5 278,42
+0,18 %
13 153,82
+0,51 %
4 187,54
+0,29 %
6 020,26
+0,30 %
DAX
12 469,99
+0,12 %
5 536,88
+0,52 %
20 994,64
+1,11 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Le regard de la FED sur Donald Trump

| Bourse Direct | 414 | Aucun vote sur cette news

Opinion Neutre positive (N +)

Résistances : 4842, 4848 (important), 4835, 4857, 4878, 4895,5 (majeur) puis 4911 puis 4920 voire 4929 et enfin la Zone 4937/4943.

Supports : 4798 puis 4778, 4767(majeur) puis 4738 voire 4704 (majeur). 

Sur l'ensemble de la semaine, la Bourse de Paris a cédé 0,2 %.

Une semaine encore hésitante qui avait commencé par une petite tentative de cassure à la baisse lundi puis une petite tentative à la hausse jeudi et finalement un retour à la case départ vendredi.

En fin de semaine, le CAC40 a effacé ses gains après l’annonce d’un recul de la croissance économique US à 1,9 % au 4e trimestre en première estimation en rythme annualisé après 3,5 % au trimestre précédent. Toutefois, la plupart des analystes interrogés faisaient preuve d'un certain optimisme, attribuant cette contre-performance à une baisse des exportations qui avaient été aidées ponctuellement par des ventes de soja au 3ème trimestre.

Pourtant, en milieu de semaine,  le Dow Jones, qui s'est offert le luxe de franchir la barre des 20.000 points pour la première fois de son histoire, a bien failli être le catalyseur haussier qui manquait au marché pour cette fois sortir de cette phase d’hésitation.

Le dollar a évolué au gré des déclarations et des ordonnances de nature protectionniste du nouveau président américain qui a entamé sa première semaine sur les chapeaux de roues, multipliant les promesses, les menaces et les décrets. D. Trump a été toute la semaine au centre des discussions.

Vendredi, il a reçu la Première ministre britannique à la Maison Blanche. Theresa May est repartie de Washington avec ce qu’elle était venue chercher, une réaffirmation de la «relation spéciale» entre les Etats-Unis et le Royaume-Uni, à un moment où Londres en a plus que jamais besoin.

Les jours à venir seront encore chargés en publications de sociétés, notamment aux Etats-Unis mais ce qui devrait être au centre des attentes, c’est le communiqué de la FED mercredi soir.

En France, les publications de sociétés démarreront la semaine du 6 février.

D’un point de vue graphique, la faiblesse de ces derniers jours s’est confirmée vendredi, avec une séance entièrement passée dans le rouge, le comblement et même l’invalidation du dernier gap haussier.

Néanmoins, pour le moment, il n’y a pas d’accélération baissière sur le DAX et l’évolution des indices américains est plutôt positive.

Il faudra surveiller de près tout retour en force ou en clôture sous 4790 qui, pour le coup, pourrait avoir des conséquences plus négatives pour la suite. Le CAC40 continue sa phase d’hésitation au sein d’un range d’environ 100 points depuis environ 4 semaines.

C’est jeudi que la FED  pourrait faire sortir l’indice CAC40 de son indécision. Elle devrait laisser ses taux inchangés mais la surprise pourrait venir de son calendrier de hausse des taux cette année qui risque d’être ajusté avec l’arrivée au pouvoir de Donald Trump et de ses premières décisions.

Un retour sous 4800/4790, en force ou en clôture, militerait pour une accélération baissière en direction de 4750 puis, pourquoi pas, du gap haussier de début décembre laissé ouvert entre 4639,91 et 4658,73.

A contrario, un retour au-dessus des 4850/4860 serait un premier facteur positif mais ce n’est réellement qu’au-dessus de 4910 et surtout de 4930 que le CAC40 retrouverait une orientation plus positive.

Pour rappel, le risque serait la perte sèche de 4750, suivie d’une confirmation sous le pied du gap haussier du 7 décembre (4639,91). Si tel était le cas, la probabilité d’un test de 4640 (61.80 % de retracement du dernier cycle haussier de 4461 à 4929) voire 4600 (très sensible) augmenterait considérablement.

 

 ■
Les recommandations diffusées sur le site Bourse Direct sont des recommandations d'investissement à caractère général soumises aux dispositions législatives et réglementaires applicables aux communications à caractère promotionnel. Elles ne constituent en aucun cas un conseil personnalisé. Le client reconnaît et assure donc seul la responsabilisé de ses actes de gestion et des conséquences des positions prises ou non.
Jean AMAR, Infos d'Experts
Article rédigé par Jean AMAR, membre de la cellule Infos d'Experts
27 ans d’expérience et expert dans l’ensemble des métiers des titres et de la négociation, ancien du Palais Brongniart, je participe au développement de l’offre Infos d’Experts depuis 2002.
Abonnez-vous
Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
info-expert
CONTENUS SPONSORISÉS