Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 073.35 PTS
+3.23 %
6 117.00
+4.16 %
SBF 120 PTS
4 700.76
+3.09 %
DAX PTS
13 118.13
+1.59 %
Dow Jones PTS
31 500.68
+2.68 %
12 105.85
+3.49 %
1.055
+0. %

Wall Street reste dans le rouge, après le plongeon de la veille

| Boursier | 368 | Aucun vote sur cette news

Après le plongeon de la veille (-4,7% sur le Nasdaq et -3,6% pour le Dow), la tendance reste négative avant bourse à Wall Street ce jeudi, dans un...

Wall Street reste dans le rouge, après le plongeon de la veille
Credits Reuters

Après le plongeon de la veille (-4,7% sur le Nasdaq et -3,6% pour le Dow), la tendance reste négative avant bourse à Wall Street ce jeudi, dans un contexte de resserrement monétaire accéléré. DJIA, Nasdaq et S&P 500 rendent encore environ 1% en pré-séance, la victime la plus renommée du jour se nommant Cisco. Le S&P a subi hier soir sa plus forte baisse sur une journée depuis juin 2020, le laissant en baisse de près de 18% depuis le début de l'année, deuxième pire début d'année de l'histoire. Les marchés européens sous pression après une séance asiatique majoritairement baissière. Sur le Nymex, le baril de brut WTI perd 2,2% à 104,7$. L'once d'or gagne près de 1% à 1.832$. L'indice dollar cède 0,5% face à un panier de devises. Le bitcoin reste sous pression sous les 30.000$. Sur les marchés obligataire, le rendement du T-Bond à 10 ans s'affiche à 2,81% environ et celui du 30 ans à 2,99%.

Le marché reste en mode 'aversion au risque', du fait surtout du changement de politique monétaire mondiale dirigé par la Fed. Les dernières inquiétudes ont tourné autour des pressions inflationnistes sur les marges bénéficiaires des ventes au détail et sur les dépenses de marchandises discrétionnaires/générales. Les vents contraires sur les marges alimentent les craintes de baisse des estimations consensuelles de bénéfice par action pour 2022. Le risque sur les bénéfices est également fonction des blocages chinois liés au covid et de la guerre en Ukraine, qui ont tous deux été largement mentionnés tout au long de la saison des résultats du premier trimestre.

Dans l'actualité économique à Wall Street ce jeudi, les inscriptions au chômage pour la semaine close au 15 mai sont ressorties au nombre de 218.000, contre un consensus FactSet de 200.000. L'indice manufacturier de la Fed de Philadelphie pour le mois de mai s'est établi à 2,6 seulement (consensus 17).

Les reventes de logements existants du mois d'avril seront révélées à 16 heures (consensus au rythme de 5,60 millions), en même temps que l'indice des indicateurs avancés du Conference Board pour le mois d'avril (consensus stable). Enfin, pour les amateurs de "fedtalk", Neel Kashkari et Michael Barr de la banque centrale américaine, s'exprimeront durant la journée.

Les gros titres du jour portent sur le risque de stagflation, dans un contexte d'inflation élevée persistante et de perturbations continues de la supply chain (Wall Street Journal notamment). Janet Yellen, Secrétaire US au Trésor et ancienne patronne de la Fed, a également prévenu que les prix plus élevés de l'alimentaire et de l'énergie avaient des effets "stagflationnistes". Bloomberg explique de son côté que les prix des fertilisants devraient rester élevés pendant deux années de plus. Un indicateur de la Fed de New York montre que les pressions de supply chain ont empiré en avril. JP Morgan a pour sa part abaissé ses prévisions concernant le PIB américain pour 2022 et 2023.

Dans l'actualité des marchés, Elon Musk s'offusque, alors que Tesla vient d'être sorti du S&P ESG sur fond d'enquêtes sur des accidents et de conditions de travail contestées. Marko Kolanovic de JP Morgan, l'un des principaux stratèges de Wall Street, demeure positif sur les actions et ne voit pas de récession cette année, jugeant qu'un pic d'inflation devrait permettre à la Fed de modérer le rythme du durcissement monétaire... Charles Evans, de la Fed de Chicago, voit les taux aller au-delà du niveau neutre pendant un certain temps. Patrick Harker de la Fed de Philadelphie, table sur des hausses à venir de 50 points de base, mais estime que l'avenir demeure incertain. Barr, enfin, indique que la Fed est fermement engagée dans la maîtrise de l'inflation.

Applied Materials, Palo Alto Networks, Ross Stores, NIO Inc, VF Corp, Citrix, BJ's Wholesale, Kohl's ou Plantronics, publient aujourd'hui leurs trimestriels. Cisco décroche pour sa part ce jeudi à Wall Street, au lendemain d'une publication trimestrielle sans relief.

Les valeurs

Cisco chute de 12% avant bourse à Wall Street, en réaction à la publication de ses comptes trimestriels. Si les bénéfices ont légèrement dépassé les attentes, les ventes ont nettement manqué le consensus des analystes, en raison de la politique "zéro covid" de la Chine et de la guerre en Ukraine. Le géant américain des équipements de réseaux a en outre revu ses prévisions à la baisse pour l'ensemble de l'exercice en cours, en citant les effets négatifs des perturbations liées à la Chine et à l'Ukraine. L'arrêt des opérations du groupe en Russie et en Biélorussie en raison du conflit en cours a notamment nui à la croissance des revenus, a indiqué la direction.

Pour son 3e trimestre fiscal, Cisco Systems a dégagé un bénéfice net de 3,04 milliard de dollars contre 2,86 Mds$ un an plus tôt (+6,3%). Le bénéfice ajusté par action est ressorti à 87 cents, un peu supérieur aux prévisions de 86 cents du consensus d'analystes IBES de Refinitiv. En revanche, le chiffre d'affaires s'est élevé à 12,8 Mds$, stable par rapport à la même période de 2021, alors que les marchés tablaient sur 13,87 Mds$. Pour le 4e trimestre fiscal en cours, Cisco prévoit un bpa de 76 à 84 cents, et un revenu de 12,1 à 12,67 Mds$ (en baisse de 5,5% à 1% sur un an). Les analystes s'attendaient à un bpa supérieur, de 92 cents, et à des revenus de l'ordre de 13,87 Mds$.

Sur l'ensemble de l'exercice en cours, Cisco prévoit désormais une hausse de 2% à 3% des ventes (au lieu d'au moins 4,5% prévu jusqu'ici). Les prévisions de bénéfices ajustés par action ont aussi été abaissées à 3,29$-3,37$ contre 3,41$-3,46$ prévu précédemment.

Chuck Robbins, le DG Cisco, a indiqué lors d'une conférence téléphonique suivant la publication des comptes que "notre performance en termes de revenus au cours des prochains trimestres dépendra moins de la demande et plus de la disponibilité de l'offre dans cet environnement de plus en plus complexe". Il a toutefois estimé que "les moteurs de croissance fondamentaux de nos activités restent forts et nous rendent confiants pour le long terme".

BJ's Wholesale, la chaîne américaine de clubs d'entrepôts réservés aux membres, a bien résisté sur le trimestre clos, réalisant des ventes et profits supérieurs aux attentes. La publication est saluée avant bourse à Wall Street, alors que ces derniers jours, plusieurs grands groupes américains de distribution, Walmart et Target en particulier, avaient déçu. BJ's a annoncé pour le trimestre clos fin avril un bénéfice net de 112,5 millions de dollars et 82 cents par titre, contre 81,6 millions de dollars un an plus tôt. Hors éléments, le bénéfice ajusté par action a été de 87 cents, contre 72 cents de consensus. Les revenus ont progressé de 16,2% à 4,5 milliards de dollars, contre 4,24 milliards de consensus FactSet. La croissance à comparable a dépassé les 14%.

Kohl's a annoncé pour son premier trimestre des comptes inférieurs aux attentes de marché. Il s'agit du dernier détaillant américain prévenant de l'impact fort de l'inflation sur ses bénéfices. La chaîne, qui tente de se vendre, a donc publié des marges sans relief pour son premier trimestre. En outre, les ventes se seraient considérablement affaiblies en avril, selon la CEO Michelle Gass. Pour l'exercice 2022, le bénéfice ajusté par action est anticipé entre 6,45 et 6,85$, à comparer à une guidance antérieure allant de 7 à 7,5$. La croissance des ventes 2022 ne devrait pas quant à elle dépasser 1%. Sur le premier trimestre, les ventes ont trébuché de 5,2%, alors que le bpa dilué a représenté 11 cents.

Bath & Body Works corrige encore de 8% en pré-séance à Wall Street, après une chute comparable hier soir. Le groupe a battu le consensus de profit pour le trimestre clos, mais réduit sa guidance annuelle afin de refléter les conditions économiques et les investissements. Sur le premier trimestre, la compagnie a réalisé des ventes de 1,45 milliard de dollars en repli de 1% en glissement annuel. Le bpa dilué des opérations poursuivies a été de 64 cents, contre 32 cents un an plus tôt. Les prévisions de la chaîne américaine de produits de beauté et d'articles pour la maison sont toutefois prudentes. Pour l'exercice, le groupe table sur un bpa des opérations continues allant de 3,8 à 4,15$, soit une révision en baisse.

Boeing. IAG opte pour le 737 Max de Boeing. La maison-mère de British Airways, Vueling et Iberia, qui s'était engagée à acheter jusqu'à 200 appareils lors du salon du Bourget en 2019, va finalement acquérir 25 B737 Max 200 et 25 B737 Max 10. Elle dispose d'une option sur 100 appareils supplémentaires. Les avions pourront être utilisés par n'importe quelle compagnie du groupe pour le remplacement programmé de la flotte. Ils seront livrés à partir de l'année prochaine. Au prix catalogue, ce contrat de 50 avions atteint environ 6 milliards de dollars, mais la compagnie aérienne a précisé avoir négocié une "remise substantielle".

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE

WINCHARTS OFFERT*

Anticipez la tendance avec le logiciel d'analyse graphique Wincharts !

Soit 120€ d'économie / an*
Code Offre : WIN22

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère ouverture de compte Bourse Direct avant le 30 juin 2022 inclus.

Je profite de l'offre

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 24/06/2022

La cote américaine progresse vivement ce vendredi, alors que les opérateurs ont désormais intégré l'idée d'un risque important de récession du fait du...

Publié le 24/06/2022

La cote américaine progresse avant bourse ce vendredi...

Publié le 23/06/2022

A l'issue d'une nouvelle séance volatile, les actions américaines ont terminé en hausse jeudi...

Publié le 23/06/2022

A l'issue d'une nouvelle séance volatile, les actions américaines ont terminé en hausse jeudi...

Publié le 23/06/2022

Les actions américaines évoluent en ordre dispersé jeudi soir, les investisseurs cherchant toujours à s'adapter au nouvel environnement monétaire et économique moins favorable.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 24/06/2022

Les marchés actions européens ont rebondi après deux séances consécutives de baisse, soutenus par Wall Street. La perception des investisseurs sur la politique monétaire de la Fed s’est…

Publié le 24/06/2022

14h30 aux Etats-UnisCommandes de biens durables en mai16h00 aux Etats-UnisPromesses de ventes immobilières en maisource : AOF

Publié le 24/06/2022

FedEx bondit de 7,59% à 244,20 dollars, ce qui lui permet de figurer parmi les principales progressions de l’indice S&P 500. Le géant américain de la messagerie bénéficie de la présentation…

Publié le 24/06/2022

Nexity gagne 2,10% à 25,28 euros, surperformant les autres valeurs du secteur immobilier au lendemain de l'annonce de la prise de contrôle du groupe Angelotti, spécialiste de l’aménagement et de…

Publié le 24/06/2022

Compagnie des Alpes campe sur les 14,75 euros ce vendredi, alors que le groupe a conclu, le 23 juin, un nouveau contrat de crédit renouvelable...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne