Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 598.61 PTS
-0.33 %
5 603.00
-0.16 %
SBF 120 PTS
4 447.23
-0.29 %
DAX PTS
13 815.06
-0.24 %
Dow Jones PTS
30 952.51
+0.45 %
12 998.69
+1.52 %
1.212
+0.39 %

Wall Street : rien n'arrête le Nasdaq et le S&P500 !

| Boursier | 1056 | Aucun vote sur cette news

Wall Street est en confiance ce mercredi, à la veille de l'intervention de Jerome Powell, président de la Fed...

Wall Street : rien n'arrête le Nasdaq et le S&P500 !
Credits Reuters

Wall Street est en confiance ce mercredi, à la veille de l'intervention de Jerome Powell, président de la Fed. Pour le moment, le DJIA est stable à 28.250 pts, alors que le S&P500 grimpe de 0,72% à 3.468 pts, sur ses sommets. Le Nasdaq est une nouvelle fois bien ferme avec un gain de 1,34% à 11.620 pts, nouveau record historique. Sur le Nymex, le baril de brut WTI perd 0,14% à 43,36$, alors que le Brent redonne 0,85% à 45,66$. L'once d'or gagne 0,2% à 1.926$.

Hier, les marchés avaient terminé sans tendance évidente (-0,2% sur le Dow Jones et +0,8% pour le Nasdaq), malgré des nouvelles encourageantes sur le front sanitaire et des espoirs d'apaisement des tensions commerciales sino-américaines. Les opérateurs sont dans l'attente de l'ouverture, demain jeudi, de la réunion virtuelle des banquiers centraux organisée par la Fed de Kansas City en remplacement du symposium de Jackson Hole. Powell interviendra à cette occasion.

Dans l'actualité économique américaine ce jour, les commandes de biens durables aux Etats-Unis pour le mois de juillet 2020 sont ressorties en augmentation de 11,2% en comparaison du mois antérieur, contre +4,3% de consensus de marché et +7,7% pour la lecture révisée du mois antérieur. Les commandes considérées hors transport se sont améliorées de 2,4% en comparaison du mois de juin, contre +2% de consensus et +4% pour la lecture révisée du mois précédent.

L'indice de confiance des investisseurs institutionnels mesuré par State Street pour le mois d'août est ressorti en hausse à 86,1, contre 84,6 pour la lecture révisée du mois antérieur.

Le rapport hebdomadaire du Département américain à l'Energie sur les stocks pétroliers domestiques, pour la semaine close au 21 août, a fait ressortir une baisse de 4,7 millions de barils des stocks de brut, un recul de 4,6 millions de barils pour les stocks d'essence et une hausse de 1,4 million de barils sur les stocks de distillés.

Selon les derniers chiffres de l'Université Johns Hopkins, 23,94 millions de cas du nouveau coronavirus ont été confirmés dans le monde depuis le début de l'épidémie. Le virus a fait 820.286 morts à l'échelle mondiale, dont 178.538 aux Etats-Unis, 116.580 au Brésil et 61.450 au Mexique. 5,78 millions de cas confirmés sont recensés aux USA depuis l'émergence du virus, contre 3,67 millions environ au Brésil, 3,23 millions en Inde et près de 970.000 en Russie. L'Afrique du Sud a recensé plus de 613.000 cas et le Pérou plus de 600.000, la Colombie plus de 562.000 et le Mexique 568.621.

Les dernières données hebdomadaires de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) traduisent un ralentissement de la pandémie, avec tout de même plus de 1,7 million de cas signalés sur la période du 17 au 23 août pour 39.000 décès. Les cas diminuent de 5% et les morts de 12% en comparaison de la précédente semaine.

Alors que la propagation du virus montre donc des signes de ralentissement dans plusieurs régions du globe, l'Inde préoccupe quant à elle toujours. Le pays a recensé mercredi encore plus de 60.000 nouveaux cas, pour le huitième jour consécutif, selon les données du ministère fédéral de la Santé. Le bilan atteint 3,23 millions de cas et 59.449 décès, dont 1.059 morts signalés durant les vingt-quatre dernières heures.

