En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 863.52 PTS
+1.07 %
5 860.5
+1.09 %
SBF 120 PTS
4 615.51
+0.93 %
DAX PTS
13 152.61
+0.75 %
Dow Jones PTS
27 958.78
+1.02 %
8 381.12
+0.88 %
1.106
-0.42 %

Affaire Epstein: le prince Andrew sommé de témoigner

| AFP | 648 | Aucun vote sur cette news
Le prince Andrew, lors d'un défilé militaire à Guildforfd, le 27 juillet 2015
Le prince Andrew, lors d'un défilé militaire à Guildforfd, le 27 juillet 2015 ( Justin TALLIS / AFP/Archives )

Le prince Andrew est sommé par les avocates des victimes présumées de feu son ami le financier américain Jeffrey Epstein de venir témoigner sur ce qu'il savait des activités du pédophile, un scandale qui plombe la monarchie britannique.

Non content d'avoir dû démissionner de ses fonctions officielles mercredi, après une calamiteuse interview à la BBC, le prince se voit à présent mis en demeure de raconter ce qu'il savait des activités du financier, retrouvé mort en prison après avoir été accusé d'avoir exploité sexuellement des jeunes filles mineures pendant des années.

"Nous pensons que personne n'est au-dessus de la loi et que toute personne devrait répondre à des questions s'ils ont des informations pertinentes. Et il (le prince Andrew) a clairement des informations pertinentes", a déclaré Me Lisa Bloom, jeudi, à BBC Radio 4.

Plus tard, lors d'une conférence de presse à New York en présence d'une victime présumée de Jeffrey Epstein, l'avocate Gloria Allred, mère de Lisa Bloom, a appelé elle aussi le prince à parler "sans délai" aux enquêteurs.

"La meilleure façon pour lui de restaurer sa réputation serait de répondre aux questions le plus vite possible", a-t-elle déclaré.

La famille royale britannique
La famille royale britannique ( / AFP )

Le second fils de la reine Elizabeth II, embourbé dans une polémique sur ses liens avec Epstein et lâché par nombre d'entreprises et d'universités avec lesquelles il collaborait, a annoncé "mettre fin à ses engagements publics" et s'est dit "prêt à aider" l'enquête sur cette affaire.

"Nous savons que le prince Andrew a eu de nombreux contacts avec Jeffrey Epstein et Ghislaine Maxwell (accusée par plusieurs victimes de les avoir "recrutées") et nous pensons que quiconque a eu beaucoup d'interactions avec eux devrait parler non seulement aux forces de l'ordre, mais également aux avocats des victimes, des personnes comme moi", a déclaré Lisa Bloom, qui représente cinq victimes présumées d'Epstein.

Le prince Andrew et la reine Elizabeth II, le 5 avril 2017 au château de Windsor, à Berkshire
Le prince Andrew et la reine Elizabeth II, le 5 avril 2017 au château de Windsor, à Berkshire ( Dominic Lipinski / POOL/AFP/Archives )

Le fils préféré de la reine a déjà fait des gros titres peu flatteurs par le passé, pour son style de vie l'assimilant à un playboy et ses amours tumultueuses.

Mais cette fois, l'affaire est plus grave, puisqu'il a fréquenté un pédophile convaincu même après sa condamnation par la justice américaine.

Dans son communiqué, Andrew, qui s'est vu reprocher son manque de regrets pour son amitié avec Epstein et d'empathie pour les victimes présumées dans son interview à la BBC, a dit "regretter sans équivoque (son) association malavisée avec Jeffrey Epstein" et "compatir profondément avec toutes les personnes affectées" par l'affaire.

- "Désolé maman!"-

Portrait de Jeffrey Epstein réalisé à New York le 11 juillet 2019 par le New York State Sex Offender Registry
Portrait de Jeffrey Epstein réalisé à New York le 11 juillet 2019 par le New York State Sex Offender Registry ( - / New York State Sex Offender Registry/AFP/Archives )

La disgrâce du duc d'York faisait de nouveau la Une jeudi de tous les quotidiens britanniques à part le Financial Times.

"Désolé maman", se moquait le Daily Mirror en publiant une photo du prince dans une voiture après une entrevue avec sa mère la reine Elizabeth II à Buckingham Palace.

"Le duc se retire après des discussions de crise avec la reine" titrait le Times avec la même photo.

"Paria" commentait en gros caractères le tabloïd Daily Mail, tandis que les autres journaux évoquaient sa "honte" et son humiliation après l'annonce de son retrait de la vie publique.

Pour l'éditorialiste du Sun, "ce n'est que le début des problèmes" d'Andrew. Convaincu qu'il lui sera désormais "impossible" de reprendre ses devoirs royaux, Dan Wootton y voit "une leçon pour les jeunes membres de la famille royale de rester en prise avec la réalité (...) et les affaires publiques".

La descente aux enfers avait commencé en août avec la publication aux Etats-Unis de documents de justice dans lesquels une femme, Virginia Roberts, affirme avoir eu à trois occasions des relations sexuelles avec le prince, auquel Epstein l'aurait contrainte, lorsqu'elle avait 17 ans.

La publication d'une photo la montrant à cette époque, enlacée par le prince, avec Ghislaine Maxwell en arrière-plan, a fait le reste, ainsi qu'un autre cliché montrant le prince en train de se promener à New York avec le financier alors même qu'il avait été condamné et emprisonné pour pédophilie en 2008.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 décembre 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 06/12/2019

Premier rendez-vous, le 30 mars 2020...

Publié le 06/12/2019

De solides atouts

Publié le 06/12/2019

" Nous croyons vraiment que cette technique a beaucoup de potentiel pour caractériser toutes les formes de FAME et conduira au développement d'un excellent test diagnostique"...

Publié le 06/12/2019

Jean-Paul Chapeleau va être nommé en qualité de Directeur Général Délégué en charge des Etudes Industrielles, des Achats et des Bureaux d'Etudes...

Publié le 06/12/2019

Engie a annoncé l'acquisition de Renvico auprès de Macquarie Infrastructure and Real Assets (via son fonds Macquarie European Infrastructure Fund 4) et de KKR avec ses co-investisseurs. Le montant…