Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 174.35 PTS
+0.08 %
6 179.00
+0.17 %
SBF 120 PTS
4 868.98
+0.17 %
DAX PTS
15 261.46
+0.18 %
Dow Jones PTS
33 800.60
+0.89 %
13 845.06
+0. %
1.191
+0.08 %

Wall Street reprend son souffle

| Boursier | 290 | Aucun vote sur cette news

La cote américaine perd un peu de terrain avant bourse ce mardi, après les sommets de la veille...

Wall Street reprend son souffle
Credits Reuters

La cote américaine perd un peu de terrain avant bourse ce mardi, après les sommets de la veille. Le Nasdaq cède 0,3%, le S&P 500 abandonne 0,2% et le DJIA rend également 0,2%. Le baril de brut WTI remonte de 1,3% à 59,4$. L'once d'or prend 0,6% à 1.738$. L'indice dollar régresse de 0,5% face à un panier de devises de référence. Le bitcoin avance de plus de 1% sur 24 heures vers les 58.700$ sur Bitfinex. Du côté des rendements obligataires, le 10 ans se traite à 1,68% et le 30 ans à 2,34%, ce qui confirme une relative accalmie.

Le rapport JOLTS du Département au Travail concernant les ouvertures de postes aux USA pour le mois de février sera communiqué à 16 heures (consensus 6,85 millions d'unités).

Ailleurs dans le monde ce matin, les dépenses des ménages au Japon ont déçu, en baisse prononcée de 6,6% au mois de février. En Chine, l'indice PMI Markit/Caixin des services pour le mois de mars est ressorti à 54,3 contre 52,2 de consensus. Le taux de chômage italien du mois de février s'est établi à 10,2%, contre 9,2% de consensus. L'indice Sentix de confiance des investisseurs en Europe a dépassé les attentes à 13,1 en avril, contre 7 de consensus.

Les marchés restent toutefois soutenus par les espoirs de reprise économique, avec les soutiens budgétaires et monétaires. Rappelons, parmi les derniers indicateurs américains, que les chiffres de l'emploi ont très positivement surpris, alors que l'ISM non-manufacturier est ressorti record.

Sur le secteur financier, les répercussions de l'affaire Archegos se font encore sentir, suite à une mise à jour de Credit Suisse qui anticipe au premier trimestre une perte avant imposition d'environ 900 millions de francs suisses comprenant une charge de 4,4 milliards de francs suisses liée aux liquidations concernant le fonds américain Archegos Capital Management. La banque suisse va couper son dividende et fait état de plusieurs départs à haut niveau.

Concernant la crise sanitaire, les Etats-Unis poursuivent à grande vitesse le déploiement des vaccins avec l'objectif d'atteindre 200 millions d'inoculations en 100 jours d'administration Biden. En Europe, ce déploiement est nettement plus poussif, la faute étant surtout attribuée à AstraZeneca. L'épidémie effectue par ailleurs de nouvelles poussées au Brésil, en Inde, et même au Japon ou en Corée du Sud.

Le bilan de l'épidémie dépasse désormais les trois millions de morts dans le monde, selon un décompte Reuters, avec une nouvelle accélération des décès, notamment au Brésil et en Inde. L'Université Johns Hopkins recense pour sa part 2,86 millions de décès officiels au niveau mondial. Les autorités sanitaires mettent en cause des variants plus virulents et la lassitude de la population face aux restrictions. Selon Reuters, le nombre de décès dans le monde a mis un an pour atteindre les deux millions et ensuite trois mois pour franchir les trois millions.

Le Brésil est actuellement le premier pays au monde pour le nombre moyen quotidien de nouveaux décès et représente un décès sur quatre dans le monde chaque jour, selon Reuters. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a reconnu la gravité de la situation locale. L'Inde a pour sa part signalé hier une augmentation record des infections, devenant le deuxième pays après les États-Unis à afficher plus de 100.000 nouveaux cas en une journée.

Le continent européen compte le nombre total de décès le plus élevé, près de 1,1 million. Le Royaume-Uni, la Russie, la France, l'Italie et l'Allemagne représentant environ 60% du total.

Les États-Unis comptent le plus grand nombre de décès, plus de 555.000 désormais, et représentent 19% de tous les décès imputés au virus dans le monde. Les cas ont augmenté au cours des trois dernières semaines, mais les autorités jugent que l'accélération de la campagne de vaccination pourrait ralentir le rythme des décès. Un tiers de la population américaine a reçu au moins une injection.

Plus de 673 millions de personnes dans le monde ont déjà reçu une dose de vaccin, selon les derniers chiffres de Bloomberg. L'OMS exhorte les pays à fournir davantage de doses de vaccins aux pays les plus pauvres, afin d'atteindre les objectifs de vaccination des plus vulnérables.

A propos du vaste nouveau plan de relance de l'administration Biden, les débats se poursuivent au sujet de la contrepartie fiscale et budgétaire. Janet Yellen, Secrétaire américaine au Trésor, voudrait même instaurer un taux minimum mondial d'imposition des sociétés. Dans le même temps, les démocrates préparent leur plan de taxation des grandes multinationales.

La Bourse de New York a fini en nette hausse hier lundi, le S&P 500 et le Dow Jones terminant à de nouveaux records, saluant la création de près d'un million d'emplois aux Etats-Unis en mars, annoncée vendredi lorsque les marchés étaient fermés pour Pâques. La publication d'un indice ISM des services au plus haut historique aux Etats-Unis a aussi contribué à nourrir l'optimisme quant à la reprise économique, à mesure que la vaccination anti-Covid permet de lever les mesures de restriction.

A la clôture, le Dow Jones a gagné 1,13% à 33.527 points et l'indice large S&P 500 a bondi de 1,44% à 4.077 pts, un nouveau record en clôture pour les deux indices. Le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques et biotechs, a gagné 1,67% à 13.705 pts.

Le Nasdaq composite se trouve désormais à moins de 3% de son dernier record, le 12 février dernier à 14.095 pts, alors qu'il était tombé en zone de correction (-10% sur ses plus hauts) début mars.

Jeudi, Wall Street avait terminé en hausse, soutenu par l'annonce du plan Biden de 2.250 milliards de dollars ciblé sur la modernisation des infrastructures. Le plan devrait soutenir la croissance et créer des "millions d'emplois", selon le président démocrate qui, face à la crise du coronavirus, s'inscrit dans la lignée du "New Deal" de Franklin Roosevelt dans les années 1930.

Le projet devrait cependant rencontrer des obstacles au Congrès, où les Républicains s'opposent aux hausses d'impôts qui doivent le financer, notamment un passage de 21% à 28% de l'impôt sur les sociétés.

Lundi, la secrétaire au Trésor Janet Yellen a plaidé en faveur l'instauration d'un taux minimum mondial d'imposition des sociétés et a appelé les pays du G20 à oeuvre dans ce sens afin, a-t-elle dit, de mettre un terme au nivellement par le bas de l'impôt sur les entreprises. Dans un discours, tenu devant le "Chicago Council on Global Affairs", l'ancienne patronne de la Fed a précisé qu'elle profiterait des réunions prévues cette semaine avec le FMI et la Banque mondiale pour faire avancer le dossier du dérèglement climatique, celui de l'accès aux vaccins et celui de la reprise économique mondiale.

Vendredi, le rapport sur l'emploi en mars a montré que la reprise économique s'est poursuivie aux Etats-Unis, à la faveur de la campagne de vaccination massive et des aides financières du plan Biden de 1.900 Mds$ adopté début mars. Ainsi, l'économie américaine a créé non moins de 916.000 emplois non-agricoles le mois dernier, a annoncé vendredi le département américain du Travail. Le taux de chômage est revenu de 6,2% en février à 6% en mars.

Les créations d'emplois sont ainsi ressorties très supérieures aux attentes des économistes, qui tablaient en moyenne sur 647.000 nouvelles embauches. Autre bonne nouvelle : le nombre de créations d'emplois en février et janvier a été révisé en hausse de 156.000 en cumulé sur les deux mois.

Parmi les statistiques les plus surveillés cette semaine figurait notamment l'indice ISM des services en mars aux Etats-Unis, publié lundi et qui a bondi à un niveau record. L'indice est ainsi ressorti en hausse à 63,7 contre 55,3 le mois précédent. Les économistes interrogés par Reuters attendaient en moyenne un chiffre de 59,0.

Dans les prochains jours, l'indice PMI de services en mars dans la zone euro sera publié mercredi. Les marchés suivront mercredi les stocks de pétrole hebdomadaires aux Etats-Unis, puis jeudi les demandes d'allocations chômage aux Etats-Unis (semaine du 3 avril). A surveiller aussi, la publication des commandes à l'industrie (lundi) et les prix à la production en mars (vendredi) aux Etats-Unis.

Ce mardi, les marchés suivront de près les dernières prévisions du FMI pour l'économie mondiale. La directrice du Fonds monétaire international, Kristalina Gueorguieva, a déclaré récemment s'attendre à une reprise économique à plusieurs vitesses, car les économies divergent entre les Etats-Unis et la Chine d'un côté, et les pays en développement à la traîne, de l'autre. Elle a aussi rappelé l'inquiétude du FMI sur la trajectoire de la pandémie de Covid-19 en raison des progrès de vaccination inégaux entre les pays.

Les investisseurs décortiqueront par ailleurs mercredi les "Minutes" de la dernière réunion de la Fed, et seront à l'affût de tout nouveau commentaire sur l'inflation, la grande inquiétude des marché ces derniers mois. Le 17 mars, la banque centrale américaine n'avait pas modifié sa politique monétaire et avait relevé nettement ses prévisions économiques, tout en insistant sur le fait qu'elle ne comptait pas relever ses taux avant la fin 2023, et qu'elle ne craignait pas de dérapage durable de l'inflation à l'occasion de la reprise.

Malgré le ton rassurant de la Fed, les marchés obligataires se sont inquiétés au 1er trimestre d'une surchauffe inflationniste, entretenue par les politiques budgétaires et monétaires expansionnistes.

En matière de politique monétaire, de nombreuses responsables de la Fed s'exprimeront cette semaine, dont son président Jerome Powell, qui parlera jeudi devant une commission du FMI, et Charles Evans (Fed de Chicago), qui s'exprimera en public mardi et mercredi. Le patron de la Fed de Richmond, Thomas Barkin, et celui de la Fed de Dallas, Robert Kaplan, parleront mercredi, et celui de la Fed de St. Louis, James Bullard, est attendu jeudi.

Du côté des entreprises, l'attention des investisseurs va se tourner à partir de la semaine prochaine vers les résultats d'entreprises du 1er trimestre, qui devraient s'améliorer de façon spectaculaire par rapport à la même période de l'an dernier, où ils avaient subi de plein fouet le début de la crise du coronavirus.

Les bénéfices du S&P 500 sont ainsi attendus en hausse de 24,2% sur un an, selon le consensus des analystes compilé par Refinitiv. Les investisseurs seront en outre très attentifs aux prévisions des dirigeants de sociétés, dont ils espèrent des commentaires favorables sur la reprise en cours, qui pourraient permettre aux marchés boursiers de continuer à progresser en avril...

Les valeurs

Google (Alphabet) va arrêter d'utiliser Oracle en tant que software financier pour adopter plutôt les solutions de l'Allemand SAP. Ainsi, dans les prochaines semaines, le moteur de recherche Internet de Mountain View migrera son système software financier interne d'Oracle vers SAP. Google et Oracle sont rivaux dans le cloud computing et le Californien Oracle refuse de certifier sa base de données pour une utilisation dans le cloud de Google, selon une source de CNBC ayant connaissance directe du dossier. Le mouvement ne serait pas lié à l'action en justice ayant opposé Google et Oracle à propos de l'utilisation dans Android de certains codes Java détenus par Oracle. La Cour suprême a tranché sur ce sujet hier lundi en faveur de Google.

KKR, la firme de capital-investissement, a levé 15 milliards de dollars pour son quatrième fonds Asie-Pacifique.

BlackRock et son rival canadien Brookfield Asset Management ne seraient plus en lice pour l'acquisition d'une participation dans l'activité d'oléoducs du colosse saoudien Aramco, transaction pouvant atteindre 10 milliards de dollars. C'est ce qu'affirment deux sources de Reuters ayant connaissance des négociations.

Phillips 66, le raffineur américain, prévoit désormais un déficit du premier trimestre plus conséquent que prévu, avec la vague de froid historique ayant plombé ses opérations dans le golfe du Mexique.

Tesla a bondi de 4,4% hier lundi à Wall Street, après l'annonce de livraisons de véhicules très supérieures aux attentes au premier trimestre 2021, avec 184.800 unités contre environ 168.000 attendues par le consensus des analystes du cabinet FactSet. Plus de 180.000 véhicules ont été produits sur la période, a précisé vendredi le constructeur californien de véhicules électriques dans un communiqué.

GameStop a cédé lundi 2,3%, après que la direction a annoncé un projet d'augmentation de capital portant sur jusqu'à 3,5 millions de titres, ce qui représente environ 670 millions de dollars au cours de Bourse de jeudi soir. Le titre a cependant réduit ses pertes en fin de séance, après une chute initiale de plus de 13% après cette annonce... La chaîne américaine de magasins de jeux vidéo a précisé, dans un avis publié auprès des autorités boursières (SEC), que le produit de l'augmentation de capital servira à "accélérer sa transformation" stratégique, ainsi qu'à financer ses besoins généraux et à renforcer son bilan. La compagnie a en outre publié son chiffre d'affaires préliminaire pour les 9 semaines achevées le 4 avril, qui a augmenté de 11%. Les ventes ont grimpé de 5,3% en février et de 18% en mars.

Boeing. Japan Airlines (JAL) a retiré de sa flotte, un an plus tôt que prévu, 13 appareils 777 de Boeing équipés de moteurs Pratt & Whitney (Raytheon) dont l'utilisation avait été suspendue en février après la panne moteur subie par un avion d'United Airlines.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 12/04/2021

L'offre de Crédit Agricole Italia est jugée trop basse...

Publié le 12/04/2021

Samedi dernier, Valneva a annoncé le dépôt d'un document d'enregistrement auprès de la SEC en vue de son IPO sur le Nasdaq aux Etats-Unis. A ce stade, le nombre d'actions du fabricant…

Publié le 12/04/2021

Alibaba gagne près de 6% avant bourse à Wall Street sur les 236$...

Publié le 12/04/2021

Sans oublier l'aspect spéculatif...

Publié le 12/04/2021

Veolia et Suez s'envolent respectivement de 8,06% à 24,39 euros et 8,08% à 19,93 euros après l'annonce d'un accord de principe. Les deux frères ennemis de l'eau et des déchets fument le calumet…

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne