En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 024.26 PTS
+0.88 %
5 994.00
+0.44 %
SBF 120 PTS
4 743.30
+0.77 %
DAX PTS
13 576.68
+1.41 %
Dow Jones PTS
28 989.73
-0.58 %
9 141.47
-0.82 %
1.102
+0. %

Wall Street : soulagement après l'accord commercial USA-Chine

| Boursier | 1502 | Aucun vote sur cette news

Les marchés américains progressent légèrement après l'annonce d'un accord commercial de Phase 1 entre les Etats-Unis et la Chine, confirmé vendredi par Washington et par Pékin.

Wall Street : soulagement après l'accord commercial USA-Chine
Credits Reuters

La Bourse de New York évolue en légère hausse vendredi, après la confirmation par les Etats-Unis et la Chine de la conclusion d'un accord commercial de "Phase 1" entre les deux plus grandes puissances économiques mondiales. Les investisseurs avaient déjà largement anticipé cet accord, poussant les indices boursiers à des nouveaux records ces dernières semaines. Une fois l'accord conclu, ils sont toutefois restés un peu sur leur faim par le manque de détails sur le contenu, même s'ils ont été soulagés par le coup d'arrêt annoncé à l'escalade des barrières douanières. Par ailleurs, les marchés ont apprécié la victoire de Boris Johnson aux législatives britanniques, qui a enfin clarifié le chemin vers le Brexit.

Deux heures avant la clôture, l'indice Dow Jones grappille 0,07% à 28.150 points, approchant de son record historique du 27 novembre (28.164 pts), tandis que l'indice large S&P 500 avance de 0,06% à 3.170 pts (un nouveau record) et que le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques, progresse de 0,25% à 8.739 pts, là aussi un nouveau record.

Jeudi, les trois indices avaient progressé de près d'1%, en réaction aux informations officieuses annonçant un accord commercial, le S&P 500 et le Nasdaq terminant sur des sommets historiques.

Accord conclu, les droits de douane du 15 décembre annulés

Dix-neuf mois après le début de la guerre commerciale, Donald Trump a donc confirmé vendredi que les Etats-Unis ont conclu un accord de Phase 1 "très large avec la Chine. Ils ont accepté de nombreux changements structurels, et des achats massifs de Produits Agricoles, Énergétiques et Biens Manufacturés, et bien plus encore", a ainsi tweeté le président américain.

De son côté, le vice-ministre chinois du Commerce, Wang Shouwen, a annoncé que "les deux pays sont parvenus à une identité de vue sur le texte d'un accord économique et commercial préliminaire". Le ministre a aussi évoqué des réductions progressives des droits de douane américains. Washington et Pékin "sont convenus de réaliser au plus vite l'examen juridique et la traduction de l'accord, avant de procéder à sa signature finale", a déclaré Wang Shouwen, sans toutefois avancer de date.

Peu de détails ont en revanche été donnés sur cet accord, notamment sur le montant des produits agricoles que Pékin s'est engagé à acquérir aux Etats-Unis. Donald Trump a affirmé devant la presse qu'il s'agissait de 50 milliards de dollars de biens agricoles. Mais côté chinois, ce chiffre n'a pas été confirmé à ce stade. Un responsable chinois cité par 'Reuters' a simplement indiqué que la Chine va augmenter ses importations venant des Etats-Unis dans les secteurs de l'énergie, de l'agriculture, de la pharmacie ou encore des services financiers.

Concernant les droits de douane, les taxes de 10% sur quelque 160 milliards de dollars de produits chinois prévues à partir de ce dimanche 15 décembre ont été annulées, a précisé le président américain. : "les tarifs douaniers prévus pour le 15 décembre ne seront pas imposés, car nous avons trouvé un accord", a-t-il indiqué.

Pour les taxes déjà mises en place depuis 19 mois, celles d'un montant de 15% instaurées en septembre que 120 Mds$ de produits chinois seront divisées par deux à 7,5%. Mais celles de 25% appliquées à 250 Mds$ d'autres marchandises chinoises importées restent en place.

Le dollar et les taux reculent, le pétrole progresse après l'accord

Les marchés financiers ont été soulagés par l'arrêt de l'escalade des barrières douanières, mais les experts soulignent qu'il reste un long chemin à parcourir avant que les deux pays parviennent à un accord complet sur l'ensemble de leurs différends, notamment le respect de la propriété intellectuelle. Il est donc probable que les tensions commerciales se poursuivront pendant de long mois, voire des années.

Sur le marché des changes, le dollar subit des prises de bénéfices. L'indice du dollar, qui mesure son évolution face à un panier de 6 grandes devises, cède 0,22% à 97,17 points. L'euro recule aussi de 0,11% à 1,1115$.

La livre sterling bondit de 1,3% à 1,3329$, après la large victoire du parti conservateur de Boris Johnson aux législatives au Royaume-Uni. Le Premier ministre a donc reçu un mandat clair pour mener à bien le Brexit d'ici au 31 janvier 2020. Une autre phase s'ouvrira ensuite, celle de la négociation d'accords commerciaux bilatéraux entre Londres et l'Union européenne et ses autres partenaires, à commencer par les Etats-Unis.

Donald Trump a d'ailleurs chaudement félicité Boris Johnson pour sa "grande victoire", qui ouvre selon le président américain la voie d'un accord commercial avec Washington.

Sur les marchés obligataires américains, les taux se sont nettement détendus, vendredi, marquant une certaine déception face au flou entourant l'accord commercial de Phase 1. Le rendement du T-Bond à 10 ans chute ainsi de 7 points de base à 1,83%. En Europe, le rendement du Bund à 10 ans a cédé 2 points de base à -0,29%.

Le marché pétrolier ne boude en revanche pas son plaisir après la confirmation d'un accord commercial sino-américain. Le cours du baril de brut léger américain (WTI) gagne vendredi 1,3% à 59,95$ sur le Nymex (contrat à terme de janvier), tandis que le Brent de la mer du Nord prend 1,45% à 65,13$ pour le contrat à terme de février.

Les cours restent aussi soutenus depuis une semaine par le nouvel accord de l'Opep+, conclu le 6 décembre. Le cartel pétrolier mené par l'Arabie saoudite et ses alliés, dont la Russie, ont décidé d'une réduction supplémentaire de leur production de 500.000 barils par jour jusqu'en mars 2020 afin de soutenir les cours.

Ventes de détail décevantes en novembre aux Etats-Unis

Sur le plan macro-économique, les ventes de détail aux Etats-Unis ont déçu les investisseurs en novembre. Elles ont progressé de 0,2% sur un mois, bien moins vite que la hausse de 0,5% anticipée par le consensus des économistes. En octobre, les ventes de détail avaient progressé de 0,4% par rapport au mois précédent. Hors automobiles, les ventes ont progressé de 0,1% contre +0,4% de consensus, et même hors automobile et essence, ces ventes ont stagné alors que le consensus était de +0,4% par rapport au mois précédent. Ces chiffres ont surpris après des ventes de Thanksgiving pourtant annoncées comme record fin novembre, et pourraient préfigurer d'une saison des fêtes de fin d'année moins dynamique que prévu.

Par ailleurs, les prix à l'import et à l'export aux USA pour le mois de novembre 2019 ont également été publiés ce jour. Les prix à l'import se sont appréciés de 0,2% par rapport au mois antérieur, en ligne avec les attentes de marché. Les prix à l'export ont grimpé de 0,2%, contre +0,1% de consensus. En glissement annuel, par rapport au mois de novembre 2018, les prix à l'import et à l'export ont solidairement décliné de 1,3%.

VALEURS A SUIVRE

Oracle (-3%) perd du terrain à Wall Street ce vendredi, au lendemain de l'annonce des comptes trimestriels. Le géant américain des logiciels d'entreprise a dévoilé ainsi des comptes mitigés pour le second trimestre fiscal clos fin novembre 2019. Les revenus se sont appréciés de 1% à 9,61 milliards de dollars, contre un consensus de 9,65 Mds$. L'activité a également augmenté de 1% en glissement annuel et à changes constants. Le groupe envisageait une croissance de 0-2% en données consolidées et 1-3% à devises constantes. Le bénéfice ajusté trimestriel s'est établi à 90 cents, alors que le consensus était de 88 cents et la guidance de 87-89 cents.

Safra Catz, la dirigeante du groupe californien, estime qu'Oracle a affiché un solide trimestre de plus sur les activités Fusion et NetSuite. "Cette croissance rapide constante dans le segment ERP désormais multimilliardaire de nos activités d'applications cloud a permis à Oracle de délivrer un taux de croissance à deux chiffres du bénéfice par action en glissement annuel. Je suis pleinement confiante que nous ferons de même cette année".

Adobe (+4,5%) progresse vers ses sommets historiques. Le groupe software californien a annoncé pour son quatrième trimestre fiscal 2019 un bénéfice de 852 millions de dollars soit 1,76$ par titre, pour des ventes de 2,99 milliards de dollars en augmentation de 21% en glissement annuel. Hors éléments non récurrents, le bénéfice ajusté par action a représenté 2,29$, contre 2,26$ de consensus. Les ventes étaient attendues à 2,97 milliards. L'expansion du groupe aux produits Photoshop, InDesign, Acrobat et Flash demeure donc solide, sur les 20% en glissement annuel, tandis que les profits dépassent les attentes de marché.

Broadcom (-4%), le géant américain des produits semi-conducteurs, a annoncé pour son quatrième trimestre fiscal 2019 un bénéfice net de 818 millions de dollars soit 2,06$ par titre, contre 1,12 milliard de dollars et 2,71$ par action un an plus tôt. Le bénéfice ajusté par action est ressorti à 5,39$, en phase avec le consensus de place. Les revenus ont grimpé à 5,78 milliards de dollars, contre 5,44 milliards un an auparavant et 5,77 milliards de consensus. Pour l'exercice 2020, le fabricant de 'puces' table sur des revenus totaux allant de 24,5 milliards à 25,5 milliards de dollars. Le consensus était de 23,9 milliards de dollars. Pour l'ensemble de l'exercice 2019 juste clos, les revenus étaient de 22,6 milliards de dollars, contre 20,85 Mds$ un an avant.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 24/01/2020

Au 1er février 2020, les tarifs réglementés hors taxe d'Engie baissent de 3,3% par rapport au barème en vigueur applicable depuis le 1er janvier 2020...

Publié le 24/01/2020

METabolic EXplorer a fait le point vendredi soir sur le litige lié à l'abandon de son projet en Malaisie en 2014. Ainsi, la Cour d'Appel de Douai a rendu le 23 janvier 2020 un arrêt aux termes…

Publié le 24/01/2020

Le titre Alstom gagnait finalement 1,4% en clôture ce vendredi à 47,12 euros, Bloomberg ayant indiqué que Bombardier aurait eu des discussions...

Publié le 24/01/2020

L’Olympique Lyonnais a annoncé le transfert de l’attaquant international zimbabwéen Tino Kadewere, en provenance du Havre AC, pour un montant de 12 millions d’euros, auquel pourra s’ajouter…

Publié le 24/01/2020

À l'issue de l'offre publique d'achat simplifiée initiée par Coyote System visant les actions de la société Traqueur non détenues par lui, au prix...