En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 154.58 PTS
-
4 315.00
+3.91 %
SBF 120 PTS
3 262.43
-
DAX PTS
9 525.77
-
Dow Jones PTS
21 052.53
-1.69 %
7 528.11
+0. %

Wall Street replonge, le Covid-19 entretient l'inquiétude

| Boursier | 1363 | Aucun vote sur cette news

La Bourse de New York est en proie à une forte volatilité jeudi, reperdant environ 3% après un gain de plus de 4% la veille...

Wall Street replonge, le Covid-19 entretient l'inquiétude
Credits Reuters

La Bourse de New York est en proie à une forte volatilité jeudi, reperdant environ 3% après un gain de plus de 4% la veille... Les cas de coronavirus augmentent aux Etats-Unis, où la Californie a déclaré jeudi l'état d'urgence, et de plus en plus d'entreprises souffrent des effets de cette crise sanitaire, dont les compagnies aériennes et les croisiéristes, dont les cours de Bourse plongent jeudi de plus de 10%. Les obligations et l'or continuent d'attirer les investisseurs à la recherche de sécurité, tandis que le pétrole est fébrile en attendant les décisions de l'Opep+ sur sa production.

A deux heures de la clôture, l'indice Dow Jones reperd 3,44% à 26.159 points (après +4,53% mercredi, -2,9% mardi et +5,09% lundi...), tandis que l'indice large S&P 500 cède 3,30% à 3.026 pts (+4,2% mercredi, -2,8% mardi et +4,6% lundi) et que le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques, corrige de 2,74% à 8.771 pts (après +3,85% mercredi, -3% mardi et +4,49% lundi).

Le Congrès américain engage 8,3 Mds$ pour lutter contre le Covid-19

Mercredi soir, les marchés avaient vivement rebondi, saluant les actions concertées de la Réserve fédérale, qui a baissé mardi ses taux directeurs d'un demi-point, et du Congrès américain, qui s'emploie depuis mercredi à voter le déblocage de plus de 8 milliards de dollars pour soutenir l'économie américaine face à l'épidémie de coronavirus.

Le texte a été adopté dès mercredi soir par une large majorité des deux camps (démocrates et républicains) à la Chambre des représentants, et doit être voté au Sénat jeudi soir avant d'être transmis à la Maison Blanche pour être signé par le président Donald Trump.

Aux Etats-Unis, deux nouveaux décès liés au coronavirus ont été recensés mercredi, l'un en Californie, l'autre dans l'Etat de Washington, ce qui porte à onze le nombre de morts sur le sol américain, pour une centaine de cas recensés. L'Etat de Washington, sur la côte ouest, est le plus durement touché par le coronavirus, avec 27 cas confirmés et neuf morts.

Les actions des croisiéristes en chute libre à Wall Street

Suite à ces décès, le gouverneur de Californie Gavin Newsom a déclaré un état d'urgence, qui "permettra à l'Etat de mieux préparer nos communautés et notre système de santé si jamais l'épidémie se propage davantage", a-t-il affirmé mercredi.

La personne décédée en Californie revenait d'une croisière, ce qui a entraîné un nouveau plongeon de ce secteur à Wall Street, désormais retombés à des plus bas depuis plusieurs années : Royal Caribbean Cruises abandonne en séance 15,4%, Carnival 13% et Norwegian Cruise Line Holdings 12,5%. Dans le secteur aérien, l'association internationale du transport aérien (IATA) estime que l'épidémie de coronavirus pourrait faire perdre jusqu'à 113 Mds$ aux compagnies aériennes.

La totalité des 11 indices sectoriels du S&P 500 sont en baisse jeudi, à commencer par l'énergie (-4%), les financières (-3,9%), les valeurs industrielles (3,8%), les produits de consommation discrétionnaire (-2,9%) et les matériaux de base (-2,8%).

Les taux américains à 10 et 30 ans sur des planchers historiques

Dans ce contexte d'aversion au risque, les investisseurs se ruent à nouveau vers les obligations d'Etat (faisant chuter les taux, qui évoluent en sens inverse) et l'or. Le dollar perd du terrain, pâtissant de la baisse surprise des taux de la Fed, mardi, qui rend les placements en dollars moins rémunérateurs.

Sur le marché des changes, l'indice du dollar (qui mesure l'évolution du billet vert face à un panier de 6 grandes devises) cède jeudi 0,62% à 96,73 points, tandis que l'euro grimpe de 0,75% à 1,1218$. Le dollar a réagi à la forte baisse des taux de la Fed, alors que la BCE dispose d'une marge de manoeuvre bien plus limitée que la Fed pour baisser ses taux, qui sont déjà au plancher.

Sur les marchés obligataires, les taux longs de la dette souveraine américaine testent de nouveaux plus bas historiques. Le rendement du T-Bond à 10 ans dégringole de 15 points de base à 0,91%, s'enfonçant sous le seuil de 1%. Début janvier, ce rendement à 10 ans étaient encore de l'ordre de 1,90%... Le taux du T-Bond à 30 ans perd 8 pdb à 1,55%, un plancher historique.

L'or rebondit, le pétrole recule en attendant la décision de l'Opep+

L'or repart en hausse, gagnant jeudi 1,58% à 1.668,90$ l'once pour le contrat à terme d'avril coté sur le Comex. Le métal jaune a désormais regagné l'essentiel de ses pertes de la fin de la semaine dernière (-5% vendredi...) provoquées par des ventes forcées de la part d'investisseurs sommés de répondre à des appels de marges de leurs brokers, sur fond de plongeon des marchés d'actions.

