Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 523.44 PTS
+0.52 %
6 522.5
+0.51 %
SBF 120 PTS
5 051.38
+0.61 %
DAX PTS
13 700.93
+1.23 %
Dow Jones PTS
33 268.94
+1.51 %
13 360.33
+2.71 %
1.031
+1. %

Wall Street réduit ses pertes jeudi soir, mais le semestre reste sombre

| Boursier | 494 | Aucun vote sur cette news

La Bourse de New York réduit ses pertes en soirée, les investisseurs procédant aux dernières opérations de bouclage de portefeuilles en ce dernier jours du 1er semestre.

Wall Street réduit ses pertes jeudi soir, mais le semestre reste sombre
Credits Reuters

Après un début de séance en net recul de 1,5% à 2%, la Bourse de New York réduit ses pertes en soirée, les investisseurs procédant aux dernières opérations de bouclage de portefeuilles en ce dernier jour du 1er semestre. Les six premiers mois de l'année s'annoncent comme les pires pour l'indice S&P 500 depuis l'année 1970, également marquée par une période de forte inflation. Le cours du pétrole WTI chute de plus de 3% jeudi, mais affiche un gain d'environ 50% sur le semestre. Les obligations font office de valeurs refuge, renvoyant le taux à 10 ans américain sous la barre des 3%.

A deux heures de la clôture, le Dow Jones cède 0,4% à 30.901 points, tandis que l'indice large S&P 500 recule de 0,28% à 3.808 pts et que le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques et biotechs, lâche 0,59% à 11.112 pts. Depuis le début de l'année, les trois indices cèdent respectivement environ 15%, 20% et 29%... Ils ont enchaîné un deuxième trimestre consécutif dans le rouge pour la première fois depuis 2015. Le S&P affiche son pire mois de juin depuis 2008 et son plus mauvais premier semestre depuis 1970.

L'inflation "core PCE" ralentit en mai

Les marchés demeurent plombés par le risque croissant de récession, dans un contexte de resserrement monétaire agressif face à l'inflation record. Pourtant, l'indice des prix "core PCE" annoncé ce jour ressort moins préoccupant que prévu, ce qui constitue une relative bonne nouvelle, même si les dépenses des ménages ont ralenti sous l'effet de la hausse des prix, faisant craindre pour la croissance.

Les dépenses personnelles des ménages américains ont ralenti à +0,2% en mai sur un mois après un gain de 0,6% en avril, tandis que les revenus ont augmenté de 0,5%, au même rythme qu'en avril. L'inflation mesurée par l'indice "core PCE" publié par le département du Commerce s'est maintenue a augmenté moins que prévu, de 0,3% sur un mois, contre 0,5% de consensus FactSet, soit une hausse de 4,7% sur un an (contre 4,8% de consensus), après +4,9% en avril. Cette mesure très suivie par la Réserve fédérale reste toutefois très supérieure à son objectif de long terme de 2% par an.

Par ailleurs, les inscriptions au chômage ont à nouveau très légèrement reculé la semaine passée aux Etats-Unis, à 231.000, en repli de 2.000 par rapport à la semaine antérieure. Le consensus était positionné à 230.000. La moyenne à quatre semaines s'établit à 237.750, en hausse de 7.250. Enfin, le nombre de chômeurs indemnisés sur la semaine close le 18 juin atteint 1,328 million, en baisse de 3.000 sur sept jours (1,318 million de consensus).

L'indice manufacturier régional PMI de Chicago est ressorti inférieur aux attentes en juin à 56, contre un consensus de 58,3 mesuré par FactSet et après 60,3 en avril. Cet indicateur, inférieur aux attentes, signale un ralentissement de l'expansion de l'activité manufacturière dans la région considérée.

La Fed donne la priorité à la lutte contre l'inflation

Mercredi, les discours de la Fed et de la BCE sont demeurés très prudents concernant leur capacité à lutter contre l'inflation sans peser lourdement sur la croissance. Le président de la Fed Jerome Powell a reconnu qu'un atterrissage en douceur allait être difficile, même s'il l'espère encore éviter une récession.

Selon l'outil FedWatch du CME Group aujourd'hui, la probabilité d'une hausse de taux puissante de 75 points de base le 27 juillet est désormais logée à 78,4% (taux entre 2,25 et 2,5%), contre 21,6% pour la probabilité d'un geste de 50 points de base. Le même outil donne une probabilité de 44,7% à une fourchette de taux de 3,25 à 3,5% mi-décembre, et une probabilité de 33,1% pour la fourchette 3,5 à 3,75%.

Statu quo de l'Opep+ sur sa production

Les cours du pétrole sont en berne jeudi après la décision de l'Opep+ de ne pas modifier sa politique de quotas de production. Le baril de brut WTI perd 3,2% à 106,21$ mercredi sur le Nymex (contrat à terme d'août), tandis que le Brent de mer du Nord de même échéance a reculé de 1,25% à 114,81$.

L'Opep et ses alliés (dont la Russie) ont confirmé jeudi leur intention, déjà annoncée le mois dernier, de relever leur production de 648.000 barils par jour en août, même si les experts estiment que l'alliance de pays producteurs (qui inclut la Russie) n'est pas en capacité de produire suffisamment pour respecter ces quotas. Plusieurs pays, dont le Nigéria, la Libye et l'Equateur, font face à des problèmes de production, tandis que la production de la Russie pâtit des sanctions occidentales.

Il n'y a pas eu de discussion au sein de l'Opep+ concernant la production de septembre et au-delà. Le prochain rendez-vous entre ministres du pétrole des principaux pays producteurs est programmé le 3 août.

Le rendement du T-Bond à 10 ans de retour sous 3%

Les marchés obligataires continuent de faire office de refuge, jeudi, faisant reculer les rendements des emprunts d'Etat. Le taux du T-Bond à 10 ans a ainsi chuté de 10 points de base à 2,98% après avoir frôlé les 3,5% le 14 juin dernier, tandis que le rendement du T-Bond à 2 ans a cède encore 11 pb à 2,94%. Dans la zone euro, le rendement du Bund allemand à 10 ans a plongé de 18 pb pour revenir à 1,33%. Il avait atteint il y a une semaine son plus haut depuis 8 ans et demi à plus de 1,76% avant de corriger.

Du côté des devises, le dollar fait l'objet de prises de bénéfices. L'indice du dollar cède jeudi soir 0,4% à 104,68 pts face à un panier de devises de référence, tandis que l'euro regagne 0,38% à 1,0479$. L'or a encore reculé de 0,6% à 1.807,30$ l'once, selon le contrat à terme d'août sur le Comex. Le bitcoin s'enfonce à environ 19.038$ en soirée, en baisse de 5,6% en 24h.

Des révisions en baisse encore à venir sur les bénéfices des entreprises ?

Alors que les craintes de récession grandissent sur les marchés, à mesure que la Fed relève ses taux directeurs, les investisseurs devraient tourner leur attention ces prochaines semaines vers les résultats des entreprises et leurs perspectives... La saison des publication de comptes du 2e trimestre commence dans quelques semaines, avec la crainte que les analystes abaissent significativement leurs estimations pour la suite de l'année pour refléter le ralentissement de croissance provoqué par le resserrement des conditions financières, ainsi que les pressions toujours élevées sur les prix des intrants et les devises.

Les débats restent ouverts sur l'étendue des ajustements, et le marché sera particulièrement intéressé par les orientations concernant le deuxième semestre. Les analystes tablent actuellement sur des bénéfices (par action) du S&P 500 en augmentation de 4,3% en glissement annuel au deuxième trimestre, ce qui, selon FactSet, représenterait la plus faible expansion depuis le quatrième trimestre 2020 - en baisse par rapport aux 5,9% attendus au début du trimestre.

Sans surprise, la consommation discrétionnaire a connu la plus grande révision à la baisse de tous les grands secteurs, avec Amazon et Target. Alphabet, Meta Platforms et Walt Disney comptent parmi les freins notables du secteur des services de communication, qui a connu la deuxième plus grande révision à la baisse des bénéfices au cours du deuxième trimestre.

VALEURS A SUIVRE

Micron annonce ses comptes après Bourse ce soir ses derniers résultats financiers trimestriels à Wall Street. Constellation Brands et Walgreens Boots Alliance ont publié avant l'ouverture.

Constellation Brands (-4%), le producteur et distributeur américain de boissons alcoolisées, a annoncé pour son premier trimestre fiscal un bénéfice net de 389,5 millions de dollars et 2,06$ par titre, à comparer à une perte de 908 millions de dollars et 4,74$ par action un an auparavant. Le bénéfice ajusté par action a été de 2,90$ sur le trimestre clos, en dehors d'une perte de 24 cents par titre sur l'investissement dans le producteur de cannabis Canopy Growth. Les revenus trimestriels ont totalisé 2,36 milliards de dollars, contre 2,03 milliards sur la période correspondante, l'an dernier. Le consensus de place sur cette période était logé à 2,52$ de bénéfice ajusté par action et 2,16 milliards de facturations.

Walgreens Boots Alliance (-5,9%), la chaîne pharmaceutique américaine, a annoncé une forte baisse de ses bénéfices sur le trimestre clos avec le coût de l'accord sur les opioïdes, ainsi qu'une baisse des ventes pharmaceutiques. Pour le troisième trimestre fiscal, clos fin mai 2022, le bénéfice net part du groupe a corrigé à 289 millions de dollars et 33 cents par titre, contre 1,2 milliard de dollars soit 1,38$ par action un an avant. L'accord avec la Floride sur les opioïdes conclu en mai se chiffrait à 683 millions de dollars. Le bénéfice ajusté trimestriel par action a été de 96 cents, contre 92 cents de consensus. Les revenus trimestriels se sont établis quant à eux à 32,6 milliards de dollars, contre 34 milliards un an plus tôt et 32,06 milliards de consensus FactSet. Les ventes domestiques américaines à comparable ont augmenté de 2,4% hors tabac.

Estée Lauder (-0,5%), le géant des produits de beauté, table sur des charges de 154 millions de dollars avant imposition liées à son plan de restructuration programmé sur deux ans.

Boeing (-1,2%). Le bureau de l'inspection générale du département américain des Transports a effectué un audit de la supervision par l'administration fédérale américaine de l'aviation (FAA) de la production des Boeing 737 et 787.

Pfizer (+3,5%) et son partenaire allemand BioNTech (+7%) ont scellé un accord de 3,2 milliards avec le gouvernement américain pour la livraison cet automne de 105 millions de doses de leur vaccin covid.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Pour toute 1ère ouverture de compte avant le 15 septembre 2022

CODE OFFRE : SUMMER22

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : SUMMER22 lors de votre ouverture de compte.

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 10/08/2022

Wall Street s'apprête à ouvrir en assez nette progression, la publication des chiffres de l'inflation en juillet semblant montrer que la hausse des...

Publié le 10/08/2022

La Bourse de New York a fini en baisse, plombée par le secteur des semi-conducteurs et la tech, dans un contexte d'attentisme avant la publication de données sur l'inflation aux Etats-Unis qui…

Publié le 09/08/2022

La cote américaine a corrigé mardi, en attendant prudemment les chiffres de l'inflation US qui seront connus mercredi...

Publié le 09/08/2022

La cote américaine corrige ce mardi, attendant prudemment les chiffres de l'inflation US qui seront connus demain...

Publié le 09/08/2022

La cote américaine affiche peu d'évolution avant bourse ce mardi, attendant prudemment les chiffres de l'inflation US qui seront connus demain...

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 10/08/2022

MaaT Pharma annonce une mise à jour concernant la demande d'autorisation d'essai clinique déposée auprès de la FDA pour MaaT013 chez les patients atteints de la maladie aiguë du greffon contre…

Publié le 10/08/2022

Vinci Energies a signé un accord visant à acquérir la majeure partie des activités des services IT de Kontron AG (précédemment S&T AG), un des...

Publié le 10/08/2022

Le closing est prévu avant la fin du troisième trimestre 2022

Publié le 10/08/2022

Bic, fabricant d'articles de papeterie, briquets et rasoirs, annonce avoir signé un accord en vue de l'acquisition de la totalité du capital d'AMI (Advanced Magnetic Interaction), une petite…

Publié le 10/08/2022

Voltalia, acteur international des énergies renouvelables, a annoncé le développement au Brésil des projets renouvelables de grande ampleur avec des complexes éoliens, solaires, hydroélectriques…

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne