En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 580.38 PTS
+0.31 %
5 528.00
-
SBF 120 PTS
4 415.60
+0.30 %
DAX PTS
12 222.39
+0.57 %
Dowjones PTS
26 559.54
+0.42 %
7 689.72
+0.00 %
1.124
+0.00 %

Avec son bébé, Meghan s'apprête à tester la patience de la famille royale

| AFP | 196 | 4 par 1 internautes
Le prince Harry et son épouse Meghan, duchesse de Sussex, le 5 mars 2019 à Londres
Le prince Harry et son épouse Meghan, duchesse de Sussex, le 5 mars 2019 à Londres ( Dominic Lipinski / POOL/AFP/Archives )

Louée pour avoir fait souffler un vent de fraîcheur sur la famille royale, Meghan, l'épouse du prince Harry, s'apprête à tester les limites de l'aspiration au changement de la vénérable institution avec la naissance prochaine de leur premier enfant.

Avec son style moderne, californien, féministe et écolo, l'ancienne actrice américaine de 37 ans a certes dépoussiéré quelque peu les habitudes de la maison de Windsor, depuis son fastueux mariage avec Harry, petit-fils de la reine Elizabeth II, le 19 mai 2018.

Mais l'année écoulée a également montré à quel point il pouvait être délicat pour la duchesse de Sussex de faire coïncider ses envies avec les intérêts de la famille royale, censée incarner un symbole de stabilité et de moralité.

Et la naissance à venir du bébé princier, qui prendra la septième place dans l'ordre de succession au trône britannique, risque de compliquer encore un peu plus la situation.

Des policiers et des photographes devant le Mark Hotel lors de la
Des policiers et des photographes devant le Mark Hotel lors de la "baby shower" de Meghan, l'épouse du prince Harry et duchesse de Sussex, le 20 février 2019 à New York ( Angela Weiss / AFP/Archives )

Meghan s'est déjà attirée une volée de critiques après une coûteuse "baby shower", fête organisée entre une future maman et ses amies, à New York, dont elle était repartie en jet privé. Coût de l'opération: 300.000 livres (350.000 euros), selon les médias britanniques.

"La règle numéro un, c'est de ne pas étaler sa richesse sous le nez des Britanniques", avait alors taclé le journaliste et animateur télé Piers Morgan.

La "duchesse de l'Excès"

Le palais de Buckingham a fait les frais de l'affaire pour avoir maladroitement tweeté peu après regretter que "73% des familles les plus pauvres n'aient pas toujours les moyens de nourrir leurs enfants pendant les vacances scolaires".

Meghan, épouse du prince Harry et duchesse de Sussex, le 8 mars 2019 à Londres
Meghan, épouse du prince Harry et duchesse de Sussex, le 8 mars 2019 à Londres ( Tolga AKMEN / AFP/Archives )

Il n'en fallait pas davantage pour déclencher des réactions cinglantes sur les réseaux sociaux: "Peut-être pourriez-vous demander à la +duchesse de l'Excès+ (jeu de mot avec le véritable titre de Meghan, duchesse de Sussex, ndlr) de payer une partie de son allocation de garde-robe?", a réagi un twitto répondant au nom de "OK".

Un porte-parole de la famille royale a également dû se fendre d'un rare démenti après que le magazine Vanity Fair eut affirmé que Meghan souhaitait prodiguer à son enfant une éducation basée sur le principe de neutralité du genre.

A ceci s'ajoutent des relations pas toujours évidentes avec la reine Elizabeth II, qui n'aurait pas particulièrement apprécié que Meghan lui demande d'emprunter une tiare de la collection royale pour son mariage.

"Elle aura la tiare que je lui donnerai", aurait ainsi déclaré la souveraine à Harry, selon le Daily Mail.

Elizabeth aurait même personnellement informé le prince William, le frère de Harry, de sa décision d'interdire à Meghan de porter des bijoux de la fameuse collection, selon le Sun.

De quoi tendre un peu plus les rapports entre les deux couples, Meghan et Kate, sa belle-sœur, plus traditionnelle, entretenant déjà des relations compliquées, selon la presse spécialisée dans la famille royale.

Une "naissance normale"

Contrairement à Kate, Meghan aurait choisi de ne pas accoucher dans la très chic aile privée "Lindo" de l'hôpital St Mary de Londres, et préfèrerait un endroit plus "intime", affirme The Sun.

"Elle veut juste une naissance normale et naturelle pour faire connaissance avec son bébé, sans être pomponnée des pieds à la tête juste pour les photos" à la sortie de l'hôpital, déclare une source citée par le journal.

Meghan, l'épouse du prince Harry et duchesse de Sussex, le 11 mars 2019 à Londres
Meghan, l'épouse du prince Harry et duchesse de Sussex, le 11 mars 2019 à Londres ( Chris Jackson / POOL/AFP/Archives )

Meghan et Harry élèveront leur bébé à Frogmore Cottage, dans l'enceinte du château de Windsor, à une trentaine de kilomètres à l'ouest de la capitale britannique. Ce bâtiment classé du XIXe siècle, à deux étages, avec une façade en stuc et un parapet, a fait l'objet d'une rénovation de 3 millions de livres (3,5 millions d'euros).

Pour la décoration de la chambre de l'enfant, Meghan souhaiterait utiliser de la peinture vegan infusée à l'huile d'eucalyptus, selon le Daily Mail.

La duchesse, qui défend depuis longtemps les traitements holistiques, a récemment été repérée dans une boutique haut de gamme proposant des solutions homéopathiques pour les nouvelles mamans, rapporte le tabloïd.

Elle aurait en outre convaincu Harry de manger moins de viande en participant à son régime végétalien pendant la semaine. Des choix qui semblent trahir l'influence de sa mère, Doria Ragland, qu'elle décrit comme une professeur de yoga anticonformiste.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 4
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/04/2019

Pour l'exercice 2018, Wedia affiche un chiffre d'affaires consolidé de 10,8 ME, en hausse de 16% par rapport à l'exercice 2017, soit 9,3 ME...

Publié le 18/04/2019

Les revenus locatifs de Carmila pour les 3 premiers mois de l'année 2019 s'élèvent à 89,2 millions d'euros, contre 82,1 millions d'euros en 2018 sur...

Publié le 18/04/2019

Implanet affiche pour l'exercice 2018 une perte nette de 5,55 ME, contre 6,61 ME un an auparavant...

Publié le 18/04/2019

L'assemblée générale des actionnaires de CNP Assurances qui s'est réunie le 18 avril 2019 à Paris a approuvé les comptes sociaux et consolidés de...

Publié le 18/04/2019

Accor a fait le point sur son activité du premier trimestre 2019. Ainsi, le groupe hôtelier a réalisé un chiffre d'affaires de 987 millions d’euros sur la période, en progression de 34,2% en…