Le Brésil, second pays le plus touché derrière les USA, a enregistré 47.134 nouveaux cas confirmés et 1.271 décès supplémentaires au cours des vingt-quatre dernières heures, selon les autorités locales de santé.

La Chine a recensé 15 nouveaux cas au cours des vingt-quatre dernières heures, qui ne concernent officiellement, on s'en doute, que des personnes venues de l'étranger. Comment pourrait-il en être autrement ? Il s'agirait donc du dixième jour consécutif sans transmission locale en Chine, où est apparu initialement le virus en fin d'année dernière, mais qui ne dénombre pour l'heure que 84.996 cas officiels en Chine continentale - moins que la Bolivie qui compte pourtant cent fois moins d'habitants (!), à titre de comparaison. L'épidémie aurait causé 4.634 décès en Chine continentale depuis son apparition, ici encore moins qu'en Bolivie (4.664) ou qu'en Équateur (6.368 décès).

La Corée du Sud a ordonné pour sa part aux médecins de Séoul de reprendre le travail. Ces derniers débutent en effet une grève de trois jours pour protester contre le gouvernement. Le mouvement intervient alors que la Corée du Sud fait face à une poussée de l'épidémie, avec 320 nouveaux cas en vingt-quatre heures.

Le nombre de cas en Allemagne a grimpé à 236.429 (bilan total), 1.576 cas de plus que la veille, selon les données communiquées mercredi par l'Institut Robert Koch pour les maladies infectieuses. Trois décès supplémentaires ont été signalés, portant le bilan à 9.280 morts.

Santé publique France a fait état hier de 3.304 nouvelles contaminations en 24 heures, 1.349 de plus que la veille. Le nombre de patients hospitalisés s'élève à 4.600, 90 de moins que lundi. Le nombre de personnes en réanimation passe de 399 à 410. Vingt-deux décès ont été recensés, portant le bilan à 30.544 morts.

Le Financial Times avait indiqué dimanche que l'administration Trump envisageait d'accélérer la procédure pour qu'un éventuel vaccin d'Oxford et AstraZeneca puisse être utilisé aux USA avant la présidentielle. Le quotidien évoquait une possible autorisation d'urgence de la FDA dès octobre. Le dossier de demande d'autorisation du candidat vaccin de l'université d'Oxford et d'AstraZeneca pourrait être soumis dès cette année en cas de données suffisantes, a pour sa part affirmé le directeur du centre de recherches sur les vaccins Oxford Vaccine Group.

Moderna affirme pour sa part ce jour que son vaccin contre le coronavirus montre des résultats prometteurs dans le cadre d'un petit essai sur des patients âgés. Le vaccin a été testé sur 10 adultes âgés de 56 à 70 ans et dix adultes âgés de 71 ans et plus. Chaque participant a reçu deux doses de 100 microgrammes du vaccin à 28 jours d'intervalle. Le vaccin a produit des anticorps neutralisants, que les chercheurs estiment nécessaires pour renforcer l'immunité contre le virus, et des lymphocytes T cytotoxiques.

Les valeurs

Salesforce.com (+26,6%) s'enflamme à Wall Street, alors que le groupe vient de relever sa guidance de chiffre d'affaires annuel, suite à des trimestriels supérieurs aux attentes de marché, soutenus par la demande pour ses logiciels avec l'augmentation du télétravail. Le groupe se permet ainsi d'afficher l'un des meilleurs trimestres de son histoire. Sur le second trimestre clos fin juillet 2020, les revenus de l'affaire se sont envolés de 29% à 5,15 milliards de dollars, contre 4,9 milliards de dollars de consensus. Le bénéfice ajusté par action a atteint 86 cents, contre 67 cents de consensus.

Le groupe de San Francisco estime que ses revenus pourraient atteindre 5,25 milliards de dollars sur le troisième trimestre, contre 5 milliards de dollars de consensus. Sur l'exercice, la guidance passe à 20,8 milliards de dollars. Le groupe de Marc Benioff est donc au meilleur de sa forme, juste avant son inclusion dans l'indice historique Dow Jones.

Amgen (+0,5%), Honeywell (+0,7%) et Salesforce.com vont intégrer l'indice le 31 août. Les sortants se nomment Exxon Mobil (-1,32%)), Raytheon Technologies (-0,93%) et Pfizer (-1,21%). S&P Dow Jones Indices dépoussière donc notablement l'indice historique.

Hewlett Packard Enterprise (+4%) a dépassé les attentes pour son troisième trimestre fiscal, et évoque une demande robuste dans le big data. Les revenus trimestriels ont totalisé 6,8 milliards de dollars, alors que le consensus de Wall Street était de 6,1 milliards à peine. Sur ce trimestre clos fin juillet, HPE a donc affiché une activité en retrait de 5% en glissement annuel, mais en croissance séquentielle de 13%. Le bénéfice non-GAAP par action a représenté 32 cents, contre un consensus de marché de 23 cents.

Toll Brothers (-2%) a battu le consensus de marché sur le trimestre clos. Le constructeur américain spécialisé dans les logements de luxe a annoncé pour son troisième trimestre fiscal un bénéfice par action de 90 cents en repli de 10%, contre 69 cents de consensus FactSet. Les revenus sont ressortis à 1,65 milliard de dollars, en retrait de 6% en glissement annuel, contre 1,5 milliard de consensus. Le groupe s'abstient de prévisions compte tenu de l'environnement. Les ventes unitaires sont ressorties au nombre de 2.022 sur le trimestre écoulé, dépassant largement le consensus. Les commandes ont même grimpé à 2.833 unités.

Autodesk (-1,3%) a dépassé les attentes de marché sur le trimestre clos. Pour le second trimestre fiscal, la firme d'édition de logiciels de création et de contenu numérique a réalisé un bénéfice par action en vive hausse de 51% à 0,98$, contre un consensus de 0,90$. Les revenus trimestriels ont totalisé 913 millions de dollars, en augmentation de 15% en glissement annuel, alors que le consensus de place se situait à 899 millions de dollars. Le groupe table, pour son troisième trimestre, sur un bpa allant de 91 à 97 cents, contre 95 cents de consensus. Les revenus sur la période sont anticipés entre 930 et 945 millions de dollars, contre 939 millions de consensus.

American Airlines (-2,3%). Sans la prolongation du mécanisme d'aide au financement des salaires dont bénéficie le secteur du transport aérien outre-Atlantique, le groupe texan a annoncé à ses employés qu'il pourrait licencier 19.000 personnes le 1er octobre. Les compagnies américaines ont reçu en mars 25 milliards de dollars de l'Etat fédéral, afin d'assurer le paiement des salaires et de préserver l'emploi jusqu'à fin septembre, avec l'espoir que la demande reparte entre-temps. Si le trafic a quelque peu repris, il est encore très loin d'avoir retrouvé ses niveaux d'avant-crise.

Teva Pharmaceutical (+1,78%). Le département américain de Justice poursuit le laboratoire pharmaceutique israélien Teva pour entente sur les prix des traitements génériques aux Etats-Unis, sur la période allant de 2013 à 2015. L'affaire concernerait notamment l'anticholestérol pravastatine, selon le Département US de Justice.

Tesla (+4,4%) grimpe sur les 2.100$, pour une capitalisation boursière de plus de 391 milliards de dollars. Le broker Jefferies vient de doper son objectif de cours de 1.200 à 2.500$.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/01/2021

Virbac reste vigilant à l'évolution de la pandémie dans les prochains mois et aux impacts sur l'activité....

Publié le 19/01/2021

Préserver la santé et la sécurité des employés reste la priorité absolue du groupe Teleperformance...

Publié le 19/01/2021

La société a recours au dispositif de chômage partiel depuis le 19 mars 2020...

Publié le 19/01/2021

Précisions sur le capital et les Droits de vote....

Publié le 19/01/2021

La proposition de la CRE a vocation à s'appliquer le 1er février 2021...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne