En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 794.95 PTS
+0.24 %
4 788.50
+0.16 %
SBF 120 PTS
3 785.90
+0.13 %
DAX PTS
12 452.50
+1.13 %
Dow Jones PTS
26 428.32
+0.44 %
10 905.88
+0. %
1.178
+0.06 %

Banni de Twitter pour antisémitisme, le rappeur Wiley défend ses publications

| AFP | 357 | 4 par 1 internautes
Le rappeur britannique Wiley lors des BRIT Awards 2017 à Londres le 22 février 2017
Le rappeur britannique Wiley lors des BRIT Awards 2017 à Londres le 22 février 2017 ( NIKLAS HALLE'N / AFP/Archives )

Le rappeur britannique Wiley s'est excusé mercredi "pour avoir fait des généralités" sur les juifs, tout en défendant ses publications jugées antisémites sur Twitter, qui lui ont valu d'être banni définitivement du réseau social.

"Je tiens à m'excuser pour avoir fait des généralités et des commentaires qui ont été considérés comme antisémites", a-t-il déclaré à la chaîne de télévision Sky News.

"Je ne suis pas raciste, vous savez. Je suis un homme d'affaires", a affirmé le rappeur de 41 ans, un des plus populaires du Royaume-Uni, dont le vrai nom est Richard Cowie. "Mes commentaires n'auraient pas dû viser tous les juifs ou le peuple juif."

Son ancien manager, John Woolf, qui est juif, a "coupé les liens" avec l'artiste qu'il ne souhaite plus représenter.

Six jours après la publication de ces messages, Twitter a fermé mercredi le compte du rappeur et présenté ses excuses pour avoir tardé à réagir. Le réseau social s'était retrouvé sous le feu des critiques, notamment de la part du gouvernement britannique.

"Après enquête, nos équipes ont suspendu de manière permanente le compte en question pour des violations répétées de notre politique en matière de contenus haineux", a déclaré un porte-parole de Twitter. "Nous condamnons fermement l'antisémitisme" et "sommes désolés de ne pas avoir agi suffisamment rapidement".

L'association de lutte contre l'antisémitisme "The Campaign against antisemitism" s'est réjouie que Twitter ait fini par agir, tout en estimant que le réseau social a fait "trop peu, trop tard".

"C'est au moins un début pour ce réseau social profondément irresponsable", a ajouté l'association dans un communiqué.

Wiley, considéré comme l'un des pionniers de la musique grime, avait dans un premier temps été banni de Twitter et d'Instagram vendredi dernier pour sept jours après une série de commentaires, ensuite supprimés, sur lesquels la police a lancé une enquête.

Il avait notamment comparé la communauté juive au Ku Klux Klan et affirmé que les juifs contrôlaient le commerce et qu'ils devaient quitter Israël car "ce n'est pas votre pays".

Facebook (propriétaire d'Instagram) avait banni le rappeur de ses plateformes mardi.

La ministre britannique de l'Intérieur Priti Patel a écrit aux géants des réseaux sociaux pour demander pourquoi ces messages étaient restés visibles plus de 12 heures avant d'être retirés.

Les critiques ont donné lieu à un mouvement de boycott de 48 heures de Twitter lancé lundi au Royaume-Uni.

Wiley a expliqué mercredi que ses commentaires s'adressaient aux juifs qu'il a rencontrés dans l'industrie musicale, et pas à tous les juifs. "Je parlais de la communauté juive au sein de l'industrie musicale avec qui j'ai travaillé ces 20 dernières années", a-t-il dit, jugeant "idiot" de suggérer qu'il était raciste de dire que "la communauté juive est puissante" dans son milieu.

"C'est du racisme systémique de leur part", a-t-il affirmé, sans plus de précisions.

 ■

Copyright © 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 4
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 03/08/2020

ALD a publié un résultat net (part du groupe) de 206,8 millions d'euros au premier semestre de son activité 2020, soit une baisse de 26,3% en comparaison au premier semestre 2019. Le résultat…

Publié le 03/08/2020

La croissance du secteur manufacturier a finalement été légèrement supérieure à la prévision initiale en France en juillet, a annoncé le bureau d’études IHS Markit. L’indice des…

Publié le 03/08/2020

Air Liquide a finalisé la cession de sa filiale schülke à la société de capital-investissement EQT. Le montant total de la transaction, sujet à une clause de « earn-out », est compris entre…

Publié le 03/08/2020

McPhy,, spécialiste des équipements de production et distribution d’hydrogène zéro-carbone, a annoncé avoir été sélectionné pour fournir une chaîne complète de production et distribution…

Publié le 03/08/2020

Lumibird, spécialiste des technologies laser, a annoncé l’acquisition de la société suédoise EssMed AB, spécialisée dans la distribution de dispositif médicaux de haute qualité pour…

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne