5 349.30 PTS
-0.15 %
5 355.0
+0.10 %
SBF 120 PTS
4 267.01
-0.16 %
DAX PTS
13 103.56
+0.27 %
Dowjones PTS
24 651.74
+0.58 %
6 466.32
+1.20 %
Nikkei PTS
22 553.22
-0.62 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Wall Street : retour au sommet ?

| Boursier | 240 | Aucun vote sur cette news

Wall Street, qui consolidait hier soir très marginalement sur ses récents records historiques, est orienté en progression en début de journée ce mardi...

Wall Street : retour au sommet ?
Credits Reuters

Wall Street, qui consolidait hier soir très marginalement sur ses récents records historiques, est orienté en progression en début de journée ce mardi. Le DJIA gagne actuellement 0,16% à 22.798 pts, alors que le Nasdaq avance de 0,09% à 6.586 pts. Le S&P500 s'adjuge 0,15% à 2.548 pts... Sur le Nymex, le baril de brut (contrat de novembre) progresse de 2,1% à 50,6$.

Au lendemain du 'Columbus Day' (Jour de Christophe Colomb) américain, l'actualité économique et financière demeure assez limitée ce mardi, outre-Atlantique. Neel Kashkari et Rob Kaplan, deux responsables régionaux de la Fed, interviendront ce jour. Il n'y aura pas de statistiques américaines ce mardi, pas plus d'ailleurs que de publications trimestrielles d'entreprises cotées à Wall Street.

Il faudra attendre la fin de semaine pour suivre les trimestriels bancaires. JP Morgan Chase et Citigroup annoncent ainsi jeudi, avant bourse. Wells Fargo, Bank of America et PNC Financial, publient vendredi, avant l'ouverture des marchés.

LES VALEURS

General Electric (+1% ce mardi) avait plongé de 4% lundi soir à Wall Street, tombant à son plus bas niveau depuis deux ans. Les investisseurs craignent de découvrir de mauvaises surprises lors de l'annonce des résultats du 3ème trimestre, attendus le 20 octobre, alors que la direction du conglomérat est en plein bouleversement.

Vendredi dernier, le groupe industriel a ainsi annoncé que son directeur financier, Jeffrey Bornstein, quittait la société, et que deux vice-présidents, John Rice et Beth Comstock allaient prendre leur retraite. Ces annonces interviennent alors que le président de GE, Jeffrey Immelt, vient de quitter précipitamment son poste pour des "raisons personnelles", près de trois mois avant la fin officielle de son mandat...

Le directeur général John Flannery, qui avait remplacé M. Immelt en juillet dernier à ce poste, va désormais cumuler les fonctions de CEO et de "chairman".

Ce remue-ménage au sein du management inquiète les analystes financiers, notamment ceux de JP Morgan, qui craignent que le groupe ne soit face à des difficultés plus graves que celles que Wall Street a déjà anticipé... Pour sa part, l'analyste de Citigroup , Andrew Kaplowitz voit "le verre à moitié plein". Ces développements pourraient être interprétés "comme un nouveau signal que les résultats à court terme ou la reprise à moyen terme seront plus lents et compliqués que prévu", note l'analyste, qui ajoute dans une note : "mais ces changements (au sein de la direction) sont sans doute une étape nécessaire vers un GE plus responsable et plus optimisé".

Autre surprise intervenue hier : General Electic a annoncé la nomination d'Ed Garden, le directeur des investissements du fonds activiste Trian Fund Management, comme administrateur en remplacement de Robert Lane, qui "part en retraite pour des raisons de santé". M. Garden, qui encourage depuis longtemps GE à se restructurer de façon plus radicale, a déclaré à cette occasion que "comme d'autres actionnaires de GE, je suis déçu par la récente performance du cours de Bourse". Trian détient environ 1% du capital de General Electric depuis 2015, ce qui en fait son 10ème actionnaire.

Honeywell (stable), de son côté, va scinder des activités d'une valeur de 7,5 milliards de dollars. Alors que l'activiste Third Point LLC réclamait une scission de la division aéronautique du groupe, Honeywell fait état de plans de séparation de deux entités cotées distinctes, l'une comprenant le portefeuille de produits 'Homes' et les activités de distribution mondiale ADI, et l'autre les activités Transportation Systems. Les scissions sont attendues d'ici la fin de l'année 2018.

La nouvelle activité Homes & Global Distribution devrait afficher des revenus annualisés de 4,5 Mds$, pour 13.000 employés. L'activité Transportation Systems dégagerait des revenus de 3 Mds$ avec 6.500 employés.

Le reste du portefeuille d'Honeywell sera composé d'activités à forte croissance, adressant six marchés finaux industriels jugés attractifs, marchés 'alignés' sur de grandes tendances globales (efficience énergétique, infrastructure, urbanisation ou sécurité).

Honeywell a dans le même temps rehaussé ses estimations bénéficiaires 2017. Le bénéfice par action annuel est désormais attendu entre 7,05 et 7,10$, contre 7 à 7,10$ auparavant estimé. Sur le troisième trimestre, le bpa est anticipé à 1,75$, contre 1,73$ de consensus, pour des revenus en augmentation de 3% à 10,1 Mds$.

Pfizer (stable) a annoncé son intention de se séparer de sa division médicaments sans ordonnance, dans des conditions qui restent encore à déterminer. Pfizer Consumer Healthcare est l'un des plus gros acteurs du secteur, avec 3,4 milliards de dollars de chiffre d'affaires réalisés en 2016. En France, cette branche du géant américain est surtout connue via les marques Advil, Centrum, Thermacare ou Nexium. Advil et Centrum figurent parmi les dix médicaments sans ordonnance les plus vendus dans le monde. Pfizer revendique dix médicaments OTC générant chacun plus de 100 millions de dollars de ventes annuelles.

Le laboratoire a embauché Centerview Partners, Guggenheim Securities et Morgan Stanley pour évaluer ses options. La décision finale sera prise en 2018. A ce stade, toutes les options sont ouvertes (cession totale, cession partielle, spin-off, voire conservation dans le périmètre).

Wal-Mart (+4%), le géant de l'Arkansas, a confirmé ce mardi ses estimations financières, alors que se tient aujourd'hui la journée investisseurs annuelle du leader de la grande distribution. La guidance de bénéfice est donc réitérée. Le groupe dit également se concentrer sur la refonte des magasins existants et le développement des 'expériences digitales'. Pour l'exercice fiscal 2018, Wal-Mart envisage toujours un bénéfice ajusté par action allant de 4,30 à 4,40$. Pour l'exercice 2019, la croissance bénéficiaire est attendue voisine de 5% en comparaison de l'année antérieure.

Wal-Mart annonce par ailleurs ce jour un nouveau programme de rachat d'actions de 20 Mds$, qui remplace l'autorisation existante. Le programme est prévu pour une durée de deux ans... Le groupe anticipe une croissance des ventes e-commerce US d'environ 40% sur l'exercice 2019. Cette prévision peut sembler ambitieuse, mais demeure réaliste si l'on considère que les transactions en ligne ont augmenté de 60% durant le second trimestre, cette année.

American Airlines (+4%) sera surveillé de près à Wall Street ce mardi, alors que la compagnie américaine vient de rehausser ses prévisions de recette unitaire pour le troisième trimestre. Elle anticipe désormais une hausse de la recette unitaire comprise entre 0,5 et 1,5% contre une précédente fourchette allant de 0 à 1%. La marge ajustée avant impôts est pour sa part anticipée entre 9 et 11% contre 8,5% à 10,5% précédemment.

United Airlines (+5%) a vu son trafic reculer de 1,6% en septembre à 17,3 milliards de 'passager mile transporté' (RPM). Compte tenu de capacités en hausse de 1,7%, le coefficient d'occupation a reculé de 2,7 points sur la période à 80,5%. La compagnie basée à Chicago explique avoir atteint son meilleur ratio de départs à l'heure le mois dernier malgré les trois grosses tempêtes qui ont frappé les États-Unis.

Nvidia (+2%) a dévoilé sa plateforme de nouvelle génération dédiée aux véhicules automobiles autonomes. Le colosse des processeurs graphiques a présenté les premières 'puces' pour véhicules entièrement autonomes. Nvidia dit disposer de 25 clients travaillant sur de nouvelles voitures autonomes, des taxis ou des 'trucks' sans chauffeurs.

Caterpillar (+1%). Goldman Sachs a rehaussé son objectif de cours sur le dossier du géant américain des équipements de chantier. Le cours-cible est désormais de 158$, alors que les marchés du groupe s'améliorent. Le broker estime que la valorisation de 'CAT' est attractive. L'objectif de bpa 2017 est légèrement relevé à 5,47$, alors que l'estimation 2018 de GS passe à 7,31$. Le bpa 2019 est enfin attendu à 8,86$, ce qui constitue une révision en forte hausse.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 15/12/2017

Le conseil d'administration de SoLocal Group a pris acte de la démission de Monica Menghini et a décidé, sur proposition du comité des nominations, de coopter Marie-Christine Levet en qualité…

Publié le 15/12/2017

En prévision de son départ de Wendel le 31 décembre prochain, Frédéric Lemoine a présenté sa démission du conseil d'administration de Bureau Veritas à compter du 31 décembre 2017. En…

Publié le 15/12/2017

André François-Poncet remplace Frédéric Lemoine au Conseil d'administration de Bureau Veritas à compter du 1er janvier 2018   Neuilly-sur-Seine, le 15 décembre…

Publié le 15/12/2017

L'objectif d'Immobilière Dassault est de lancer un projet de restructuration de ce bâtiment

Publié le 15/12/2017

Immobilière Dassault a finalisé l'achat d'un immeuble situé au 16 rue de la Paix, Paris 2ème, dont elle avait annoncé avoir signé une promesse le 23 octobre dernier. Il est rappelé que cet…

CONTENUS SPONSORISÉS