En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 494.17 PTS
+0.78 %
5 475.50
+0.65 %
SBF 120 PTS
4 397.14
+0.71 %
DAX PTS
12 430.88
+0.85 %
Dowjones PTS
26 743.50
+0.32 %
7 531.07
-0.50 %
1.175
-0.22 %

Rixe à Orly: au tribunal, les rappeurs Booba et Kaaris se rejettent la faute

| AFP | 309 | 3 par 1 internautes
Coups de pieds, insultes, bouteilles de parfums qui volent... Après leur sortie de prison, les rappeurs ennemis Booba et Kaaris se retrouvent jeudi devant la justice pour s'expliquer sur leur rixe en plein aéroport d'Orly début août
Coups de pieds, insultes, bouteilles de parfums qui volent... Après leur sortie de prison, les rappeurs ennemis Booba et Kaaris se retrouvent jeudi devant la justice pour s'expliquer sur leur rixe en plein aéroport d'Orly début août ( Dominique FAGET, Loïc VENANCE / AFP/Archives )

Un mois après leur bataille rangée qui avait transformé un hall de l'aéroport d'Orly en ring et retardé plusieurs vols, Booba et Kaaris, ennemis jurés du rap français, se sont renvoyés l'un et l'autre la responsabilité de la rixe au tribunal de Créteil.

À la barre, Kaaris, Gnakouri Okou à l'état-civil, a tenu à débuter par des excuses. "C'est pas bien ce qui s'est passé en fait, je présente mes excuses aux personnes choquées par les images", a-t-il déclaré.

"Je ne suis pas à l'origine de cette rixe", a martelé l'artiste, en chemise blanche immaculée. "J'ai donné des coups pour me défendre", a-t-il assuré, en prônant désormais "l'apaisement".

"Moi, je cherchais à aller prendre mon avion c'est tout", a expliqué Booba, de son vrai nom Elie Yaffa, vêtu d'une chemise à carreaux.

Les extraits de la vidéosurveillance, longuement décortiqués par le tribunal, le montrent pourtant donner le premier coup de pied à son rival. Se sentant "encerclé" et "menacé" par Kaaris et son groupe, l'autoproclamé "Duc de Boulogne", a plaidé "un coup d'intimidation pour empêcher qu'il m'attaque".

Le "duc de Boulogne" a également été questionné sur une vidéo tournée par une fan, où on le voit déclarer : "c'est la garde à vue qui m'attend", quelques moments avant la rixe.

"Ce n'est pas sur un ton sérieux", a rétorqué Booba. "C'est un mauvais pressentiment. (...) Je l'ai vu qui me fixait avant même d'avoir passé le portique, ça sentait pas bon".

Les deux rivaux comparaissent libres après avoir passé trois semaines en détention provisoire. Neuf membres de leurs clans respectifs impliqués dans la rixe sont également jugés pour violences aggravées et vols en réunion. Tous risquent jusqu'à 10 ans de prison.

Le procès des deux rivaux se déroule dans l'effervescence. L'audience a lieu dans la salle d'habitude réservée aux assises, sous forte protection policière, entièrement pleine. Pour la sérénité des débats, la présidente a interdit aux journalistes de rendre compte du procès en direct sur les réseaux sociaux.

Croquis d'audience représentant Booba (G) et Kaaris (D), lors de leur procès le 6 septembre 2018 à Créteil
Croquis d'audience représentant Booba (G) et Kaaris (D), lors de leur procès le 6 septembre 2018 à Créteil ( Benoit PEYRUCQ / AFP )

À l'extérieur, des dizaines de fans, espéraient apercevoir les rappeurs.

Depuis leur libération, Booba et Kaaris ont versé chacun une caution de 30.000 euros. Ils ont interdiction de quitter la France et se sont tenus à carreau.

Star du rap hexagonal, Booba, installé à Miami, n'a pas revu ses deux enfants depuis début août. A 41 ans, il connaît déjà le prix de la prison: il y a passé 18 mois à la fin des années 90, pour avoir braqué un chauffeur de taxi.

- "Légitime défense" -

De son côté, Kaaris a vécu sa détention provisoire comme "une injustice", a expliqué à l'AFP son avocat David-Olivier Kaminski. À 38 ans, le rappeur de Sevran (Seine-Saint-Denis) soigne désormais son image de père de famille en s'affichant avec sa fille sur Instagram.

Les deux anciens complices invoquent la "légitime défense" pour justifier leur coup de sang du 1er août.

Ce jour-là, ils doivent embarquer sur le même avion pour Barcelone où ils doivent jouer dans deux clubs, séparés de seulement quelques mètres. Une pure coïncidence, selon les deux camps.

Des membres de l'entourage des rappeurs Kaaris et Booba à l'ouverture de leur procès à Créteil le 6 septembre 2018
Des membres de l'entourage des rappeurs Kaaris et Booba à l'ouverture de leur procès à Créteil le 6 septembre 2018 ( Alain JOCARD / AFP )

Mais dans la salle d'embarquement, la haine recuite entre les deux rappeurs explose. Depuis plusieurs années, "B2O" et son ancien poulain "K2A" s'invectivent sur les réseaux sociaux et par vidéos interposées.

A sept contre quatre, le clan Booba affronte celui de Kaaris, au milieu de passagers éberlués. La boutique de duty free à proximité sert de réserve de projectiles. Bilan: quelques blessés légers, plusieurs vols retardés et plus de 50.000 euros de préjudice. Aéroports de Paris, Air France et le propriétaire de la boutique ont porté plainte.

En garde à vue, Booba avait assuré avoir reçu un projectile alors qu'il tentait de "contourner" Kaaris. "Ensuite, c'est parti", avait-il expliqué aux enquêteurs. Kaaris avait, lui, rapporté des insultes qui le visaient lui, sa femme et sa fille et auraient précédé les coups.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 3
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/09/2018

Paris, le 21 septembre 2018                                                                    Communiqué de mise à…

Publié le 21/09/2018

Vicat a annoncé la nomination d'Hugues Chomel comme Directeur financier du groupe, en remplacement de Jean-Pierre Souchet, Directeur général adjoint, qui devient conseiller du Président Directeur…

Publié le 21/09/2018

L'Assemblée Générale de Laurent-Perrier réunie le 21 septembre 2018 a décidé de nommer Philippe-Loïc Jacob en qualité de censeur...

Publié le 21/09/2018

Gascogne a révélé ses résultats au titre de son premier semestre 2018. Ainsi, le spécialiste du papier et de l’emballage a publié un résultat net consolidé de 5 millions d’euros, un…

Publié le 21/09/2018

Amoeba vient de publier des résultats semestriels 2018 impactés par le repositionnement de la société. Ainsi, le groupe a dévoilé une perte nette de 4,497 millions d’euros sur la période,…