Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 740.43 PTS
+0.25 %
6 743.00
+0.31 %
SBF 120 PTS
5 263.51
+0.35 %
DAX PTS
15 642.77
+0.56 %
Dow Jones PTS
35 116.40
+0. %
15 061.42
+0. %
1.188
+0.18 %

Wall Street reste perché sur les sommets

| Boursier | 48 | Aucun vote sur cette news

La Bourse de New York progresse légèrement mardi, après l'annonce du retour de la confiance des consommateurs américains à son niveau antérieur à la pandémie de coronavirus.

Wall Street reste perché sur les sommets
Credits Reuters

La Bourse de New York progresse légèrement mardi soir, après l'annonce du retour de la confiance des consommateurs américains à son niveau antérieur à la pandémie de coronavirus, malgré les inquiétudes concernant le variant delta. Le Nasdaq et le S&P 500 se hissent vers de nouveaux records, tandis que le Dow Jones est à moins de 2% de ses sommets. Le pétrole progresse légèrement avant la réunion de l'Opep+ prévue jeudi, et le bitcoin poursuit son rebond, a dessus des 36.000$.

A deux heures de la clôture, l'indice Dow Jones grappille 0,06% à 34.303 points, tandis que l'indice largeS&P 500 avance de 0,03% à 4.291 pts et que le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques et biotechs, grimpe de 0,15% à 14.522 pts, soutenu par les grandes technos dont Apple (+1%) et Microsoft (+0,8%).

Parmi les valeurs à suivre, Morgan Stanley (+3,6%) et Goldman Sachs (+1,2%) profitent de l'annonce d'une forte hausse de leurs dividendes, après le feu vert donné la semaine dernière par la Fed suite à ses derniers tests de résistance bancaires.

Alors que le premier semestre s'achèvera demain, Wall Street affiche un bilan nettement positif, porté par la reprise économique, la progression de la vaccination dans les grandes économies mondiales et des politiques monétaires toujours très accommodantes. Depuis le 1er janvier, le DJIA affiche un gain de 12%, le S&P a gagné près de 14% (sa deuxième meilleure performance depuis 1998) et le Nasdaq a progressé de 12%.

La confiance des ménages US au plus haut depuis mars 2020

Sur le front macro-économique, les opérateurs ont pris connaissance de solides indicateurs de confiance, tant aux Etats-Unis qu'en Europe pour le mois de juin. En outre, les prix immobiliers ont continu de grimper outre-Atlantique en avril.

L'indice de confiance des consommateurs américains mesuré par le Conference Board a ainsi atteint 127,3 en juin, nettement au-dessus des prévisions des analystes (119) et après 120 en mai. Le sous-indice relatif à la situation actuelle a grimpé sur un mois de 148,7 à 157,7 alors que celui relatif aux attentes est passé de 100,9 à 107. La confiance des ménages américains a désormais retrouvé son niveau de mars 2020, juste avant la crise du coronavirus qui a mis à l'arrêt l'activité économique.

Dans la zone euro aussi, l'indice du sentiment économique, publié mardi par la Commission européenne, a bondi en juin. Il est même remonté à son plus haut niveau depuis... 21 ans, grâce à la réouverture des magasins, restaurants et autres services. L'indice, qui résume la confiance des ménages et des chefs d'entreprise, est ressorti à 117,9 en juin contre 114,5 en mai, et 116,5 de consensus.

Les chiffres de l'emploi US attendus vendredi

Aux Etats-Unis, l'indice FHFA du prix des maisons aux Etats-Unis a affiché une progression de 1,8% en avril après +1,6% en mars. Le consensus tablait sur une hausse de 1,6%. Sur un an, l'indice augmente de 15,7%.

L'indice S&P Corelogic Case-Shiller "20-City" du mois d'avril, qui mesure la valeur nominale du marché de l'immobilier résidentiel américain dans vingt régions métropolitaines, affiche de son côté une hausse de 1,62% (ajusté des variations saisonnières) en comparaison du mois antérieur. Hors ajustements saisonniers, cet indicateur grimpe de 2,1% par rapport au mois précédent et de 14,9% en glissement annuel, sa plus forte hausse depuis décembre 2005.

Le point d'orgue de la semaine est prévu vendredi avec la publication des chiffres mensuels de l'emploi. Le consensus établi par Bloomberg table sur 700.000 créations de postes après 559.000 en mai, sur une contraction de 0,1 point du taux de chômage à 5,7% et sur une augmentation de 3,6% sur un an du salaire moyen (+2% en mai).

Sur le marché des changes, l'indice du dollar grignote 0,2% à 92,07 points face à un panier de 6 devises de référence, tandis que l'euro recule de 0,2% face au billet vert à 1,1902$ entre banques. Sur les marchés obligataires, les rendements se stabilisent après une légère tension en matinée. En soirée, le T-Bond à 30 ans pointe à 2,10% et le T-Bond à 10 ans à 1,48%, tous deux stables par rapport à la veille.

Sur le marché des cryptomonnaies, le Bitcoin gagne 5,7% sur 24 heures, autour de 36.213$ sur la plateforme Bitfinex.

Enfin, les cours du pétrole repartent de l'avant, toujours proches de leur plus haut depuis plus de deux ans et demi. Le baril de WTI progresse de 0,2% à 73,06$ sur le Nymex pour le contrat à terme d'août, alors que le baril de Brent de la mer du Nord (contrat d'août) avance de 0,12% à 74,77$. Les opérateurs attendent la journée de jeudi et la réunion de l'Opep+ qui devrait déboucher sur une nouvelle petite augmentation des quotas de production du groupe de pays pétroliers. Les analystes sondés par 'Bloomberg' s'attendent en moyenne à ce que l'alliance de 23 pays producteurs d'or noir annonce une nouvelle hausse de 550.000 barils par jour en août, ce qui serait un geste modeste, et ne couvrirait pas le déficit d'offre mondiale, estimé par l'Opep à environ 2 millions de barils par jour.

VALEURS A SUIVRE

* Morgan Stanley (+3,6%). Les grandes banques américaines n'ont pas tardé à réagir. Après avoir facilement passé les derniers tests de résistance de la Fed et obtenu le droit de retourner de l'argent à leurs actionnaires, presque tous les établissements de Wall Street ont annoncé une forte hausse de leur dividende ainsi que d'importants programmes de rachat d'actions. Morgan Stanley est l'exemple le plus frappant puisque la banque new-yorkaise a décidé de doubler son dividende trimestriel, à 70 cents par action à partir du troisième trimestre, tout en lançant un nouveau plan de rachat de titres de 12 milliards de dollars. "Morgan Stanley a accumulé d'importants capitaux excédentaires au cours des dernières années et dispose aujourd'hui de l'une des réserves de capitaux les plus importantes du secteur", a déclaré le patron de MS, James Gorman.

JP Morgan Chase (-0,1%), Bank of America (-1,5%), Wells Fargo (-1,7%) et Goldman Sachs (+1,2%) ont également dévoilé une hausse de leur dividende. Seul Citi s'est pour le moment abstenu d'accroître son retour aux actionnaires, en maintenant son dividende à 51 cents par action, niveau auquel il se situe depuis près de deux ans. La banque va également "poursuivre les actions prévues en matière de capital" concernant les rachats d'actions, a précisé la PDG, Jane Fraser.

* JP Morgan (-0,1%). Emmanuel Macron a inauguré mardi le nouveau siège commercial de JP Morgan à Paris alors que la France tente, dans le sillage du Brexit, d'attirer les professionnels de la finance autrefois basés à Londres à renfort de mesures fiscales. En compagnie du directeur général de JP Morgan Jamie Dimon, le chef de l'Etat français a visité dans la matinée le nouveau "hub" de sept étages de la banque américaine installé en plein de coeur de la capitale, près du musée du Louvre, qui sera dédié au trading obligataire en Europe. Ce hub, où nombre de salariés arrivent tout droit de Londres, devrait employer 800 personnes d'ici 2022. Quelque 256 personnes travaillaient déjà en France dans des missions de conseil avant la sortie de la Grande-Bretagne de l'Union européenne. Elles seront rejointes par 440 employés spécialisés dans la vente et le trading.

* Ford Motor (+1%) a annoncé l'arrêt des activités de sa filiale de financement Ford Credit en Argentine et au Brésil, qui se traduira par une charge exceptionnelle susceptible d'atteindre 375 millions de dollars dans les comptes 2021.

* Facebook rend 1% après son bond de 4,2% lundi, à la suite d'une décision de justice favorable au groupe. Un juge fédéral a ainsi créé la surprise en rejetant une plainte antitrust de la Commission fédérale du commerce (FTC) contre le réseau social, plainte qui aurait pu déboucher sur un démantèlement du groupe en plusieurs entités, avec une cession demandée de Instagram et WhatsApp. Dans sa décision, le tribunal a déclaré que la FTC n'a pas prouvé que Facebook détenait un monopole sur le secteur des réseaux sociaux en ligne. Le bond du titre qui a suivi ces informations a permis à la capitalisation boursière de Facebook de terminer pour la première fois au-dessus des 1.000 milliards de dollars.

"Bien que le tribunal ne soit pas d'accord avec toutes les affirmations de Facebook ici, il estime au final que la plainte de l'agence est légalement insuffisante et doit donc être rejetée", peut-on lire dans le dossier du tribunal de district américain du district de Columbia. "La FTC n'a pas plaidé suffisamment de faits pour établir de manière plausible un élément nécessaire de toutes ses allégations au titre de l'article 2, à savoir que Facebook a un pouvoir de monopole sur le marché des services de réseautage social personnel (PSN)", a ajouté le juge.

Cette décision de justice ne signifie cependant pas que l'affaire est terminée. En effet, le tribunal a reconnu que la FTC pourrait être en mesure de remédier aux faiblesses de son argumentation. Si des preuves concrètes établissant la position monopolistique de Facebook sont apportées, le tribunal se dit prêt à les examiner, si une plainte modifiée est déposée.

* United Airlines (+0,14%) vient d'officialiser son énorme commande d'appareils Boeing (-0,4%) et Airbus (-0,6%). La compagnie américaine va acquérir 200 737 MAX supplémentaires, dont 150 pour le plus grand membre de la famille, le 737-10, et 50 pour l'avion qui dessert le coeur du marché des monocouloirs, le 737-8. Cet achat porte à 380 le nombre d'avions commandés par United pour la famille MAX, dont 30 ont déjà été livrés.

Airbus n'est pas en reste puisqu'United va également acheter 70 A321neo. Cette nouvelle commande vient s'ajouter aux 50 A321XLR déjà acquis par United, portant l'engagement total de la compagnie à 120 appareils de la famille A321. "Une commande aussi importante de la part d'une grande compagnie aérienne comme United souligne que l'A321neo offre des capacités, des économies d'exploitation et une convivialité inégalées pour les passagers", affirme Christian Scherer, Chief Commercial Officer et Head of International d'Airbus.

Combinés aux commandes existantes d'Airbus et de Boeing, ces achats permettront à la compagnie aérienne d'introduire plus de 500 nouveaux avions monocouloirs au cours des cinq prochaines années, a souligné le patron d'United. Cette évolution de la flotte devrait permettre à United, aujourd'hui numéro trois du marché du transport aérien aux Etats-Unis, d'augmenter de près de 30% son offre de sièges sur son marché intérieur.

L'annonce du jour constitue logiquement la plus grosse commande d'avions de l'histoire du transporteur. Elle est évaluée à plus de 30 milliards de dollars aux prix catalogue, mais les compagnies ont l'habitude d'obtenir d'importants rabais lors de la signature de ce type de contrat.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 15 septembre 2021 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 04/08/2021

Le montant total du remboursement des obligations est de l'ordre de 2,3 ME. Il sera prélevé sur la trésorerie disponible de Filae...

Publié le 04/08/2021

Sujet maîtrisé

Publié le 04/08/2021

Le croisiériste Royal Caribbean Group a publié une perte de 1,35 milliard de dollars au second trimestre 2021, soit 5,29 dollars par action, après une perte de 1,64 milliard l'an passé à la même…

Publié le 04/08/2021

(Zonebourse.com) Le titre AXA a connu une période de rebond ces dernières séances en direction de la zone de résistance des 23.1 EUR. Cette zone pourrait déclencher…

Publié le 04/08/2021

Les opérateurs de satellites sont au firmament de l’indice SBF 120 grâce à SES, qui a relevé son objectif annuel d’Ebitda. Son action bondit de 7,95% à 7 euros tandis que celle de son…

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne