En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ browserName + ' ' + browserVersion }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 387.38 PTS
+1.34 %
5 365.50
+0.98 %
SBF 120 PTS
4 318.04
+1.13 %
DAX PTS
12 579.72
+0.54 %
Dowjones PTS
24 580.89
+0.49 %
7 197.51
-0.28 %
Nikkei PTS
22 516.83
-0.78 %

A Saint-Martin, ceux qui restent tentent de recommencer à vivre comme avant Irma

| AFP | 400 | Aucun vote sur cette news
Des habitants inspectent les dégâts causés par Irma le 11 septembre 2017 sur la plage de Grand-Case à Saint-Martin
Des habitants inspectent les dégâts causés par Irma le 11 septembre 2017 sur la plage de Grand-Case à Saint-Martin ( Martin BUREAU / AFP )

La vitrine est remplie de viennoiseries et de tartelettes. A Grand-Case, sur la partie française de l'île franco-néerlandaise de Saint-Martin dévastée par l'ouragan Irma, une longue file d'attente patiente devant la boulangerie de Rudy Lainez, qui a repris le travail.

Alors que les évacuations se poursuivent, ceux qui restent sont bien décidés à recommencer à vivre, un peu comme avant.

La boulangerie tourne sans discontinuer. Les gens en ressortent les bras chargés de pain, parfois avec quelques gâteaux. Les prix ? Les mêmes qu'avant l'ouragan Irma, pas de changement, confie le patron. "Il faut leur apporter un peu de réconfort, aux gens qui commencent à avoir faim".

Il fonctionne avec un groupe électrogène et espère être rebranché à l'électricité rapidement "pour réduire les frais". Mais il continuera même sans électricité parce que "le pain, c'est la vie", dit-il.

Une rue de Marigot le 11 septembre 2017 après le passage d'Irma sur l'île française de Saint-Martin dans les Caraïbes
Une rue de Marigot le 11 septembre 2017 après le passage d'Irma sur l'île française de Saint-Martin dans les Caraïbes ( Martin BUREAU / AFP )

A Marigot, plusieurs commerces rouvrent avec de petites plages horaires, comme le Lucy's Snack, un bar où il reste quelques stocks de boissons, des bières, des sodas. "On est obligé de se remettre debout", indique son gérant, Jean-Claude Richardson. C'est aussi à la population de faire en sorte de travailler pour redresser l'île".

Quelques habitués sont revenus. Ensemble, il grillent quelques morceaux de viande sur un barbecue de fortune en échangeant sur les événements.

Tous évoquent l'après : "Comment va-t-on renvoyer les enfants à l'école ?" , s'interroge Natacha, une jeune maman. Son fils, dit-elle, ne peut pas rester sans école. Elle ne veut pas partir, pour ne pas encombrer sa famille en Guadeloupe.

Lorsqu'on lui annonce une reprise des cours après les vacances de la Toussaint, selon les propos du Premier ministre français Edouard Philippe, elle soupire. "On pourrait peut-être instaurer des cours, deux heures par jour sous une tente, ou dans une classe..."

- Chômage partiel -

La vie économique reprend également. Stephan Jules, directeur du Pôle régional Guadeloupe-Îles du Nord de Pôle Emploi est déjà au travail. "Dans l'immédiat, on sécurise les collègues, ceux qui veulent rester, ceux qui veulent partir, puis on instaure la continuité avec les équipes en Guadeloupe".

D'ores et déjà, les actualisations pour tous les demandeurs d'emploi saint-martinois ont été réalisées, pour qu'ils soient indemnisés sur la base des versements du mois précédent.

"Avec les entreprises on va voir comment instaurer des mesures de chômage partiel. L'agence à Saint-Martin est encore en bon état. On en fera un point d'accueil dans les jours qui viennent pour répondre aux questions des usagers", dit-il.

Trajectoires des ouragans
Trajectoires des ouragans ( Sabrina BLANCHARD / AFP )

Bien qu'une partie de la population exprime encore son exaspération vis à vis de la gestion de la crise par le gouvernement, sur la "colline des téléphones", l'un des rares endroits accessible au réseau et où l'on se retrouve pour téléphoner, les discours ne sont pas tous critiques vis à vis des forces de l'ordre.

Les ruines de constructions effondrées à Grand-Case sur l'île française de Saint-Martin le 11 septembre 2017
Les ruines de constructions effondrées à Grand-Case sur l'île française de Saint-Martin le 11 septembre 2017 ( Martin BUREAU / AFP )

"En quatre jours tout a été sécurisé, ils ne pouvaient pas faire mieux, souligne en souriant Peggy Brun. Tout cela a quand même été bien géré."

Quant à la visite du président français Emmanuel Macron, mardi dans l'ile, elle juge qu"'il faut qu'il vienne voir partout comment c'est, pour qu'il prenne conscience de l'horreur ici".

Dans les rues de Marigot, le désencombrement des trottoirs a commencé : sur la route de l'aéroport et sur la route de l'hôpital. Deux axes qu'empruntera le convoi présidentiel.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 24/06/2018

L'Aquarius, bateau de l'ONG SOS-Méditerranée et Médecins sans Frontières (MSF) lors d'un exercice de sauvetage en mer, le 23 juin 2018 entre Lampedusa et la Tunisie ( PAU BARRENA / AFP )Les…

Publié le 23/06/2018

Toni Kroos exulte après avoir offert la victoire à l'Allemagne face à la Suède dans le groupe F du Mondial à Sotchi, le 23 juin 2018 ( Odd ANDERSEN / AFP )L'Allemagne reste l'Allemagne, et…

Publié le 23/06/2018

Le Lifeline bat pavillon néerlandais selon l'ONG éponyme qui l'exploite. Le navire n'apparaît pas dans les registres navals néerlandais, selon la représentation des Pays-Bas auprès de…

Publié le 23/06/2018

Le président turc Recep Tayyip Erdogan lors d'un meeting à Istanbul le 23 juin 2018 ( Aris MESSINIS / AFP )Le président turc Recep Tayyip Erdogan, briguant un nouveau mandat aux pouvoirs…

Publié le 23/06/2018

Des manifestants devant la Maison Blanche à l'appel de l'association pour les libertés civiles ACLU pour protester contre la séparation des familles à la frontière américano-mexicaine, le 22…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/06/2018

L'Assemblée générale fut également l'occasion de détailler les conditions de réalisation du résultat de l'exercice 2017...

Publié le 22/06/2018

Bluelinea a réalisé une augmentation de capital avec maintien du droit préférentiel de souscription des actionnaires (DPS), pour un montant de 1,5 million d'euros. Cette augmentation de capital…

Publié le 22/06/2018

Biocorp annonce le lancement d'une augmentation de capital par émission d'actions nouvelles, avec suppression du droit préférentiel de souscription. Le montant cible de l'opération est de 4,5…

Publié le 22/06/2018

Bluelinea annonce la réalisation d'une augmentation de capital avec maintien du droit préférentiel de souscription des actionnaires (DPS), pour un...

Publié le 22/06/2018

Nouvelle histoire en cinq épisodes.