En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 332.73 PTS
+0.31 %
5 295.5
+0.51 %
SBF 120 PTS
4 208.35
+0.29 %
DAX PTS
12 074.66
+0.53 %
Dowjones PTS
25 585.69
+0.37 %
7 300.96
+0.00 %
1.119
-0.15 %

Wall Street trébuche, Trump veut taxer la totalité des importations chinoises !

| Boursier | 247 | Aucun vote sur cette news

Wall Street corrige plus nettement désormais avant bourse ce vendredi, après une série de tweets de Trump en faveur de la taxation de la totalité des...

Wall Street trébuche, Trump veut taxer la totalité des importations chinoises !
Credits Reuters

Wall Street corrige plus nettement désormais avant bourse ce vendredi, après une série de tweets de Trump en faveur de la taxation de la totalité des produits chinois importés. Le message du président américain a donc une fois encore plombé l'ambiance, alors que se poursuivent les discussions commerciales à Washington, et que les États-Unis viennent déjà d'infliger de nouvelles sanctions 'tarifaires' portant sur un volume de 200 milliards de dollars d'importations chinoises.

Le S&P500 est attendu en retrait de 0,6% ce jour. Le DJIA perd 0,5% en pré-séance et le Nasdaq 0,7%. Sur le marché des changes, l'indice dollar demeure assez stable à 97,3. Sur le Nymex, le baril de brut WTI prend 0,1% à 61,8$.

La prudence prévaut donc à juste titre, rien n'assurant qu'un accord commercial puisse être conclu à court terme entre les deux superpuissances. C'est aujourd'hui vendredi que la hausse des droits de douane sur 200 milliards de produits chinois décidée par le président Donald Trump entre en vigueur. Ces produits jusque-là soumis à des droits de douane de 10% sont désormais taxés à hauteur de 25% depuis 00h01 heure de New York (04h01 GMT) vendredi. Il s'agit des produits chimiques, des matériaux de construction, du mobilier et des produits électroniques grand public...

Goldman Sachs juge pour sa part qu'il existe 30% de chances que les tarifs de Trump s'appliquent 'ultimement' à toutes les importations chinoises. Les taxes douanières supplémentaires s'appliqueraient alors à 300 milliards de dollars de produits chinois importés additionnels...

La Chine a indiqué ce vendredi qu'elle regrettait profondément la décision américaine et qu'elle prendrait des contre-mesures, sans fournir plus de détails. Dans un communiqué, le ministère chinois du Commerce dit espérer que Washington et Pékin trouveront un compromis et régleront le contentieux par le biais de la coopération et de consultations.

Hier jeudi, le représentant américain au Commerce, Robert Lighthizer, le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin et Liu He se sont rencontrés pendant 90 minutes à Washington. Les discussions reprennent ce vendredi.

Donald Trump s'est réveillé ce jour avec une pensée toute particulière pour la Chine. Il a posté sur Twitter une série de tweets expliquant la décision d'un relèvement des droits de douane. Il n'y aurait selon Trump "aucune nécessité de se précipiter" en vue d'un accord commercial, et les discussions continueraient de manière "très cordiale". Comme prévu, les droits de douane sont remontés ce jour de 10 à 25% sur 200 milliards de dollars de produits chinois. Les États-Unis avaient déjà surtaxé à 25% environ 50 milliards de dollars d'importations chinoises, ce qui porte désormais le total taxé à 25% à environ 250 Mds$. Et les choses pourraient encore empirer pour la Chine, Trump annonçant le lancement de procédures pour taxer ultérieurement à 25% les 325 milliards de dollars d'imports chinois restants.

"Les Etats-Unis ne vendent à la Chine qu'environ 100 Milliards de Dollars de biens & produits, un très grand déséquilibre. Avec les plus de 100 Milliards de Dollars de Tarifs que nous récupérons, nous achèterons des produits agricoles de nos Grands Agriculteurs, en quantité plus importante que la Chine ne l'a jamais fait, et nous les livrerons aux pays pauvres et affamés sous forme d'assistance humanitaire. Dans le même temps, nous continuerons à négocier avec la Chine dans l'espoir qu'ils ne retentent pas encore de refaire le deal!", imagine Trump, très inspiré de bon matin.

"Les Tarifs (douaniers) rapporteront BIEN PLUS de richesse à notre Pays que l'accord de forme traditionnelle le plus phénoménal. En outre, ce sera bien plus facile & rapide à faire. Nos Agriculteurs se porteront mieux, plus vite, et les nations affamées pourront maintenant être aidées", se réjouit le président américain.

"Les Tarifs (douaniers) rendront notre Pays BIEN PLUS FORT, pas plus faible. Asseyez-vous juste et regardez! En attendant, la Chine ne devrait pas renégocier ses accords avec les États-Unis à la dernière minute. Ce n'est pas l'Administration Obama ou l'Administration de 'Sleepy Joe', qui laisseraient la Chine s'en tirer avec le crime!", s'amuse encore Trump.

Trump juge que ces paiements massifs vont alimenter les caisses des Etats-Unis. Le président américain souligne une fois de plus l'ampleur du déséquilibre : "Nous avons perdu 500 Milliards de Dollars par an pendant des années, sur un Commerce Fou avec la Chine. C'EST FINI!" Rappelons que la tension est montée d'un cran cette semaine entre Washington et Pékin, la Chine ayant fait machine arrière sur différents engagements antérieurs. Un accord demeure donc peu probable à court terme, malgré la poursuite des pourparlers.

L'indice américain des prix à la consommation pour le mois d'avril 2019 est ressorti en progression de 0,3% en comparaison du mois antérieur, contre +0,4% de consensus de place. Il grimpe ainsi de 2% en glissement annuel, ce qui ressort légèrement inférieur au consensus (+2,1%). L'indice des prix à la consommation hors alimentaire et énergie a augmenté de +0,1% en avril, en comparaison du mois antérieur, contre un consensus de +0,2%. Ce CPI hors éléments volatils s'apprécie de +2,1% en comparaison de l'an dernier.

Les valeurs

Uber Technologies a fixé jeudi le prix de son action à 45$, dans le bas de la fourchette indicative de 44$ à 50$. Le groupe américain de VTC a dû revoir en baisse ses ambitions de valorisation ces dernières semaines dans un contexte boursier agité et alors que l'IPO de son rival Lyft a été suivie d'un plongeon de plus de 20% du cours par rapport au prix d'introduction.

Les premiers échanges sur Uber interviendront ce vendredi sur le Nyse, où le groupe est coté sous le code mnémonique 'UBER'. A 45$ par action, Uber est valorisé 82,4 milliards de dollars, ce qui en fait l'une des plus importantes introductions en Bourse de tous les temps, même si ce chiffre est bien inférieur aux rumeurs de 120 milliards qui avait circulé avant la brutale correction boursière de la fin 2018. Il s'agit de la plus importante opération d'IPO dans la "tech" depuis celle de Facebook en 2012. C'est de loin la plus importante introduction en Bourse aux Etats-Unis cette année et aussi une des 10 plus importantes de tous les temps...

Uber a placé 180 millions de titres (8,1 Mds$ à 45$ par action), auxquels devraient s'ajouter 27 millions de titres (option de surallocation) vendus par ses investisseurs existants pour un montant de 1,21 Md$ à 45$, soit une levée totale de fonds potentielle de 9,3 Mds$.

Symantec dévisse avant bourse à Wall Street ce vendredi, au lendemain de son avertissement, accompagné de l'annonce brutale du départ de son directeur général. Le concepteur américain de logiciels de sécurité a donc annoncé hier soir que son directeur général (CEO) Greg Clark allait être remplacé par l'administrateur Richard Hill (ex-patron de Novellus) à titre intérimaire, avant la désignation d'un successeur durable. Les motifs du départ de Clark sont peu évidents, ce qui inquiète les spécialistes.

Pour le quatrième trimestre fiscal de son exercice décalé, Symantec a réalisé un bénéfice net de 34 M$ soit 5 cents par titre, contre une perte de 59 M$ un an avant. Le bénéfice ajusté par action a représenté 39 cents, conformément aux attentes. Les revenus ont reculé à 1,19 Md$, contre 1,21 Md$ un an plus tôt et 1,2 Md$ de consensus. La guidance du premier trimestre fiscal est décevante. Le bénéfice par action est anticipé entre 30 et 34 cents, contre un consensus de 40 cents.

GoPro rebondit en pré-séance à Wall Street ce jour. Le groupe vient de relever en effet ses prévisions de revenus du fait d'une forte demande en nouvelles caméras. Pour le trimestre clos, le groupe a réalisé des revenus en croissance de 20% à 243 millions de dollars, contre 234 millions de consensus. La perte nette s'est élevée à 24 M$ soit 17 cents par titre, alors que la perte ajustée par action est ressortie à 7 cents. Le consensus était de -9 cents sur une base ajustée. Pour le second trimestre, les revenus sont anticipés entre 285 et 305 M$. Le groupe dope sa guidance annuelle de revenus et table désormais sur une croissance allant de 7 à 10%.

Dropbox grimpe également à Wall Street. Le groupe californien, qui fournit des services de stockage et de partage de copies de fichiers locaux en ligne, a relevé ses estimations annuelles de revenus, aidé en cela par la croissance du nombre d'utilisateurs payants (13,2 millions à fin mars 2019). Sur le trimestre clos, le groupe a réduit sa perte à 7,7 M$ soit 2 cents par titre. Hors éléments, le bénéfice par action est ressorti à 10 cents, contre 6 cents de consensus. Les revenus ont augmenté de 22% à 386 M$. Les revenus annuels sont désormais anticipés entre 1,63 et 1,65 Md$, pour une marge opérationnelle ajustée de 11-12%.

News Corp a affiché un bénéfice inattendu sur le trimestre clos. Le groupe de médias, propriétaire du Wall Street Journal, a réalisé ainsi un bénéfice net attribuable aux actionnaires de 10 millions de dollars soit 2 cents par titre, contre une perte de 1,1 Md$ un an avant. Le bpa ajusté a représenté 4 cents, contre un point mort estimé par le consensus. Les revenus ont totalisé quant à eux 2,46 Mds$, contre 2,09 Mds$ un an avant.

Viacom a annoncé pour le second trimestre fiscal un bénéfice net de 376 millions de dollars soit 93 cents par titre, ainsi qu'un bénéfice ajusté par action de 95 cents. Le groupe, propriétaire de Paramount Pictures ou Comedy Central, a affiché des revenus de 2,96 milliards de dollars, contre 3,15 milliards un an plus tôt et 3,06 milliards de consensus.

Marriott cède du terrain à Wall Street. Le groupe hôtelier a pourtant battu le consensus de profit sur le premier trimestre clos fin mars 2019, réalisant sur la période un bénéfice net de 375 millions de dollars et 1,09$ par action, contre 420 millions de dollars un an auparavant. Sur une base ajustée, le bénéfice par action a représenté 1,41$, contre 1,34$ de consensus. Les revenus sont restés assez stables à 5 milliards.

TiVo a annoncé que son conseil d'administration avait approuvé une scission en deux, la première entité concernant la division produit et la seconde les activités de propriété intellectuelle. Pour son premier trimestre, le groupe californien a affiché une perte de 27 millions de dollars et 21 cents par titre. Le bénéfice ajusté par action est ressorti positif de 8 cents. Les revenus sont ressortis 'en ligne' avec les attentes à 158 M$. Ils sont estimés entre 640 et 654 M$ sur l'année.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 30 juin 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 27/05/2019

Franchissement de seuil

Publié le 27/05/2019

Bonne nouvelle pour Benjamin Smith...

Publié le 27/05/2019

Bigben poursuit sur sa lancée en ce début de semaine, en hausse de près de 6% à 11,3 euros...

Publié le 27/05/2019

Air France-KLM se dit "heureux" que le conseil du SNPL ALPA d'Air France, qui représente la majorité des pilotes de la compagnie, ait voté à 97% en...

Publié le 27/05/2019

Suspendu depuis le 22 mai, Recylex, dont les échanges ont repris ce matin, s'effondre de plus de 10% à 3,9 euros...