Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 347.77 PTS
-0.23 %
6 354.00
+0.13 %
SBF 120 PTS
4 933.37
-0.19 %
DAX PTS
13 964.38
-
Dow Jones PTS
32 223.42
+0.08 %
12 243.58
-1.16 %
1.044
+0.06 %

Wall Street : Tesla en renfort !

| Boursier | 420 | Aucun vote sur cette news

Après le plongeon de Netflix, qui a emporté hier soir le Nasdaq par le fond, la cote américaine bénéficie cette fois ce jeudi de trimestriels...

Wall Street : Tesla en renfort !
Credits Reuters

Après le plongeon de Netflix, qui a emporté hier soir le Nasdaq par le fond, la cote américaine bénéficie cette fois ce jeudi de trimestriels "impériaux" de Tesla, qui a amplement rassuré. Le Nasdaq se redresse de 1,1% en pré-séance, le Dow Jones de 0,6% et le S&P 500 de 0,8%. Sur le Nymex, le baril de brut WTI s'adjuge 0,7% à 103$. L'once d'or rend 0,3% à 1.949$. L'indice dollar perd 0,2%. Le bitcoin se rapproche des 43.000$.

Les marchés réagissent favorablement pour l'heure à la dernière vague des trimestriels. En outre, les derniers chiffres de l'inflation en Europe ressortent moins dramatiques que prévu. Les opérateurs ne semblent par ailleurs plus vraiment réagir à l'actualité du conflit russo-ukrainien, alors que Vladimir Poutine revendique la libération de Marioupol...

L'indice d'activité manufacturière régionale de la Fed de Philadelphie pour le mois d'avril 2022 est ressorti à 17,6, contre 20,5 de consensus et 27,4 un mois avant, ce qui traduit un net ralentissement de l'expansion.

Les investisseurs prennent connaissance d'une très légère baisse des inscriptions au chômage aux Etats-Unis la semaine passée, au plus bas depuis les années 1960. Le Département américain au Travail vient en effet d'annoncer, pour la semaine close au 16 avril, que les inscriptions au chômage sont ressorties au nombre de 184.000, en repli de 2.000 par rapport à la semaine antérieure. Le consensus était positionné à 180.000.

La moyenne à quatre semaines s'établit à 177.250, en hausse de 4.500. Enfin, le nombre de chômeurs indemnisés sur la semaine close le 9 avril atteint 1,417 million, en baisse de 58.000 sur sept jours (1,459 million de consensus), au plus bas depuis 1970.

Les valeurs

Tesla a amplement convaincu hier soir par ses derniers chiffres trimestriels. Le groupe d'Elon Musk a musclé sa rentabilité grâce aux augmentations de prix, et se montre confiant dans la résolution des problèmes de supply chain. Après un profit record sur le trimestre clos, Tesla anticipe une forte progression de sa production cette année. Musk a en outre promis un robot taxi pour 2024. Tesla a réalisé au premier trimestre fiscal un bénéfice net de 3,3 milliards de dollars et une croissance de 81% de ses revenus. Le titre réagissait hier soir en forte hausse après bourse, s'adjugeant plus de 5% à Wall Street.

Musk, homme le plus riche du monde qui vient de lancer une offensive sur le réseau social Twitter, dont il a pris 9,1% du capital et qu'il propose d'acquérir pour plus de 43 milliards, peut se réjouir. Les résultats affichés par Tesla devraient déclencher une compensation financière plutôt sympathique de 23 milliards de dollars... Le fantasque patron ne reçoit pas de salaire, mais son package de rémunération requiert que la capitalisation de Tesla et sa performance financière atteignent certains seuils croissants.

L'homme d'affaires a aussi estimé raisonnable d'anticiper une croissance de 60% des livraisons cette année, et reste confiant dans l'atteinte d'un objectif de 50% de progression de ces livraisons sur plusieurs années, ce qui offre au groupe une extraordinaire visibilité. Le milliardaire admet que les usines ont fonctionné en dessous de leur capacité depuis plusieurs trimestres, la chaîne d'approvisionnement constituant un facteur limitant, ce qui devrait persister sur le reste de l'année. Les hausses de prix ont compensé la croissance des dépenses (sur le lithium notamment) et devraient produire encore leur effet dans les 6 à 12 prochains mois, puisqu'elles dépassent l'inflation des coûts.

Les sites d'Austin et de Berlin devraient par ailleurs compenser la faiblesse chinoise passagère du fait des restrictions sanitaires. Tesla a perdu l'équivalent d'un mois de volume de production à Shanghai du fait des fermetures liées au Covid-19. La production y a repris partiellement, mais un impact est encore attendu au deuxième trimestre. Les nouvelles usines devraient monter en puissance et réduire la dépendance vis-à-vis de la production chinoise.

Sur le trimestre clos fin mars, Tesla a livré des revenus de 18,8 milliards de dollars, à comparer à un consensus de 17,8 milliards. La revente de crédits carbone aux concurrents a permis au groupe d'engranger 679 millions de dollars, 31% de plus que l'an dernier, ce qui a aussi gonflé les revenus. Le bénéfice trimestriel par action a été de 3,22$, contre un consensus de 2,26$. L'Ebitda par véhicule livré a grimpé de plus de 60% à 16.200$ environ.

United Airlines bondissait de plus de 7% en post-séance hier soir à Wall Street, dopé par un optimisme sans faille pour les mois à venir. La compagnie américaine compte en effet renouer avec les bénéfices au deuxième trimestre (et sur l'ensemble de l'exercice) alors qu'elle s'attend à ce que le boom de la demande de voyages lui permette de générer les revenus trimestriels les plus élevés de son histoire : "l'environnement de la demande est le plus fort depuis mes 30 ans dans l'industrie", a déclaré le directeur général du transporteur, Scott Kirby. Sur les trois mois clos fin juin, le management table sur un revenu total par siège-mille disponible en hausse de 17% par rapport à la même période en 2019, ce qui se traduira par une marge d'exploitation ajustée de 10%.

American Airlines flambe également en pré-séance à Wall Street, soutenu par la perspective d'un retour aux profits au deuxième trimestre après une perte moins forte qu'attendu au cours des trois premiers mois de l'année. La première compagnie américaine a essuyé une perte ajustée par action de 2,32 dollars au premier trimestre contre un déficit de 4,32$ un an plus tôt et un consensus positionné à 2,42$. Les revenus ont augmenté de 122% pour atteindre 8,9 Mds$, là où les analystes tablaient sur 8,82 Mds$. Le transporteur a notamment réalisé des ventes record en mars, dépassant pour la première fois depuis le début de la pandémie les niveaux de 2019.

Alcoa décrochait hier soir à Wall Street, après bourse, suite à sa publication financière trimestrielle. Les perturbations de supply chain ont donc affecté les comptes du groupe de Pittsburgh, géant de l'aluminium, qui a affiché au premier trimestre des revenus de 3,29 milliards de dollars, à comparer à un consensus de 3,44 milliards. Roy Harvey, le patron de l'affaire, évoque aussi les incertitudes concernant l'inflation, l'invasion de l'Ukraine et le ralentissement chinois, qui pourraient perturber le marché de l'aluminium. Le dirigeant table désormais sur une demande en hausse de 2% cette année, contre 2 à 3% auparavant. Le groupe, hautement dépendant des cycles économiques, a affiché sur le trimestre clos un Ebitda de 1,07 milliard de dollars, légèrement supérieur au consensus. Le bénéfice ajusté par action a été de 3,06$, légèrement au-dessus des attentes lui aussi.

CSX, géant ferroviaire américain, a publié hier soir au titre de son premier trimestre un bénéfice ajusté par action de 39 cents, contre 38 cents de consensus et 31 cents un an plus tôt. Les revenus trimestriels ont totalisé quant à eux 3,41 milliards de dollars, dépassant les attentes de marché de près de 4%, contre 2,81 milliards de dollars sur la période correspondante de l'an dernier. Le groupe de Jacksonville a dégagé un bénéfice net trimestriel de 859 millions de dollars, contre 706 millions un an plus tôt. Le bénéfice opérationnel a été de 1,28 milliard, contre 1,1 milliard un an auparavant. James M. Foote, PDG du groupe, évoque un environnement de marché favorable et espère une "amélioration de la fluidité" du réseau sur le reste de l'année, tout en "capturant les opportunités de croissance future".

Danaher, le conglomérat médical et technologique américain, a publié pour son premier trimestre fiscal 2022, clos début avril, un bénéfice net de 1,7 milliard de dollars soit 2,31$ par titre, en croissance de 1% en glissement annuel. Le bénéfice ajusté par action a été de 2,76$, en progression de 10% en comparaison de l'an dernier. Les revenus se sont améliorés de 12% à 7,7 milliards de dollars, avec une augmentation de 8% en base non-GAAP. Le consensus était de 2,66$ de bénéfice ajusté par action pour 7,54 milliards de dollars de revenus. Pour le deuxième trimestre, Danaher estime que ses revenus ajustés devraient augmenter de 6 à 9%.

Philip Morris International a dévoilé pour son premier trimestre un bénéfice dilué par action de 1,5$ et un bénéfice ajusté par action de 1,56$, représentant une augmentation à devises constantes de 14%. Les revenus se sont appréciés de 9% en organique, avec la croissance des volumes et la performance d'IQOS. Les revenus totaux ont été de 7,75 milliards de dollars. Le consensus trimestriel était logé à 1,49$ de bénéfice ajusté par action et 7,43 milliards de dollars de revenus. Le bénéfice d'exploitation a reculé de 4,2% à 3,3 milliards. Le bénéfice dilué consolidé par action est anticipé entre 5,39 et 5,5$ sur l'exercice, alors que le bpa ajusté (hors Russie et Ukraine et autres éléments) est attendu entre 5,35 et 5,46$, reflétant une croissance à changes constants allant de 9 à 11% par rapport à l'année fiscale antérieure.

AT&T, l'opérateur télécom américain, a annoncé pour le trimestre clos un bénéfice net attribuable aux actionnaires ordinaires de 4,8 milliards de dollars soit 65 cents par titre, contre 7,5 milliards de dollars et 1,02$ par titre un an avant. Les revenus wireless ont totalisé 29,7 milliards de dollars, contre 29 milliards un an plus tôt. Le groupe bénéficie en effet de l'expansion de la fibre et des services 5G. La firme de Dallas, dont l'unité WarnerMedia vient de finaliser sa fusion avec Discovery plus tôt ce mois pour former Warner Bros. Discovery, a récupéré 691.000 abonnés mensuels en téléphonie sur le trimestre. Les revenus totaux, enfin, ont reculé de 13% avec le désinvestissement de la TV satellite.

Warner Bros. Discovery a pour sa part rassuré quelque peu, au lendemain de la chute historique de Netflix sur fond de pertes d'abonnés. Le nombre total d'abonnés de la chaîne premium HBO et du service de streaming HBO Max, qui font partie de WarnerMedia, a augmenté de 3 millions en comparaison du trimestre antérieur ! Warner Bros. Discovery annoncera ses comptes du premier trimestre le 26 avril.

Blackstone, géant de la gestion d'actifs, rapporte un bénéfice par action de 1,55$ au T1 contre 1,06$ de consensus FactSet. Les revenus totalisent 5,13 milliards de dollars contre 5,30 milliards de dollars il y a un an. Le consensus sur les revenus de FactSet est très nettement dépassé. Les actifs sous gestion atteignent désormais près de 916 milliards de dollars (+41% en glissement annuel). Le management note que ce premier trimestre a représenté l'un des meilleurs des 36 ans d'histoire de Blackstone, malgré un contexte de marché extrêmement difficile. "Nos stratégies phares ont généré une surperformance significative pour les investisseurs, tandis que notre puissante expansion de plateforme s'est poursuivie avec 50 milliards de dollars d'entrées au cours du trimestre. Cela s'est traduit une fois de plus par des résultats financiers exceptionnels pour nos actionnaires", ajoute la direction du groupe, qui prévoit un dividende de 1,32$ par action ordinaire payable le 9 mai aux actionnaires enregistrés le 2 mai.

Dow Inc, le fournisseur américain de produits de chimie de spécialité, a annoncé pour son premier trimestre fiscal un bénéfice net de 1,57 milliard de dollars soit 2,11$ par titre, contre 991 millions de dollars un an plus tôt. Hors éléments, le bénéfice ajusté par action a représenté 2,34$, contre un consensus de 2,07$ et un niveau de 1,36$ un an avant. Les revenus trimestriels ont également dépassé les attentes de marché, en croissance de 28% en glissement annuel à 15,3 milliards de dollars. Les volumes se sont appréciés de 3% en comparaison de l'an dernier.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/05/2022

Freelance.com prévoit d'atteindre 1 MdE de chiffre d'affaires en 2025...

Publié le 16/05/2022

Carrefour est devenu l'un des premiers investisseurs de Cajoo...

Publié le 16/05/2022

Retour d'Assemblée générale HighCo...

Publié le 16/05/2022

Verimatrix participera à deux conférences de premier plan prévues ce mois-ci...Le 17-18 mai à Bruxelles, se tiendra l'European Medical Device and...

Publié le 16/05/2022

Le développement rapide et ciblé de ces implantations physiques en Suisse romande et sur d'autres territoires par la suite aura un impact positif court-terme sur le chiffre d'affaires de Bebo…

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne