Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 296.69 PTS
-
6 237.50
+0.12 %
SBF 120 PTS
4 954.82
-
DAX PTS
15 368.39
-
Dow Jones PTS
34 077.63
-0.36 %
13 907.67
+0. %
1.206
+0.18 %

Wall Street solide après Biden

| Boursier | 639 | Aucun vote sur cette news

La cote américaine reste solide ce jeudi, suite à la présentation du premier volet du plan Biden...

Wall Street solide après Biden
Credits Reuters

La cote américaine reste solide ce jeudi, suite à la présentation du premier volet du plan Biden. Le DJIA s'affiche assez stable avant bourse (+0,1%), alors que le S&P 500 gagne 0,4% et que le Nasdaq s'adjuge encore 1%. Le baril de brut WTI regagne 1,3% à 60$ environ sur le Nymex. L'once d'or affiche peu d'évolution à 1.719$. L'indice dollar cède 0,1% face à un panier de devises de référence. Le bitcoin, dont les signes d'adoption de masse se multiplient, avance de 1% vers les 58.500$ sur Bitfinex. Sur les marchés obligataires, le rendement du T-Bond à 10 ans s'affiche désormais proche de 1,70%, alors que celui du '30 ans' ressort à 2,36%.

D'après la dernière étude Challenger, Gray & Christmas sur la question, le nombre des licenciements annoncés par les entreprises américaines au mois de mars 2021 est ressorti à 30.603, contre 34.531 un mois avant. Le niveau des licenciements décline de 11% en comparaison du mois antérieur et de 86% en glissement annuel. Les licenciements sur l'ensemble du premier trimestre ressortent en retrait de 58% en glissement annuel. Le décompte de mars est le plus faible depuis juillet 2018.

Les inscriptions au chômage pour la semaine close au 27 mars sont quant à elles ressorties supérieures aux attentes, à 719.000, contre un consensus de 680.000 et un niveau de 658.000 une semaine plus tôt. Notons que la lecture de la semaine antérieure est toutefois révisée en forte baisse, puisqu'elle était auparavant de 684.000.

L'indice PMI manufacturier final américain du mois de mars sera connu à 15h45 (consensus 59), alors que l'ISM manufacturier sera publié un quart d'heure plus tard (consensus 61,4 en mars). Les dépenses de construction de février seront également annoncées à 16 heures (consensus -0,8% par rapport à janvier). Patrick Harker et Robert Kaplan de la Fed s'exprimeront dans la journée.

Hier, l'actualité économique américaine était marquée par les chiffres de l'emploi privé. Le secteur privé américain a créé 517.000 postes au mois de mars 2021 selon ADP, supérieur à un consensus de place déjà haut perché à 500.000. En outre, les créations d'emplois dans le privé pour le mois de février ont été révisées en forte hausse, de 117.000 à 176.000. Ainsi, les créations de postes de février ressortent au plus haut de six mois selon l'enquête ADP. Rappelons que le rapport gouvernemental US sur la situation de l'emploi pour ce même mois de mars sera communiqué demain vendredi, le consensus étant de 625.000 créations d'emplois et 6% de taux de chômage.

Ailleurs dans le monde, l'indice PMI final IHS Markit pour l'industrie manufacturière de la zone euro s'est redressé de 57,9 à 62,5 en mars (estimation Flash : 62,4), un record. Les données sectorielles signalent de nouveau une expansion dans les trois sous-secteurs couverts par l'enquête, les rythmes de croissance s'étant en outre accélérés par rapport à février. Ce sont les secteurs des biens d'équipement et des biens intermédiaires qui ont enregistré les plus forts taux d'expansion, ces derniers affichant des niveaux records en mars, souligne IHS Markit. Le PMI manufacturier espagnol est ressorti à 56,9, contre 59,8 en Italie, 59,3 en France et 66,6 en Allemagne. L'indice britannique s'est lui aussi établi à haut niveau, à 58,9... Les opérateurs ont en revanche pris par ailleurs connaissance ce jour de chiffres décevants de la consommation en Suisse et en Allemagne.

Hier soir, le président américain Joe Biden a présenté un vaste projet de plus de 2.000 milliards de dollars qui fait néanmoins l'objet d'une certaine opposition politique au Congrès. Ce plan, premier volet de son package de relance, permettrait aux firmes américaines de se positionner sur des projets impliquant des millions de salariés du pays afin de construire des infrastructures, comme des routes, ponts ou ports, tout en investissant dans la lutte contre le changement climatique et les services à destination des personnes âgées notamment. Biden a qualifié ce programme d'"investissement unique en une génération pour l'Amérique", à l'occasion d'un déplacement à Pittsburgh, Pennsylvanie. Après un package de 1.900 milliards de dollars adopté en mars par le Congrès, Biden entend donc soutenir plus encore la première économie mondiale, toujours affectée par la crise sanitaire, face notamment aux ambitions de domination attribuées à la Chine. Le plan Biden permettrait par ailleurs de renforcer les syndicats...

Joe Biden devrait annoncer ce mois de nouvelles propositions économiques complémentaires qui pourraient ajouter à nouveau jusqu'à 2.000 milliards de dollars à la facture... La contrepartie fiscale devrait donc également être imposante.

Le plan Biden suscite toutefois les débats au Congrès, dont les élus admettent que les investissements sont nécessaires, mais demeurent partagés devant le niveau des dépenses et certains programmes considérés traditionnellement comme des services sociaux. En outre, le clan républicain craint donc une augmentation conséquente de l'impôt sur la fortune et des taxes sur les sociétés. Le projet entraînerait une hausse de l'impôt sur les sociétés de 21% à 28%, avec des mesures destinées à combler les failles d'un système permettant aux entreprises de délocaliser leurs recettes, selon un document fourni par la Maison blanche et évoqué par Reuters. Le taux d'imposition appliqué aux bénéfices étrangers des compagnies pourrait passer de 10 à 21%, mouvement qui pénaliserait lourdement des géants technologiques américains tels que Facebook ou Apple.

Biden a quant à lui souligné que l'objectif n'était pas de "cibler" les riches mais de remédier aux divisions et inégalités accentuées par la crise sanitaire actuelle. Le plan Biden passe par un étalement des coûts sur huit ans et un financement global sur 15 ans, sans augmentation à long terme de la dette, si l'on en croit un haut responsable cité par l'agence.

Notons que Janet Yellen, Secrétaire américaine au Trésor et ex-patronne de la Fed, a dignement salué l'annonce du plan, jugeant qu'il devrait rendre l'économie US plus compétitive. A ce prix là, c'est le moins que l'on puisse attendre...

Sur le front sanitaire, l'OMS a taclé l'Europe pour la lenteur des vaccinations, tandis que les USA ont rappelons-le rehaussé leur objectif à 200 millions d'injections en 100 jours, ceci passant par des livraisons en masse aux Etats et une forte croissance du nombre de sites de vaccination... Selon l'Université Johns Hopkins ce jour, le nombre de cas confirmés du nouveau coronavirus dans le monde depuis le début de l'épidémie se situe à plus de 129 millions, dont 30,5 millions aux Etats-Unis. Le virus a fait officiellement 2,82 millions de morts à l'échelle mondiale et plus de 552.000 aux USA, contre 322.000 environ au Brésil.

Les valeurs

Micron Technology a fait mieux que prévu pour son 2e trimestre fiscal achevé fin février, tant en termes de bénéfices que de chiffre d'affaires. Le concepteur américain de puces-mémoire ainsi annoncé mercredi soir, après la clôture de Wall Street, avoir dégagé un bénéfice net trimestriel de 603 millions de dollars (53 cents par action) en hausse de 49% par rapport à la même période de 2020. Le bpa ajusté est de 98 cents par action, contre 95 cents attendus par le consensus. Les revenus ont bondi de 30% à 6,24 milliards de dollars, contre un consensus de 6,19 Mds$.

Micron a indiqué que les mémoires vives dynamiques (DRAM) avaient représenté 71% de ses revenus au 2e trimestre (4,43 Mds$) tandis que les mémoires flash NAND ont généré 26% des revenus (1,62 Md$). En outre, Micron s'est montré optimiste pour la suite de l'exercice. Le groupe table sur un bpa de 1,55$ à 1,69$ au 3e trimestre, pour des ventes de 6,9 à 7,3 Mds$, alors que les analystes attendaient 1,32$ de bpa et 6,83 Mds$ de chiffre d'affaires.

Micron et Western Digital envisageraient par ailleurs chacun de leur côté l'acquisition potentielle de Kioxia Holdings dans le cadre d'une opération qui pourrait valoriser le Japonais, concepteur de semi-conducteurs, près de 30 milliards de dollars. C'est du moins ce qu'affirme le Wall Street Journal, citant ses sources.

NIO, le constructeur chinois de véhicules électriques coté à Wall Street, a affiché une incroyable croissance au premier trimestre. NIO a livré 7.257 véhicules sur le seul mois de mars, soit une augmentation de 373% en glissement annuel. Le groupe a livré 20.060 unités sur les trois mois clos en mars, ce qui représente une progression de 423% en glissement annuel, par rapport à la période comparable de l'an dernier. A fin mars 2021, les livraisons cumulées d'ES8, ES6 et EC6 ressortaient à près de 96.000 unités.

Microsoft, le géant software de Redmond, vient de signer un monumental contrat de 22 milliards de dollars avec l'armée américaine pour des équipements de réalité augmentée. Le contrat porte plus précisément sur plus de 120.000 casques customisés de réalité augmentée, pour un montant allant jusqu'à 21,9 milliards de dollars. Le Pentagone va ainsi équiper ses soldats de ces nouvelles technologies AR. Le géant software s'est distingué déjà à de multiples reprises sur des contrats américains de défense, notamment sur l'énorme contrat Joint Enterprise Defense Infrastructure Cloud, le fameux deal 'JEDI' de 10 milliards de dollars contesté toutefois par Amazon.

Pfizer / BioNTech. Une nouvelle étude montre l'efficacité de leur vaccin contre le variant sud-africain, mesurée à... 100%. L'efficacité jusqu'à six mois après la seconde dose contre la maladie symptomatique est de 91,3%. Elle est supérieure à 95% dans la prévention des cas sévères de la maladie tels que définis par la FDA. Ainsi, la haute efficacité du vaccin est confirmée, sans problème sérieux de sécurité.

Ces nouvelles données actualisées ont été collectées auprès de plus de 44.000 participants âgés de 16 ans ou plus - dont 12.000 ont reçu le vaccin - qui ont été suivis pendant au moins six mois après l'administration de la seconde dose. Cette nouvelle étape n'a pas mis en évidence de problèmes de sécurité particuliers. "Ces données confirment le profil d'efficacité et d'innocuité de notre vaccin", ajoute Albert Bourlat, PDG de Pfizer. Il est désormais envisageable selon lui de demander une autorisation de mise sur le marché définitive pour ce vaccin, qui bénéficie actuellement d'une autorisation en urgence.

Johnson & Johnson a en revanche annoncé avoir découvert un problème sur un lot de vaccin anti-covid produit par Emergent Biosolutions, la substance médicamenteuse ne répondant pas aux normes. Selon le New York Times, environ 15 millions de doses auraient été détruites !

Taiwan Semiconductor Manufacturing met le paquet. Le groupe entend investir 100 milliards de dollars afin de remédier à la pénurie mondiale en 'puces'. L'investissement est programmé sur une période de trois ans, afin d'étendre sa capacité de production. Le groupe envisage déjà 28 milliards d'investissements cette année dans le développement des capacités, afin de répondre à la demande soutenue générée par l'automatisation et la 5G.

Boeing. L'administration fédérale de l'aviation civile américaine (FAA) a approuvé la conception du Boeing 737-8200, de la série 737 MAX, étape nécessaire pour que le géant aéronautique soit en mesure de commencer à livrer des exemplaires à Ryanair.

T-Mobile US. Deutsche Telekom, l'opérateur allemand, entend devenir à terme majoritaire au capital de T-Mobile dont il possède pour l'heure 43% des parts. C'est ce qu'a affirmé le président du directoire de DT, Tim Hoettges, lors de l'assemblée générale du groupe. DT mise sur des distributions allant jusqu'à 60 Mds$ de T-Mobile US d'ici 2025.

Analog Devices a obtenu l'accord de l'Union européenne pour l'acquisition de son rival Maxim Integrated dans le cadre d'une transaction de 21 milliards de dollars.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/04/2021

A l'entame d'une semaine riche en résultats d'entreprises et de rendez-vous macro-économiques, la Bourse de Paris a atteint des points hauts de 20 ans (6319,08).

Publié le 20/04/2021

Atos a publié un chiffre d’affaires au premier trimestre 2021 de 2,692 milliards d’euros, en baisse de 1,9% à taux de change constants par rapport au premier trimestre 2020 et de 3,9% en…

Publié le 20/04/2021

Elior annonce la nomination de Frank Lacroix au poste de Président directeur général d'Elior Services à compter du 31 mai...

Publié le 20/04/2021

Patrimoine & Commerce dévoile des loyers bruts totaux de 11,0 millions d'euros pour les trois premiers mois de l'exercice 2021, en repli de 7,7%...

Publié le 20/04/2021

Danone fait état d'un chiffre d'affaires consolidé de 5,7 milliards d'euros au premier trimestre, en retrait de 3,3%, en données comparables, soit un...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne