indiqué qu'une partie des colis, tous de petits paquets jaunes portant la même adresse d'expéditeur - celle d'une élue démocrate en Floride - avaient été livrés par coursier ou en mains propres.

Le chef de la police new-yorkaise s'est dit "certain" que les auteurs allaient être identifiés et arrêtées, mais, comme son collègue du FBI, il a refusé de divulguer toute information qui pourrait nuire à l'enquête.

En attendant de trouver les coupables, la sécurité de nombreux médias et personnalités a été renforcée, a précisé le maire démocrate de New York, Bill de Blasio.

"On ne sait pas s'il s'agit d'une ou plusieurs personnes, étrangères ou américaines. Et on ne sait pas s'ils sont ici (à New York) ou ailleurs dans le pays", a-t-il ajouté.

Une chose est sûre: les deux nouvelles cibles annoncées jeudi sont aussi des figures très hostiles à Trump: l'acteur vedette Robert de Niro, qui s'est vu envoyer un engin potentiellement explosif via les bureaux de sa société de production, a participé à de nombreuses manifestations anti-Trump.

- De Niro avait insulté Trump -

Robert de Niro à New York le 29 septembre 2018
Robert de Niro à New York le 29 septembre 2018 ( Angela Weiss / AFP/Archives )

En février dernier, l'acteur fétiche du cinéaste Martin Scorsese, 75 ans, avait même insulté publiquement Donald Trump lors de la cérémonie des Tony, les récompenses de Broadway.

Il avait lancé depuis la scène un retentissant "J'emmerde Trump", censuré dans la retransmission télévisée, mais ovationné par la salle.

Deux autres colis suspects ont également été adressés dans le Delaware à l'ancien vice-président démocrate Joe Biden, vice-président pendant les deux mandats de Barack Obama et cité parmi les candidats démocrates potentiels à l'élection présidentielle de 2020.

A défaut de coupable(s), partisans et détracteurs du président républicain s'accusaient mutuellement d'alimenter le climat toxique qui caractérise le pays à l'approche des élections législatives du 6 novembre, déterminantes pour la suite de la présidence Trump.

Après avoir appelé les Américains au "rassemblement" mercredi, suite à la confirmation des premières bombes artisanales, M. Trump a repris ses attaques contre les médias jeudi.

Colis explosifs aux Etats-Unis
Colis explosifs aux Etats-Unis ( Laurence CHU / AFP )

"Une grande partie de la colère que nous voyons aujourd'hui dans notre société est causée par le traitement intentionnellement inexact et imprécis des médias traditionnels, que j'appelle les +Fake News+", a affirmé le président sur Twitter.

"C'est devenu si mauvais et hargneux que c'est au-delà de toute description", a-t-il ajouté. "Les médias traditionnels doivent mettre de l'ordre dans leurs affaires, VITE!"

De nombreux responsables démocrates accusent au contraire le président américain de "cautionner la violence" et d'attiser les divisions.

"Arrêtez de faire des reproches aux autres. Regardez-vous dans la glace, votre rhétorique incendiaire, vos insultes, mensonges et incitations à la violence physique sont honteuses", a tweeté jeudi John Brennan, l'ex-directeur de la CIA, virulent détracteur du président et spécifiquement visé par le paquet déposé mercredi dans les bureaux de CNN à New York.

Le maire démocrate de New York Bill de Blasio, lui aussi très hostile à Trump, a estimé qu'il était vain d'attendre que le milliardaire change de discours.

"Il est comme ça et va rester comme ça", a déclaré le maire sur CNN. "C'est un problème américain (...) Nous devons créer un climat de respect mutuel et de respect pour les médias. Ce n'est pas Trump qui doit changer, c'est nous".

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 19/01/2019

Le président brésilien Jair Bolsonaro (à gauche) et son fils aîné Flavio Bolsonaro, le 28 novembre 2018 à Brasilia ( Sergio LIMA / AFP/Archives )L'agence gouvernementale chargée de…

Publié le 03/01/2019

Le journaliste Jamal Khashoggi le 15 décembre 2014 à Manama, au Bahreïn ( MOHAMMED AL-SHAIKH / AFP/Archives )Le procès de 11 suspects dans l'affaire du meurtre du journaliste Jamal Khashoggi…

Publié le 20/12/2018

Photo distribuée par la police marocaine montrant les trois suspects interpellés le 20 décembre 2018 dans le cadre de l'enquête sur le meurtre de deux touristes scandinaves, dans le sud du…

Publié le 27/11/2018

Le PDG de Facebook Mark Zuckerberg au salon Viva Tech à Paris, le 24 mai 2018 ( GERARD JULIEN / AFP/Archives )Facebook a reconnu mardi avoir été alerté dès 2014 par ses ingénieurs…

Publié le 27/11/2018

Le portrait de Carlos Ghosn sur écran géant à Tokyo, le 20 novembre 2018 ( Toshifumi KITAMURA / AFP )Un grand jet privé assailli au Japon par des hommes en cravate, une conférence de presse…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/01/2019

SOITECLe groupe dévoilera son chiffre d'affaires au troisième trimestre.source : AOF

Publié le 18/01/2019

A la suite du communiqué du 7 décembre 2018, MM. Philippe Houdouin, Silvère Baudouin, Christophe Sollet, Michel Picot, Éric Saiz, Dominique Roche, HIFIC ainsi que Financière Arbevel ont annoncé…

Publié le 18/01/2019

En 2018, Biosynex a réalisé un chiffre d'affaires de 31,2 millions d'euros, en hausse de 2,3%. La tendance est similaire à celle constatée au premier semestre avec notamment une forte dynamique de…

Publié le 18/01/2019

Iliad annonce la mise en oeuvre d'un partenariat stratégique avec la société Jaguar Network, fournisseur de service à destination des entreprises et des marchés publics, à travers une prise de…

Publié le 18/01/2019

                                Paris, le 18 janvier 2019    Alliance stratégique entre Iliad et Jaguar Network       Le Groupe Iliad annonce la mise en…