Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 303.80 PTS
+0.27 %
6 231.00
+0.18 %
SBF 120 PTS
4 956.93
+0.21 %
DAX PTS
15 413.98
-0.3 %
Dow Jones PTS
34 200.67
+0.48 %
14 041.91
+0. %
1.203
+0.45 %

Wall Street rechute, les "technologiques" chahutées

| Boursier | 860 | 2 par 1 internautes

La cote américaine retombe ce jeudi, après le bref rallye de la veille consécutif à l'intervention de Jerome Powell, le patron de la Fed...

Wall Street rechute, les "technologiques" chahutées
Credits Reuters

La cote américaine retombe ce jeudi, après le bref rallye de la veille consécutif à l'intervention de Jerome Powell, le patron de la Fed. Le patron de la banque centrale américaine a rassuré, confirmant la politique ultra-accommodante durable de la Fed et minimisant le risque d'inflation. Powell a confirmé notamment qu'aucun 'tapering' (réduction des achats obligataires) n'était au programme à court terme. Il a adopté un discours prudent concernant l'économie et ne s'est pas alarmé des signaux potentiels de poussée de l'inflation...
Néanmoins, les prises de bénéfices reprennent le dessus ce soir, en particulier sur les grandes valeurs technologiques. Le Dow Jones est orienté en retrait de 1,4% à 31.510 pts, après un gain de 1,35% hier soir. Le Nasdaq abandonne 2,85% à 13.210 pts, après avoir grimpé hier de près de 1%. Le S&P 500 cède près de 2% à 3.850 pts. Le baril de brut WTI se replie de 0,1% à 63,2$ sur le Nymex.

ECO ET DEVISES

D'après le rapport gouvernemental du jour aux États-Unis, le PIB du quatrième trimestre a progressé sur un rythme de 4,1%, niveau proche des attentes du consensus (+4,2%), contre une précédente estimation de 4%. Il s'agit de la seconde des trois estimations du PIB trimestriel américain. Rappelons que la croissance américaine avait atteint un record de plus de 33% sur le troisième trimestre 2020, après un plongeon expliqué par la crise sanitaire. L'indice de prix rattaché au PIB a grimpé sur un rythme de 2,1% au quatrième trimestre, contre 2% de consensus.

Les commandes américaines de biens durables du mois de janvier se sont établies quant à elles en vive croissance de 3,4%, contre un consensus de 1% et une hausse de 0,5% un mois plus tôt. Hors transport, les commandes se sont améliorées de 1,4% en janvier, contre 0,6% de consensus et 1,1% un mois avant.

Les inscriptions au chômage ont davantage reculé que prévu la semaine passée aux Etats-Unis. Le Département américain au Travail vient ainsi en effet d'annoncer, pour la semaine close au 20 février, que les inscriptions au chômage ont atteint 730.000, en repli de 111.000 par rapport à la lecture révisée de la semaine antérieure de 841.000. Le consensus était positionné à 825.000.

D'après la National Association of Realtors américaine ce jeudi, l'indice des promesses de ventes de logements aux Etats-Unis pour le mois de janvier est ressorti en retrait de 2,8% en comparaison du mois antérieur, alors qu'il était attendu stable. La lecture du mois de décembre a été révisée par ailleurs en hausse à +0,5%, contre -0,3% précédemment estimé.
Demain vendredi, l'agenda économique américain sera encore chargé, avec la balance commerciale, les revenus et dépenses des ménages, le PMI de Chicago ou l'indice de confiance de l'Université du Michigan.

Sur le front sanitaire cette fois, le déploiement des vaccins se poursuit, avec par ailleurs un avis favorable de la FDA concernant celui de Johnson & Johnson. L'autorité américaine de santé juge ainsi le vaccin de J&J particulièrement efficace contre les formes graves du nouveau coronavirus... Selon le dernier bilan de l'Université Johns Hopkins, le nombre de cas confirmés dans le monde depuis le début de la pandémie approche des 113 millions, dont plus de 28 millions aux USA. Le virus a fait 2,5 millions de morts dans le monde depuis son émergence, dont 505.899 aux Etats-Unis.
Le pétrole revient sous les 67$ le brent ce soir à 66,55$. L'euro pointe à 1,2175/$.

