En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 338.75 PTS
-1.20 %
5 337.50
-1.21 %
SBF 120 PTS
4 278.89
-1.18 %
DAX PTS
12 226.31
-1.07 %
Dowjones PTS
25 299.92
+0.00 %
7 447.17
+0.00 %
1.133
-0.14 %

Cliff Richard gagne un procès contre la BBC pour atteinte à la vie privée

| AFP | 195 | Aucun vote sur cette news
Le chanteur britannique Cliff Richard, dans le public du tournoi de tennis de Wimbledon le 12 juillet 2018
Le chanteur britannique Cliff Richard, dans le public du tournoi de tennis de Wimbledon le 12 juillet 2018 ( Glyn KIRK / AFP/Archives )

Le chanteur britannique Cliff Richard a gagné mercredi un procès contre la BBC pour atteinte à la vie privée et s'est vu accorder 210.000 livres (240.000 euros) de dommages et intérêts par la Haute cour à Londres.

Sir Cliff, 77 ans, considéré comme l'"Elvis britannique", avait intenté une action en justice contre la BBC qui avait diffusé en direct des images prises depuis un hélicoptère d'une perquisition de la police à son domicile à Sunningdale (sud-est de l'Angleterre) en août 2014. Cette perquisition s'était déroulée dans le cadre d'une enquête pour agression sexuelle sur mineur dont le chanteur est finalement sorti blanchi.

En rendant sa décision, le juge a estimé que la BBC avait "gravement" enfreint le droit à la vie privée de la star "de façon sensationnaliste". Il lui a octroyé 210.000 livres de dommages et intérêts en raison des "conséquences" de cette affaire sur sa vie en précisant qu'il aurait droit à des sommes supplémentaires pour l'impact financier qui seront décidées à une date ultérieure.

"J'en ai la gorge nouée. Je ne peux pas le croire. C'est une nouvelle magnifique", a réagi le chanteur.

La BBC a regretté un jugement "contraire à la liberté de la presse et la capacité des journalistes à rendre compte d'enquêtes policières" et indiqué qu'elle envisageait de faire appel, dans un communiqué.

Elle avait fait valoir au cours du procès que sa couverture de l'opération était factuellement correcte et de bonne foi.

L'ancienne rock star, qui a vendu près de 250 millions de disques dans le monde, était soupçonnée d'avoir commis des agressions sexuelles contre un jeune garçon dans les années 1980, dans la foulée de l'affaire Jimmy Savile, qui avait entraîné, à partir de 2012, une série d'enquêtes et de procès pour pédophilie et agression sexuelle.

L'ancien animateur de la BBC aujourd'hui décédé, est soupçonné de centaines d'agressions sexuelles sur mineurs.

La maison de Cliff Richard avait été perquisitionnée, mais le chanteur n'avait jamais été arrêté ou inculpé. Après l'annonce de l'absence de poursuites, en juin 2016, Cliff Richard s'était réjoui d'avoir été blanchi des "viles accusations" qui pesaient sur lui et avait fustigé les méthodes de la police.

La police du South Yorkshire avait présenté "ses excuses les plus sincères" pour sa gestion de la médiatisation de l'enquête et a conclu un accord pour verser 400.000 livres au chanteur.

La BBC s'est également excusée et a reconnu qu'"il y a des choses qui auraient dû être faites différemment". "Toutefois, le juge a décidé que la simple mention du nom de Sir Cliff était illégale", a-t-elle relevé, craignant que la décision de justice "ne sape le principe du droit de savoir du public".

Tony Gallagher, le rédacteur en chef du Sun, quotidien le plus vendu au Royaume-Uni, s'est aussi ému d'une décision "lamentable". "Victoire pour les criminels (présumés) et les avocats avides d'argent, terrible pour les médias", a-t-il tweeté.

À la Chambre des communes, un député a suggéré de modifier formellement la loi afin d'interdire aux médias de donner le nom des suspects avant qu'ils soient inculpés. Mais la Première ministre Theresa May a exprimé son scepticisme, soulignant devant le Parlement que "dans certains cas, la publication d'un nom permet à d'autres victimes de se manifester et, par conséquent, de renforcer le dossier contre un individu".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 15/08/2018

En outre, le FCP renforce la position sur Econocom

Publié le 15/08/2018

Le net repli des métaux et autres matières provoque de lourds dégagements sur les valeurs liées de près ou de loin aux 'commodities'

Publié le 15/08/2018

Macy's relève ses objectifs annuels comme il l'avait déjà fait à l'occasion de la publication de ses résultats du premier trimestre, mi-mai. Le distributeur table désormais sur un bénéfice par…

Publié le 15/08/2018

Après un exercice 2017 décevant

Publié le 15/08/2018

Air France-KLM (+0,73% à 8,842 euros) est une nouvelle fois à l'honneur à la Bourse de Paris. A l'affût de toute information suggérant un règlement rapide de la question de la gouvernance de la…