En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 378.85 PTS
-0.07 %
5 390.50
+0.34 %
SBF 120 PTS
4 257.86
-0.08 %
DAX PTS
11 549.96
-0.46 %
Dowjones PTS
25 962.51
+0.84 %
7 493.27
+1.52 %
1.138
-0.40 %

200.000 euros pour brûler une statue de Felipe VI, controverse en Espagne

| AFP | 760 | Aucun vote sur cette news
"Ninot", une statue géante du roi d'Espagne Felipe VI, par les artistes contemporains Santiago Sierra et Eugenio Merino, exposée le 26 février 2019 à la veille de l'inauguration de la foire d'art contemporain ARCO de Madrid ( OSCAR DEL POZO / AFP )

200.000 euros pour avoir le "plaisir" de brûler une statue géante du roi Felipe VI. C'est ce que proposent deux artistes contemporains espagnols habitués de la polémique à la foire d'art contemporain ARCO de Madrid qui a ouvert ses portes mercredi.

La statue de 4,44 mètres de haut représente le monarque vêtu d'un costume bleu, d'une chemise blanche et d'une cravate verte.

Cette oeuvre de Santiago Sierra et Eugenio Merino, qualifiée de "provocation" par la presse espagnole de droite, se nomme "Ninot", terme désignant les grandes figurines destinées à être brûlées chaque année à Valence (sud-est de l'Espagne) lors de la traditionnelle fête des Fallas.

Ironie de l'histoire, Felipe VI doit inaugurer jeudi la foire ARCO.

Le "Ninot" est à la vente pour 200.000 euros mais une clause du contrat de vente stipule que l'acheteur "s'engage à ce que l'oeuvre soit brûlée", a expliqué à l'AFP Luis Navarro, collaborateur de Santiago Sierra.

"La spécificité de cette structure est qu'elle n'a pas été conçue pour survivre dans le temps, pour être collectionnée mais pour le plaisir d'être détruite", a-t-il ajouté.

Les deux créateurs de cette oeuvre sont des habitués des polémiques.

L'an dernier, une série de photographies pixelisées de "prisonniers politiques catalans" de Santiago Sierra avait été retirée lors du salon ARCO. L'organisateur de la foire, Ifema, avait dû présenter ses excuses après des accusations de "censure".

Eugenio Merino s'est rendu pour sa part célèbre pour une oeuvre représentant une tête réaliste de Franco servant de punching-ball et pour une statue de l'ancien dictateur dans un réfrigérateur.

Le code pénal espagnol prévoit le délit d'injure à la Couronne qui a entraîné ces dernières années plusieurs procès et condamnations dans le pays, sur fond de controverse.

En octobre, la chambre des députés a accepté d'examiner une proposition de loi déposée par la gauche radicale et visant à atténuer ou éliminer certains délits pouvant toucher à la liberté d'expression comme l'apologie du terrorisme, les injures à la Couronne ou les outrages à l'Espagne et ses symboles.

En mars 2018, l'Espagne avait été désavouée par la Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH) qui a estimé qu'une condamnation de deux indépendantistes catalans pour avoir brûlé en 2007 une photographie du roi Juan Carlos et de la reine Sofia, les parents de Felipe VI, violait le droit à la liberté d'expression.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 15 avril 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/03/2019

        Paris, le 21 mars 2019 BOURSE DIRECT HORIZON : OSCAR DU MEILLEUR « NOUVEAU CONTRAT D'ASSURANCE VIE »          Le nouveau contrat d'assurance…

Publié le 21/03/2019

La dilution potentielle, dans l'hypothèse d'une conversion de l'intégralité de ces obligations est de 9%...

Publié le 21/03/2019

La firme à la pomme a repris jeudi à Microsoft la place de première capitalisation boursière mondiale. Prochaine étape en vue : le seuil symbolique des 1.000 Mds$ de capitalisation.

Publié le 21/03/2019

Ce nouveau bail prendra effet le 1er décembre 2019 à Issy-les Moulineaux...

Publié le 21/03/2019

Serenea est une solution d'Ehpad digital et connecté, développé par la société, fournissant un outil de suivi et de pilotage opérationnel en temps réel...