Les cours du pétrole restent trés volatils jeudi dans la crainte d'un échec de la réunion de l'Opep+, qui se tient depuis mardi à Vienne. Le cours du baril de brut léger américain (WTI) perd 1,45% à 46,10$ (contrat à terme d'avril coté sur le Nymex) tandis que le Brent de mer du Nord a cédé 1,93% à 50,13$ (contrat à terme de mai). Le WTI avait plongé de 16% la semaine dernière, et le Brent avait abandonné 13,6% face à la crainte d'une demande atone sur 2020 en raison de la crise du coronavirus.

L'Arabie saoudite, leader de l'Opep, tente de convaincre les membres du cartel et ses alliés de réduire leur production commune de 1,5 million de barils supplémentaires par jour, pour faire face à la baisse de la demande liée à la crise du Covid-19. Mais la Russie se fait prier pour participer à ce nouvel effort.

En attendant les chiffres de l'emploi US en février

Sur le plan macro-économique aux Etats-Unis, les commandes industrielles ont reculé plus fortement que prévu en janvier, de 0,5% sur un mois contre -0,1% attendu et après un gain de 1,9% en décembre .

Du côté de l'emploi, les inscriptions hebdomadaires au chômage ont atteint 216.000, contre un consensus de 215.000 et après 219.000 une semaine plus tôt. Par ailleurs, l'étude Challenger relative aux destructions d'emplois fait ressortir 56.660 licenciements en février, bien moins qu'en janvier (67.735).

Le rapport officiel complet sur l'emploi en février, très attendu par les marchés, sera publié vendredi. Le consensus des économistes table sur 175.000 créations d'emplois, après 225.000 en janvier, et sur une stabilité du taux de chômage à 3,6%.

Enfin, les chiffres révisés de la productivité au 4e trimestre, publiés jeudi, n'ont pas convaincu, avec une progression de 1,2% contre un consensus de +1,4%. Les coûts unitaires du travail se sont appréciés de +0,9% contre +1,4% de consensus.

VALEURS A SUIVRE

HP Inc (-0,08%) a repoussé une fois encore l'offre d'acquisition améliorée de son petit mais gourmand rival Xerox. HP juge que l'offre sous-évalue encore significativement ses actifs et favorise de manière disproportionnée les actionnaires de Xerox - qui avait offert 18,4$ par titre en cash et 0,149 action pour chaque titre HP. HP Inc estime enfin que les prévisions de synergies avancées par Xerox dépassent les niveaux raisonnablement atteignables.

Ciena (+3%) a révélé des bénéfices supérieurs aux attentes de marché sur le trimestre clos. L'équipementier de réseaux a annoncé pour le premier trimestre fiscal clos fin janvier 2020 un bénéfice de 62 M$ et 40 cents par titre, contre 34 M$ un an avant. Le bpa ajusté s'est élevé à 52 cents, contre 33 cents un an avant et 38 cents de consensus selon FactSet. Les revenus se sont appréciés de 7% à 833 millions.

Marvell Technology (+11,6%) a lui aussi dépassé le consensus de place sur la période close, malgré le coronavirus. Pour son quatrième trimestre, le concepteur de semi-conducteurs a annoncé un bénéfice de 1,8 milliard de dollars soit 2,62$ par titre, contre une perte de 261 M$ un an avant. Le bénéfice ajusté trimestriel est ressorti à 117 M$ soit 17 cents par titre, contre 16 cents de consensus. Les revenus ont régressé à 718 M$, contre 745 M$ un an plus tôt et 713 M$ de consensus. Marvell prévoit sur le trimestre entamé des revenus de 680 M$, contre 672 M$ de consensus.

Southwest Airlines (-3,8%), l'un des leaders américains du transport aérien, a confirmé que le coronavirus Covid-19 allait peser sur ses comptes du premier trimestre. Une forte baisse des réservations affectera donc les comptes sur la période. Le groupe évoque un déclin significatif de la demande durant les jours récents. Le RASM est attendu en déclin jusqu'à -2% ou en hausse de 1% au maximum, contre une guidance antérieure allant de +3,5 à +5,5%. L'impact du virus sur les revenus opérationnels est attendu entre 200 et 300 millions de dollars.

BJ's Wholesale Club (+4,6%) s'est conformé aux attentes de profits et revenus sur le trimestre clos, tout en dévoilant par ailleurs une faible croissance à comparable.

Kroger (+6,6%) a battu le consensus sur le quatrième trimestre, dégageant un bénéfice de 327 millions de dollars et 40 cents par titre, contre 259 millions de dollars un an plus tôt. Le bpa ajusté a représenté 57 cents, contre 55 cents de consensus. Les revenus ont totalisé 28,9 milliards de dollars, contre 28,3 milliards un an avant et en ligne avec le consensus de marché. Les ventes digitales ont grimpé de 22%. La croissance à comparable hors essence est ressortie à 2%. Le groupe maintient sa guidance 2020 de bpa allant de 2,30 à 2,40$.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 06/04/2020

Airbus continue d'acheter des millions de masques en Chine et de les convoyer vers l'Europe...

Publié le 06/04/2020

Bluelinea, acteur majeur de la Silver Economie en France, annonce avoir levé, au 31 mars 2020, près de 1,4 ME par l'exercice de 56,5% des bons de...

Publié le 06/04/2020

Dans le contexte actuel d'aggravation de la crise sanitaire mondiale, Bureau Veritas continue de tout mettre tout en oeuvre pour protéger la santé de...

Publié le 06/04/2020

GenSight Biologics fait un point sur l'impact de la pandémie de COVID-19 sur ses activités...

Publié le 06/04/2020

Eurofins Scientific propose une gamme complète de services de test pour les équipements de protection individuelle (EPI) et les dispositifs médicaux...