En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 482.35 PTS
-0.22 %
5 471.50
-0.20 %
SBF 120 PTS
4 389.35
-0.18 %
DAX PTS
12 395.33
-0.29 %
Dowjones PTS
26 743.50
+0.32 %
7 531.07
+0.00 %
1.176
+0.11 %

Wall Street souffle un peu avec Pékin, après la pluie de records

| Boursier | 307 | Aucun vote sur cette news

Wall Street consolide légèrement, saisissant le prétexte des tensions avec Pékin

Wall Street souffle un peu avec Pékin, après la pluie de records
Credits Reuters

Wall Street consolide légèrement ce jeudi, après la nouvelle pluie de records de la veille (+0,99% sur le Nasdaq à 8.110 pts et +0,57% pour le S&P500 à 2.914 pts). Le DJIA perd actuellement 0,26% à 26.057 pts, tandis que le Nasdaq se stabilise à 8.116 pts (+0,08%). Le S&P500 fléchit de 0,09% à 2.911 pts.

Alors que les avancées semblent concrètes entre le Canada et les USA sur le plan commercial, en vue d'un éventuel accord renégocié, les opérateurs s'inquiètent de nouveau des tensions avec la Chine, suite aux derniers commentaires de Trump. Les investisseurs devraient donc saisir l'occasion de prendre quelques profits, même si Trump promet sur Twitter de "bonnes nouvelles supplémentaires" pour les marchés.

Trump et Trudeau veulent y croire

Le Président américain Donald Trump et le Premier ministre canadien Justin Trudeau ont fait part de leur relatif optimisme concernant l'issue des discussions relatives à la renégociation de l'Alena (Accord de libre-échange nord-américain). Lors d'une conférence de presse dans l'Ontario, Trudeau a jugé qu'un accord pourrait être conclu d'ici demain, même si "cela dépendra si c'est un bon accord pour le Canada". Trump a de son côté affirmé que les négociations étaient probablement sur la bonne voie, le Canada désirant prendre part à l'accord. "Les choses se passent très bien", a lancé Trump aux journalistes à la Maison Blanche.

Optimisme de rigueur

L'optimisme persiste donc, après l'accord commercial conclu plus tôt cette semaine entre les Etats-Unis et le Mexique. Donald Trump avait alors évoqué un "grand jour pour le commerce". Le Président américain avait expliqué par ailleurs que le nom d'Aléna (Accord de libre-échange nord-américain) affichait une connotation négative et devait être abandonné. Trump a précisé plus tard que le nouvel accord commercial avec le Mexique se concentrait sur l'agriculture, la croissance économique, l'abaissement des barrières douanières, l'emploi et le retour des entreprises aux USA.

Échanges fructueux

Chrystia Freeland, Ministre canadienne aux affaires étrangères, est arrivée en début de semaine à Washington pour échanger avec le représentant américain au Commerce Robert Lighthizer. Les relations ne sont pas au beau fixe entre USA et Canada, et Trump n'a pas exclu d'appliquer des prélèvements douaniers supplémentaires aux automobiles canadiennes. Le Président US désire également obtenir des concessions sur les produits laitiers. Un 'deal' avec le Canada est cependant espéré d'ici la fin de la semaine.

Chrystia Freeland a précisé avant-hier avoir participé à une réunion jugée 'très constructive' à Washington, avec le représentant américain Robert Lighthizer. Elle a salué par ailleurs les concessions difficiles acceptées par le Mexique, notamment concernant l'automobile et la main d'oeuvre. Rappelons que le Canada était exclu de la phase récente de discussions, qui s'est conclue par un accord entre Washington et Mexico sur un nouvel accord commercial se substituant à l'Accord de libre-échange nord-américain, en vigueur depuis près d'un quart de siècle entre les USA, le Mexique et le Canada. Freeland, qui a également échangé avec les représentants du Mexique, a évoqué des discussions approfondies. Son homologue mexicain Luis Videgaray a affirmé lui aussi que les trois parties allaient plancher sur un accord commun.

Moment crucial

Hier, Freeland a fait état d'un "moment intense" dans cette phase de discussion. La représentante canadienne a ajouté que les parties impliquées tentaient d'effectuer des progrès rapides. Elle a souligné également la bonne volonté des intervenants canadiens et américains. La ministre canadienne doit s'entretenir encore ce jour avec Lighthizer afin d'évaluer les avancées effectuées. Le Canada serait prêt à des concessions sur les produits laitiers. La volonté de Washington de se débarrasser d'un mécanisme empêchant les USA de mener des procédures contre le 'dumping' et les mesures compensatoires constituerait cependant une pierre d'achoppement, à en croire l'agence Reuters. Le Mexique a cédé sur cette question, mais rien n'assure que le Canada suive la même voie.

L'épineux dossier chinois loin d'être fermé

On avait quelque peu oublié le conflit sino-américain ces derniers jours. Il faut dire que la dernière session de négociations entre Washington et Pékin, qui n'impliquait que des responsables secondaires, n'avait pas donné de résultat particulier. Etats-Unis et Chine se sont déjà infligés des taxes supplémentaires réciproques portant sur un montant d'environ 50 milliards de dollars de produits importés. La prochaine échéance est celle du 5 septembre. Il s'agit du délai pour les commentaires publics concernant le projet de l'administration Trump de taxer encore 200 Mds$ d'importations chinoises supplémentaires. Une telle mesure, qui prendrait effet le mois prochain, provoquerait évidemment des représailles rapides de la Chine. Trump avait précédemment affirmé qu'il était prêt à taxer la quasi-totalité (plus de 500 Mds$) des importations chinoises si nécessaire...

Trump a expliqué hier qu'il ressentait une pression énorme de la Chine sur la Corée du Nord du fait des conflits commerciaux actuels avec le gouvernement chinois. Dans le même temps, Trump dit avoir conscience du fait que la Chine fournisse à la Corée du Nord une aide considérable, "y compris de l'argent, du carburant, des fertilisants et différentes matières premières". Le Président américain juge néanmoins que sa relation avec Kim Jong-un est "très bonne et chaleureuse" et qu'il n'y a à ce stade "pas de raison de dépenser des montants importants en jeux de guerre" avec la Corée du Nord ! Quant aux conflits avec la Chine, Trump estime qu'ils seront résolus à temps avec le 'grand président chinois' Xi Jinping.

Emploi et consommation 'en ligne' aux Etats-Unis

Les revenus personnels et les dépenses des ménages américains sont ressortis conformes aux attentes de marché pour le mois de juillet 2018. Les revenus ont augmenté ainsi de 0,3% en comparaison du mois antérieur, alors que les dépenses de consommation se sont appréciées de 0,4%. Un mois auparavant, revenus et dépenses s'étaient améliorés de 0,4%. L'indice des prix 'core PCE' rattaché aux dépenses a progressé de 0,2% par rapport au mois antérieur et de 2% en glissement annuel.

Le Département US au Travail a annoncé des inscriptions hebdomadaires nouvelles au chômage en hausse de 3.000 sur un rythme ajusté des variations saisonnières, à 213.000 pour la semaine close au 25 août. Le consensus tablait sur 215.000. La moyenne à quatre semaines atteint 212.250 pour la période terminant le 28 août, en repli de 1.500 par rapport à la semaine antérieure.

Rebond du pétrole

Sur le Nymex, le baril de brut WTI (contrat d'octobre) reprend encore 0,5% ce jeudi à 70$. Le baril de Brent rejoint les 78$. Hier mercredi, le Département américain à l'énergie a annoncé des stocks pétroliers domestiques de brut - hors réserve stratégique - en recul de 2,6 millions de barils pour la semaine close au 24 août, en comparaison de la semaine antérieure, contre un consensus de -0,7 MB. Les stocks d'essence ont baissé quant à eux de 1,6 million de barils en comparaison de la semaine précédente. Les stocks de produits distillés ont régressé de 0,8 million de barils.

Les valeurs à suivre

Salesforce.com (-2%) a publié ses résultats du second trimestre. Les bénéfices sont de 299 M$ (0,39$ par action), contre 46 M$ (0,06$ par action) un an avant. Le bpa ajusté ressort à 0,71$. Les revenus s'élèvent à 3,28 Mds$, contre 2,58 Mds$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,47$, pour des revenus de 3,2 Mds$. Sur le T3, le groupe vise un bpa entre 0,49$ et 0,50$, pour des revenus entre 3,355 et 3,365 Mds$. Sur l'exercice, le bpa est désormais attendu entre 2,50 et 2,52$ (contre une précédente fourchette de 2,29/2,31$), pour des revenus logés entre 13,125 et 13,175 Mds$ (précédente fourchette de 13,075/13,125 Mds$).

Dollar General (-1%), détaillant américain discount, a annoncé ses résultats du second trimestre. Les profits sont de 407 M$ (1,52$ par action), contre 295 M$ (1,08$ par action) un an avant. Le ventes montent de 10,6% à 6,4 Mds$. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 1,49$, pour des ventes de 6,4 Mds$. A magasins comparables, les ventes progressent de 3,7%, contre 2,8% de consensus.

Ciena (+15%) a dévoilé ses comptes du troisième trimestre fiscal. Les bénéfices sont de 50,8 M$ (0,34$ par action), contre 60 M$ (0,39$ par action) un an avant. En base ajustée, le bénéfice par action ressort à 0,48$. Les revenus s'élèvent à 818,8 M$, contre 728,7 M$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,36$, pour des revenus de 792 M$.

Guess (+14%) a publié ses comptes du second trimestre. Les bénéfices sont de 25,5 M$ (0,31$ par action), contre 15,2 M$ (0,18$ par action) un an avant. Le bpa ajusté ressort à 0,36$. Les revenus montent de 14% à 646 M$. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,36$, pour des revenus de 651 M$. Sur l'exercice, le groupe vise un bpa entre 0,94 et 1,03$.

Abercrombie & Fitch (-15%) a publié ses comptes du second trimestre. La perte nette ressort à 3,85 M$ (0,06$ par action), contre une perte de 15,49 M$ (0,23$ par action) un an avant. En base ajustée, le bénéfice par action s'affiche à 0,06$, contre une perte par action de 0,16$ sur la même période de l'exercice précédent. Les revenus s'élèvent à 842,4 M$, contre 779,3 M$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne une perte par action de 0,04$, pour des revenus de 845 M$. A magasins comparables, les ventes grimpent de 3% (+4% pour Hollister et +2% pour Abercrombie), contre 3,6% de consensus. Sur l'exercice, le groupe vise des ventes "comparables" en hausse de 2 à 4%.

Electronic Arts (-8%). Le géant du jeu vidéo décroche ce jour à Wall Street, après une révision en baisse des prévisions de résultats, et suite au report annoncé de la sortie de son très attendu FPS 'Battlefield V', qui sera finalement commercialisé avec un mois de retard, le 20 novembre 2018. Le groupe envisage désormais des commandes nettes de 5,2 Mds$ pour l'exercice fiscal 2019 clos en mars, contre 5,5 Mds$ précédemment. Le groupe évalue encore l'impact sur la guidance GAAP de l'exercice.

Amazon (+1%), le détaillant en ligne américain, reste surveillé. Au jeu de la plus grosse capitalisation boursière, le groupe de Jeff Bezos tente de rattraper Apple qui a tout récemment franchi le cap des 1.000 milliards de dollars à Wall Street. Amazon pèse 980 environ milliards de dollars désormais. Il suffirait donc d'une hausse de 2% pour parvenir au nirvana. Le titre avait profité hier d'un conseil favorable de Morgan Stanley assorti d'un objectif de cours de 2.500$.

Apple (stable) a confirmé pour sa part l'acquisition d'Akonia Holographics LLC, une start-up du Colorado spécialisée dans les lentilles pour lunettes de réalité augmentée. Akonia a été créée il y a six ans à Longmont par des spécialistes de l'holographie. Le montant de cette opération n'a pas été divulgué, Apple s'étant contenté de confirmer la transaction. L'agence 'Reuters', citant une source, estime que l'opération a eu lieu au 1er semestre. Les grands groupes technologiques cherchent à transposer la technologie AR sur des lunettes à verres transparents et portables en extérieur, ajoute Reuters.

L'agence Bloomberg ajoute qu'Apple, cherchant un produit de rupture pour succéder à son iPhone, se préparerait à livrer dès 2020 un casque ou un dispositif AR. "La technologie 'HoloMirror' d'Akonia est conçue pour projeter des images en couleur sur des lentilles en verre transparent de réalité augmentée ou des casques", note Bloomberg, qui juge que cette capacité cadrerait avec les efforts du géant américain.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

NOUVEAUTÉ - Bourse Direct lance ses Webinaires

Trader sur Indices et Matières 1ères avec les CFD
Lundi 2 octobre de 12h00 à 13h00

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Jeudi 11 octobre de 12h30 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 24/09/2018

Pernod Ricard a été reconnu aujourd'hui comme membre du Global Compact LEAD, preuve de son engagement constant envers les Objectifs de Développement Durable (ODD) des Nations Unies et les dix…

Publié le 24/09/2018

  Villepinte (France), le 24 septembre 2018     Le présent document a pour finalité de présenter les opérations réalisées dans le cadre du programme…

Publié le 24/09/2018

Dans la bataille pour le rachat de l’opérateur de télévision par satellite, Sky, le groupe de médias américain Comcast est ressorti vainqueur en proposant 30,6 milliards de livres sterling, une…

Publié le 24/09/2018

Capgemini a annoncé le lancement d’un cinquième plan d’actionnariat salarié ESOP (Employee Share Ownership Plan) et la mise en oeuvre d’une enveloppe de rachat d’actions dédiée en vue de…

Publié le 24/09/2018

Pernod Ricard a été reconnu comme membre du Global Compact LEAD, reconnaissance de son engagement constant envers les Objectifs de Développement...