LES VALEURS

Best Buy (-10%), le colosse américain de la distribution de produits électroniques, a publié pour son quatrième trimestre fiscal, clos fin janvier, des ventes à comparable en augmentation de 12,6% contre 14% de consensus. Le titre corrige donc à Wall Street, alors que la guidance annuelle est prudente après la flambée de la demande due au coronavirus. Sur l'année entamée, le groupe vise une performance à comparable allant de -2% à +1%, alors que les analystes tablaient sur une augmentation de 1,6%. Les revenus trimestriels sont ressortis à 16,9 milliards, contre 15,2 milliards un an avant. La marge opérationnelle ajustée a été de 6,9%. Le bénéfice ajusté par action est ressorti à 3,48$ contre 2,9$ un an plus tôt.

Nvidia (-8%), le géant des processeurs graphiques, recule à Wall Street ce jour, au lendemain d'une publication financière pourtant solide. Sur le trimestre clos, le groupe a réalisé des revenus de 5 milliards de dollars pour un bpa ajusté de 3,1$, contre un consensus situé à 4,8 milliards de recettes et 2,81$ de bpa. Les ventes se sont envolées ainsi de 61% en glissement annuel avec la demande des centres de données et du segment gaming. C'est la première fois que les ventes trimestrielles dépassent les 5 Mds$. Le bénéfice net trimestriel est ressorti à 1,46 milliard de dollars soit 2,31$ par titre. Pour le premier trimestre, Nvidia anticipe des revenus allant de 5,19 à 5,41 Mds$, largement supérieurs aux attentes.

ViacomCBS (-3,6%) a publié hier soir des comptes mitigés, mais dit anticiper 75 millions d'abonnés streaming à fin 2024. La stratégie streaming du groupe, connu pour Paramount Pictures, CBS et Nickelodeon, semble convaincre, avec un service 'Paramount Plus' jugé prometteur. Les revenus streaming sont espérés à 7 milliards de dollars en 2024. Pour le trimestre clos, ViacomCBS a réalisé un bénéfice net pdg de 783 millions de dollars et 1,26$ par titre, contre une perte un an avant. Le bpa ajusté a été de 1,04$ contre 1,02$ de consensus.

Tesla (-5,5%) est chahuté en bourse ce jour, alors que selon l'agence Bloomberg, le constructeur de véhicules électriques devrait suspendre la production de la Model 3 dans son usine de Fremont en Californie.

Boeing (-4,3%) envisageait de remplacer les capots des moteurs de ses appareils 777 plusieurs mois avant deux incidents graves dont celui d'United Airlines le week-end dernier à Denver, croit savoir le Wall Street Journal, citant un document interne de l'administration fédérale américaine de l'aviation.

GameStop (+88%), valeur préférée des nouveaux 'traders sociaux' américains, a plus que doublé hier soir à Wall Street sur un nouvel accès d'euphorie, et semble poursuivre sur cette tendance ce jour. Le mouvement pourrait aussi entraîner les autres valeurs phares des nouveaux boursicoteurs américains, qui jouent les dossiers les plus vendus à découvert. AMC (+9%) est notamment à surveiller.

Moderna (+4%), le laboratoire américain, envisage de réaliser 18,4 milliards de ventes sur son vaccin covid cette année. Le groupe entend produire 700 millions de doses sur l'année. Moderna a aussi annoncé le départ programmé pour fin septembre de son directeur médical Tal Zaks.

Pfizer (stable), qui propose un autre vaccin avec son partenaire allemand BioNTech (-1%), avait annoncé plus tôt ce mois envisager des ventes de 15 milliards de dollars en 2021 sur ce produit.

Merck (stable) va de son côté s'offrir la firme de biotechnologies Pandion Therapeutics pour 60$ par titre, soit un montant en cash de 1,85 milliard de dollars, dans les thérapies auto-immunes.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 2
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/04/2021

La tendance est toujours en légère hausse à la Bourse de Paris à la mi-journéeLe CAC 40 continue sur sa lancée et oscille à présent très légèrement au-dessus des 6 300 points dans le…

Publié le 19/04/2021

L'annonce a fait l'effet d'une bombe dans le milieu du football: cette nuit, douze clubs de football anglais, espagnols et italiens, parmi les plus puissants et influents du monde du sport, ont…

Publié le 19/04/2021

Forte remontée des cours...

Publié le 19/04/2021

Air France KLM est dans une position de trésorerie acceptable aujourd'hui...

Publié le 19/04/2021

Korian monte de 1% ce lundi à 31,60 euros, alors que le groupe se renforce en Allemagne avec l'acquisition d'Intensivpflegedienst Lebenswert GmbH...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne