5 399.45 PTS
-0.51 %
5 385.5
-0.77 %
SBF 120 PTS
4 304.48
-0.47 %
DAX PTS
13 125.64
-0.44 %
Dowjones PTS
24 585.43
+0.33 %
6 394.67
+0.17 %
Nikkei PTS
22 758.07
-
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Altimeo Optimum, l'horizon dégagé.

| OPCVM 360 | 83 | Aucun vote sur cette news
Altimeo Optimum, l'horizon dégagé.
Credits  ShutterStock.com

Où en êtes-vous de la gestion du fonds Event Driven Altimeo Optimum ?

Après deux années compliquées qui succédaient à trois années de forte croissance, nous sommes très confiants sur le développement du fonds. En effet, la contre-performance connue de mi 2015 à début 2017, a été la conséquence de changements règlementaires temporaires des autorités chinoises sur les processus de « going-private » des sociétés chinoises cotées aux Etats-Unis sous forme d'ADR (American Depositary Receipt) dans le but d'une recotation en Chine. Ces changements règlementaires ont ralenti les processus de fusions acquisitions sur lesquels nous étions engagés tout en élargissant les spreads à des niveaux extrêmement élevés, ce que nous n'avions pas anticipés. Depuis, les opérations finissent par clôturer, avec beaucoup de retard (parfois deux ans après le début du processus), tout en rapportant une performance au fonds et en diminuant progressivement l'exposition à cette poche.

A ce stade, cette partie qui nous a pénalisée ne représente plus que huit valeurs avec un potentiel à court terme très significatif. De plus, un des éléments les plus importants, c'est que la croissance des chiffre d'affaires et résultats de ces sociétés s'est, pour la grande majorité, envolée pendant la période, rendant alors ces sociétés, sur leur analyse financière strictement fondamentale, encore plus attractives. Et c'est là que réside tout l'intérêt de cette partie résiduelle du fonds (en dehors des perspectives très encourageantes du reste du portefeuille), il existe, à ce stade, une vraie asymétrie du risque pour le fonds. Soit les opérations clôturent dans les conditions initiales et nous récupérons le spread encore large sur ces valeurs, soit les opérations sont annulées du fait des valorisations trop basses pour être acceptées par le « special committee » indépendant, qui est obligé de refuser de valider certaines transactions, lui-même étant engagé au titre du devoir fiduciaire envers tous les actionnaires. Alors, et c'est le cas systématiquement, les cours de ces sociétés s'envolent pour rejoindre une valorisation plus normale, même si elle reste toujours basse au regard des concurrents.

 

D'accord pour cette partie de votre portefeuille, mais qu'en est-il pour la vaste majorité des opérations sur lesquelles vous investissez ?

Ce qui nous différencie de la plupart des autres fonds dans cette stratégie, c'est que nous conservons une approche de convictions. Nous investissons essentiellement dans des opérations sur lesquelles nous pensons qu'un relèvement d'offre est possible in fine, soit par le biais d'une bataille boursière entre plusieurs acteurs, soit par un relèvement d'offre par l'acquéreur si son offre ne lui permet pas d'avoir la majorité des votes nécessaires à la clôture de l'opération. Depuis la création du fonds, nous avons un taux de relèvement d'offres d'environ 20%. Une opération sur cinq se finit à un prix plus élevé, ce qui nous place sans doute à la première place européenne sur cet indicateur et qui nous permet de faire une vraie différence sur notre gestion.

 

Qu'avez-vous changé dans votre approche après les évènements compliqués que vous avez rencontrés ?

Tout d'abord, il a fallu intensifier le contrôle des risques sur nos investissements, mettre en place une surveillance accrue de nos engagements et une cohérence renforcé sur les investissements réalisés ; nous évitons les concentrations sur un secteur, sur une zone géographique non conventionnelle, et nous réfléchissons d'une manière plus générale, à tous les scénarios positifs ou adverses que nous pouvons rencontrer et les moyens de faire face aux situations compliquées.

A cet effet, nous avons mis en place une utilisation d'options, tant à des fins de couverture, que d'exposition, ce qui nous permet de diminuer le risque de perte sur certaines de nos positions, tout en augmentant notre exposition, à moindre frais, sur les opérations qui nous semblent présenter un potentiel de hausse plus élevé qu'anticipé par le marché. A ce jour, la stratégie fonctionne très bien et apporte à la gestion une sérénité retrouvée tant sur ses décisions que sur ses positions.

Enfin, toutes ces mesures ont permis de considérablement baisser la volatilité depuis un an et éviter les à-coups.

Notre performance sur les onze premiers mois de 2017 s'élève à 10,21%, le potentiel de hausse des positions actuelles (l'écart entre le cours coté et le prix d'offre) dépasse 25%.

 

2018 ?

Avant 2018, il convient de bien terminer l'année 2017 ! Nous constatons, au sein du portefeuille, un potentiel de performance que nous pressentions ces derniers mois et qui devrait donner toute sa mesure d'ici la fin de l'année et plus loin au cours du premier semestre 2018. A cela s'ajoute, comme nous l'avons mentionné à plusieurs reprises dans nos lettres hebdomadaires, certaines procédures engagées contre des sociétés dont nous avons été actionnaires, qui sont en passe d'être bouclées, avec, potentiellement, une performance supplémentaire à la clé.

 

 

 ■
Les recommandations diffusées sur le site Bourse Direct sont des recommandations d'investissement à caractère général soumises aux dispositions législatives et réglementaires applicables aux communications à caractère promotionnel. Elles ne constituent en aucun cas un conseil personnalisé. Le client reconnaît et assure donc seul la responsabilisé de ses actes de gestion et des conséquences des positions prises ou non.
Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 13/12/2017

Question de culture d'entreprise. L'offre ne répond pas aux intérêts de la société, ses métiers, ses employés, ses actionnaires et autres parties prenantes...

Publié le 13/12/2017

"Nous avons désormais les moyens financiers nécessaires à la poursuite de notre plan stratégique"...

Publié le 13/12/2017

Stef se situe à la 3e place des entreprises ayant le pourcentage d'actionnariat salarié le plus élevé...

Publié le 13/12/2017

Le Groupe maintient son objectif de génération de free cash-flows positifs et récurrents à la clôture de mars 2019...

Publié le 13/12/2017

A l'occasion du 30e anniversaire du premier film Predator, Tom Clancy's Ghost Recon Wildlands intègre aussi du contenu exclusif...

CONTENUS SPONSORISÉS