Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 559.57 PTS
-0.56 %
5 553.00
-0.59 %
SBF 120 PTS
4 415.62
-0.64 %
DAX PTS
13 873.97
-0.24 %
Dow Jones PTS
30 996.98
-0.57 %
13 366.40
-0.29 %
1.217
+0. %

Wall Street termine l'année dans le calme

| Boursier | 317 | Aucun vote sur cette news

La Bourse de New York évolue proche de l'équilibre jeudi, proche de ses records, pour la dernière séance de 2020.

Wall Street termine l'année dans le calme

La Bourse de New York évolue proche de l'équilibre jeudi, proche de ses records, pour la dernière séance de 2020. Les investisseurs terminent dans le calme leurs opérations d'habillage de portefeuille, à l'issue de cette année particulièrement volatile, marquée par la crise sans précédent du coronavirus. Après la brutale récession du 1er semestre, les marchés tablent sur la poursuite d'une reprise économique vigoureuse en 2021, à la faveur du nouveau plan de soutien aux Etats-Unis, et grâce à la campagne de vaccination contre le coronavirus.

A deux heures de la clôture, l'indice Dow Jones cède 0,1% à 30.379 points, tandis que l'indice large S&P 500 fléchit de 0,05% à 3.730 pts, et que l'indice Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques et biotechs, recule de 0,24% à 12.839 pts.

Le Dow Jones s'apprête ainsi à terminer sur un gain annuel de 6,6%, le S&P 500 sur une hausse de 15,5% et le Nasdaq sur un bond de 43%, galvanisé par les valeurs internet et de la santé, qui ont profité de la crise du coronavirus.

Plus tôt dans la journée, les marchés européens avaient marqué le pas sur fond d'un regain d'inquiétude sur le front sanitaire. L'EuroStoxx 50 a cédé 0,5% et le CAC 40 a lâché 0,86% (et a reculé de 7,1% sur un an), tandis qu'en Asie, Tokyo est resté fermé jeudi, et le Shanghai Composite a gagné 1,7%.

La reprise se poursuit en Chine, l'emploi résiste aux Etats-Unis

Sur le front économique, les indicateurs PMI chinois n'ont pas offert de surprise majeure en décembre, avec un indice PMI manufacturier de 51,9 (après 52,1 en novembre) et un indicateur des services de 55,7 (contre 56,4 en novembre). L'activité a marqué le pas notamment du côté des exportations, en raison de nouvelles mesures de restriction sanitaires prises par certains pays partenaires de la Chine. Ces indices confirment tout de même la poursuite de la reprise économique dans la deuxième économie mondiale, où les cas de coronavirus se font rares, un an après le début de la pandémie dans la ville chinoise de Wuhan.

Aux Etats-Unis, les chiffres hebdomadaires du chômage ont apporté une bonne surprise après trois semaines de dégradation. Ainsi, les inscriptions au chômage pour la semaine close au 26 décembre ont diminué pour atteindre 787.000 contre 806.000 la semaine précédente (-19.000). Le consensus de marché s'attendait à une nouvelle hausse des demandes, à 830.000.

Sur le front de la pandémie, les nouvelles concernant les vaccins sont mitigées ce jeudi, sur fond de critiques sur le rythme trop lent des vaccinations aux Etats-Unis. Le conseiller scientifique en chef de l'Opération "Warp Speed" aux USA, Moncef Slaoui, a estimé mardi que le vaccin d'AstraZeneca et de l'Université d'Oxford ne recevrait probablement pas l'autorisation d'utilisation d'urgence avant avril aux Etats-Unis.

Trop lente, la campagne de vaccination ?

Moncef Slaoui a estimé que des questions demeurent concernant l'efficacité du vaccin chez les personnes âgées. Il s'interroge aussi sur les différences entre les deux branches de l'étude et estime que les autorités américaines ont besoin de chiffres plus clairs concernant l'efficacité combinée de 70% revendiquée par AstraZeneca.

Ce vaccin a reçu une autorisation au Royaume-Uni en début de semaine, mais l'Agence européenne du médicament a indiqué de son côté qu'elle n'avait pas encore reçu le dossier de demande pour autoriser ce vaccin, ce qui retarderait son approbation dans l'Union européenne.

Le rythme de la vaccination contre le coronavirus fait aussi polémique, notamment en France, où la campagne n'a permis jusqu'ici de vacciner qu'environ 330 personnes. Aux Etats-Unis, où plus de 2,1 millions de personnes ont été vaccinées depuis deux semaines, des voix s'élèvent aussi pour dénoncer des lenteurs de l'administration Trump, qui avait initialement affiché un objectif de 20 millions de personnes vaccinées d'ici la fin de l'année.

Le président élu des Etats-Unis, Joe Biden, a déploré mardi les retards dans la distribution des vaccins anti-Covid. "Le plan du gouvernement Trump pour la distribution des vaccins est très en retard", a-t-il déclaré, en promettant de "remuer ciel et terre" pour accélérer la cadence. Il a renouvelé sa promesse de 100 millions de doses administrées au cours des 100 premiers jours de son mandat, qui débutera officiellement le 20 janvier prochain.

Pour les marchés financiers, comme pour les experts médicaux, la vaccination massive est une condition sine qua non pour pour mettre fin à la crise du coronavirus et un retour le plus rapide possible à une vie normale et à une croissance durable.

Fin d'année calme pour le pétrole, l'or et les devises

Selon l'Université Johns Hopkins, le nombre de cas confirmés du nouveau coronavirus dans le monde depuis le début de l'épidémie ressort désormais à plus de 83,1 millions, dont 19,8 millions aux USA, 10,2 millions en Inde et 7,6 millions environ au Brésil. Le virus a fait 1,83 million de morts dans le monde, dont près de 344.000 aux Etats-Unis.

Sur le marchés des changes, l'indice du dollar rebondit jeudi, gagnant 0,3% à 89,96 pts, mais il a cédé 6,7% sur un an, et termine 2020 près de son plus bas niveau depuis mars 2018 face à un panier de six devises de référence. L'euro cède 0,6% à 1,2217$, non loin de son plus haut depuis deux ans et demi face au billet vert.

Les cours du pétrole marquent le pas jeudi. Le cours du pétrole brut léger américain WTI cède 0,4% à 48,20$ le baril pour le contrat à terme de février sur le Nymex, tandis que le Brent de la Mer du Nord d'échéance février lâche 0,4% à 51,03$. Sur l'année 2020, les cours du brut ont perdu plus de 20%, victimes de la chute de la demande liée à la crise du Covid-19.

L'or a progressé jeudi de 0,1% à 1.895,10$ l'once sur le contrat à terme de février sur le Comex, et signe un bond de 25% sur l'année, soutenu par les inquiétudes nées de la crise du Covid-19. Il s'agit de la meilleure année pour le métal jaune depuis 10 ans (+30% en 2010).

VALEURS A SUIVRE

Amazon (-0,6%) a annoncé mercredi son intention d'acquérir le studio américain de podcasts Wondery afin de se renforcer sur le marché de l'audio numérique. Déjà présent dans le secteur du livre audio avec Audible, le géant de l'e-commerce n'a pas précisé le montant de cette acquisition. Le 'WSJ' avait cité des sources estimant qu'Amazon pourrait débourser plus de 300 millions de dollars.

Wondery est l'un des principaux studios de création de podcasts aux Etats-Unis, et revendique environ 20 millions de visiteurs-auditeurs uniques par mois, selon le magazine 'Variety'. Il est spécialisé dans les documentaires, avec les séries Dr Death (adapté en français sous le titre de Dr La Mort) ou Business Wars (Guerre de business en français). Wondery travaille également pour des médias d'information américains, comme 'MSNBC', 'USA Today', le 'Los Angeles Times' ou 'NBC News'.

Apple (-0,4%), le géant technologique californien de Cupertino, a retiré 39.000 jeux vidéo de son magasin d'applications en Chine ce jour, afin de respecter l'obligation de détention d'une licence imposée aux éditeurs de jeux par les autorités locales.

Tiffany (stable). LVMH, le leader mondial du luxe, constate que les actionnaires du joaillier new-yorkais Tiffany ont voté à une très large majorité en faveur de l'accord modifié de fusion annoncé le 29 octobre 2020, relatif au projet d'acquisition de Tiffany par LVMH, lors d'une assemblée extraordinaire de Tiffany qui s'est tenue hier. La finalisation de cette opération est prévue le jeudi 7 janvier 2021.

Acadia Healthcare (-1,8%) a annoncé un accord définitif en vue d'une cession de ses activités britanniques à Waterland Private Equity, les produits nets de l'opération se chiffrant à environ 1,35 milliard de dollars.

Boeing (-0,3%) / Airbus (-1,6%). La commission européenne a déploré la décision des Etats-Unis, qui ont annoncé leur intention d'augmenter les droits de douanes pour certains produits européens dans le cadre du litige sur les subventions au secteur aéronautique. Le comportement de Washington complique les négociations, indique la CE, qui prendra contact avec l'administration Biden pour parvenir à une solution.

Tribune Publishing (+9,4%) pourrait se faire racheter. Selon le Wall Street Journal, qui cite des sources proches de la question, le fonds alternatif Alden Global Capital envisage de racheter l'éditeur de presse propriétaire notamment du Chicago Tribune, dont il détient déjà 32% du capital.

ExxonMobil (-0,5%), le colosse pétrolier américain, entend passer dans ses comptes du quatrième trimestre des charges de dépréciation d'actifs d'environ 20 milliards de dollars, d'après une notification aux autorités boursières publiée hier.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/01/2021

La Société des Bains de Mer a réalisé vendredi soir son point d’activité du troisième trimestre 2020-2021 (octobre-décembre). Ainsi, la société et ses filiales ont enregistré un chiffre…

Publié le 22/01/2021

Le CAC40 a terminé en repli de 0,56% ce vendredi, de retour à 5...

Publié le 22/01/2021

L'action Intel replonge vendredi de près de 9% après les premières déclarations de son nouveau directeur général, qui ont pris les marché à contre-pied...

Publié le 22/01/2021

BIGBEN INTERACTIVELe groupe spécialisé dans la distribution d'accessoires pour consoles et de jeux vidéo publiera son chiffre d'affaires du troisième trimestre.LUMIBIRDLe spécialiste des…

Publié le 22/01/2021

Alstom a signé un protocole d'accord avec le Gouvernement de la Serbie en vue de la construction de la phase 1 de la première ligne du futur métro de...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne