Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 759.09 PTS
+0.69 %
6 754.50
+0.69 %
SBF 120 PTS
5 292.25
+0.71 %
DAX PTS
15 746.61
+0.94 %
Dow Jones PTS
35 741.15
+0.18 %
15 514.19
+0. %
1.162
+0.07 %

Wall Street : Tesla et Merck se distinguent

| Boursier | 390 | Aucun vote sur cette news

Wall Street reste hésitant avant bourse ce lundi...

Wall Street : Tesla et Merck se distinguent
Credits Reuters

Wall Street reste hésitant avant bourse ce lundi. Le DJIA perd 0,2% et le S&P 500 0,3%, alors que le Nasdaq abandonne 0,5%. Le baril de brut WTI avance de 0,5% sur les 76$, alors que l'OPEP+ devrait s'en tenir à une hausse de 400 000 barils / jour de la production en novembre, selon des sources de Reuters au sein du cartel et de ses partenaires. L'once d'or se stabilise à 1.758$. L'indice dollar perd 0,3% face à un panier de devises. Le bitcoin consolide sous les 48 000$.

Les marchés restent sous pression, alors que l'incertitude demeure concernant les pénuries et les perturbations de production. Le Chinois Evergrande est pour sa part suspendu en bourse. La presse chinoise a noté que la société immobilière Hopson Development avait l'intention d'acquérir 51% du capital d'Evergrande Property Services pour plus de 5 milliards de dollars. Beaucoup d'incertitudes demeurent autour de la véritable exposition des institutions financières sur le dossier Evergrande, qui croule sous une dette de près de 300 milliards de dollars. Les acteurs du marché craignent les effets de contagion d'Evergrande alors que l'environnement économique s'affaiblit.

Les tensions sino-américaines inquiètent aussi. Citant des sources proches du dossier, CNBC a rapporté que la représentante des Etats-Unis pour les questions commerciales internationales (USTR), Katherine Tai, allait indiquer que Pékin ne se conformait pas à l'accord commercial sino-américain de phase 1. La Chine n'est en effet pas parvenue à augmenter les achats de marchandises américaines de 200 milliards de dollars sur une période de deux ans, comme elle avait accepté de le faire lorsque l'accord avait été conclu en 2019.

Les analystes ont noté que les achats de produits américains par la Chine jusqu'en août étaient estimés inférieurs d'environ 62% aux objectifs de l'accord commercial. Des sources ont déclaré que l'USTR évaluait les actions potentielles, y compris d'éventuels 'tarifs supplémentaires' sur les produits chinois importés aux USA. La semaine dernière, Tai avait déclaré à Politico que l'administration Biden prévoyait de "s'appuyer" sur les tarifs existants, alors que l'administration finalisait son examen de la politique commerciale américaine vis-à-vis de la Chine.

Le Wall Street Journal avait également rapporté le mois dernier que l'administration Biden évaluait une nouvelle enquête sur les subventions chinoises et leurs dommages causés à l'économie américaine, un mouvement qui pourrait conduire à de nouveaux tarifs si la Chine ne modifiait pas ses pratiques commerciales.

The Hill a précisé pour sa part que le département d'État américain était "très préoccupé" par "l'activité militaire provocatrice" de la Chine près de Taïwan, alors que des avions sont entrés à plusieurs reprises dans la zone défensive de Taïwan pendant le week-end de la fête nationale. Pékin menacerait ainsi la stabilité dans la région et poursuivrait par ailleurs sa pression économique. Vendredi, la Chine a fait voler 38 avions militaires dans la zone de défense aérienne de Taïwan. Samedi, 39 avions ont répété l'incursion, puis 16 dimanche. Le ministre taïwanais des Affaires étrangères a qualifié les vols de "menaçants"...

Sur le front budgétaire, Biden a concédé, selon le Wall Street Journal, que le montant final de son programme d'infrastructures sociales allait être plutôt proche de 2 000 milliards de dollars, très inférieur aux 3 500 milliards initialement visés. Les démocrates cherchent actuellement de quelle manière réduire l'addition.

Nancy Pelosi, présidente de la Chambre des représentants, a fixé pour sa part au 31 octobre l'échéance pour faire passer le projet de loi d'infrastructure bipartite. Joe Biden soutient un ajournement de ce vote jusqu'à ce qu'un accord sur un package séparé de politique sociale et climatique.

En outre, la question du relèvement du plafond de la dette et la perspective du début tout proche du 'tapering' de la Fed pèsent sur les marchés.

Sur le front économique outre-Atlantique ce jour, les commandes de biens durables pour août seront annoncées à 16 heures (consensus FactSet +1,8% en comparaison du mois antérieur ; +0,2% hors transport). Les commandes industrielles seront révélées à la même heure (consensus +1%).

Les valeurs

Tesla gagne 3% avant bourse vers les 800$ à Wall Street, au plus haut depuis le mois de février et à 10% de ses sommets historiques. Le groupe californien est parvenu pour le troisième trimestre à défier les perturbations de supply chain et à réaliser des livraisons record. Les pénuries de 'puces' frappant l'industrie et les problèmes logistiques n'ont pas ralenti le groupe d'Elon Musk, qui a livré 241 300 véhicules au total, dans le monde, sur le trimestre. Wall Street anticipait pour sa part 225 000 à 230 000 livraisons. Les livraisons se sont ainsi envolées de 73% en glissement annuel ! Le groupe a livré 232 025 Model 3 et Model Y, ainsi que 9 275 Model S et X.

Sur le troisième trimestre, période de juillet à septembre, le groupe est même parvenu à une croissance séquentielle de 20%, en comparaison d'un deuxième trimestre déjà record. Il s'agit du sixième trimestre consécutif de croissance séquentielle pour le groupe, que rien ne semble donc arrêter. Musk a avoué que Tesla avait subi, plus tôt au troisième trimestre, une pénurie extrêmement sévère d'équipements. Il a donc demandé aux employés de faire le maximum en fin de trimestre, relate Reuters, citant un courriel interne. Le CEO de Tesla a évoqué une vague de livraisons de fin de trimestre inhabituellement haute.

La production totale sur le troisième trimestre a grimpé de 15% séquentiellement pour atteindre 237 823 unités, dont 228 882 Model 3 et Y, et 8 941 Model S et X. En Chine, la croissance des exportations vers l'Europe et l'introduction d'un Model Y moins cher a dopé la production. Les livraisons record du trimestre ont aussi été tirées par une performance remarquable en Chine, jugent les spécialistes. La fabrication sera la force concurrentielle à long terme de Tesla, a affirmé Musk sur Twitter.

Merck & Co, qui flambait de 8,4% vendredi, prend encore 4% avant bourse à Wall Street ce lundi. Le laboratoire américain discute avec la Thaïlande, dont le gouvernement entendrait, selon un responsable cité par Reuters, acquérir 200 000 unités de sa pilule Covid-19 expérimentale. L'agence rapporte encore que de nombreux pays asiatiques se démèneraient pour verrouiller des approvisionnements sur ce traitement potentiel, après avoir pris du retard par rapport aux pays occidentaux dans le déploiement du vaccin Covid-19, touchés par des approvisionnements restreints. La Corée du Sud, Taïwan et la Malaisie, négocieraient notamment l'acquisition de pilules de Merck.

En fin de semaine dernière, le titre Merck avait grimpé en direction de ses sommets historiques. Le laboratoire pharmaceutique américain avait en effet communiqué des nouvelles positives concernant un traitement expérimental contre le coronavirus, développé avec la biotech Ridgeback Biotherapeutics. Ce traitement par voie orale, le molnupiravir, réduirait d'environ 50% le risque d'hospitalisation ou de décès chez les patients exposés au risque d'une forme grave de la maladie, à en croire les résultats provisoires d'un essai clinique de Phase 3 publiés vendredi.

Merck a ainsi déclaré vendredi que sa pilule expérimentale réduisait de moitié hospitalisations et décès chez les personnes récemment infectées. Le laboratoire du New Jersey entend demander bientôt aux autorités sanitaires aux États-Unis et dans le monde d'autoriser l'utilisation du traitement. Il s'agirait alors de la première pilule à traiter le covid, les thérapies actuellement validées aux USA demandant une intraveineuse ou une injection.

Merck et son partenaire Ridgeback Biotherapeutics ont donc indiqué que les premiers résultats d'étude montraient une baisse de moitié du risque d'hospitalisation ou de décès en comparaison du placebo pour les patients ayant des formes légères à modérées du covid. L'analyse intermédiaire montre que 7,3% des patients qui ont reçu du molnupiravir ont été hospitalisés jusqu'au jour 29, comparativement à 14,1% des patients traités par placebo (hospitalisés ou décédés). Il n'y a eu aucun décès dans le groupe du médicament sur cette période, contre huit décès dans le groupe placebo, selon Merck.

Johnson & Johnson entend demander cette semaine à l'agence américaine des médicaments, la FDA, d'autoriser une dose de rappel de son vaccin anti-covid.

Teva Pharmaceutical, le géant des traitements génériques, a annoncé l'interruption temporaire de la production de médicaments de son usine californienne d'Irvine afin de résoudre les problèmes soulevés par la Food and Drug Administration suite à une inspection.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 26/10/2021

Elogen, filiale de GTT, fournira un électrolyseur PEM de 1 MW à Storengy dans le cadre du projet HyPSTER, démonstrateur de stockage de l'hydrogène...

Publié le 26/10/2021

BNP Paribas Cardif, qui a rejoint en septembre 2021 Net-Zero Asset Owner, renforce sa contribution Climate Action 100+...

Publié le 26/10/2021

3M, le groupe industriel de St...

Publié le 26/10/2021

Lors de la 8ème édition de la cérémonie de remise des prix de Palmarès le 25 octobre 2021, Elisabeth Moreno, Ministre chargée de l'Égalité entre les...

Publié le 26/10/2021

Premier actionnaire d'Air France KLM, l'Etat n'a pas l'intention de sortir du capital de la compagnie aérienne...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne