5 390.63 PTS
-1.10 %
5 400.50
-0.78 %
SBF 120 PTS
4 323.31
-1.01 %
DAX PTS
12 677.97
-1.22 %
Dowjones PTS
24 697.17
-1.16 %
7 192.70
-0.81 %
Nikkei PTS
22 278.48
-1.77 %

Wall Street rebondit, malgré le risque géopolitique

| Boursier | 415 | Aucun vote sur cette news

Wall Street rebondit ce lundi, après avoir grandement souffert la semaine dernière de l'escalade des menaces entre Washington et Pyongyang...

Wall Street rebondit, malgré le risque géopolitique

Wall Street rebondit ce lundi, après avoir grandement souffert la semaine dernière de l'escalade des menaces entre Washington et Pyongyang. Les marchés commencent donc visiblement à s'habituer à l'incertitude géopolitique. Le DJIA s'offre un sursaut de 0,66% à 22.002 pts, alors que le Nasdaq prend 1,17% à 6.330 pts. Le S&P500 grimpe de 0,97% à 2.465 pts.

Sur le Nymex américain, le baril de brut (contrat de septembre) reste très incertain et abandonne maintenant 1,6% à 48$.

Eddie Calvo, le gouverneur du territoire de Guam visé par la Corée du Nord, a défendu les propos récents de Donald Trump, qui avait menacé Pyongyang du "feu et de la fureur", précisant que les solutions militaires étaient déjà en place et prêtes à l'emploi. Calvo qualifie Kim Jong-un, dirigeant nord-coréen actuel, de "petite brute qui détient des armes très fortes". Le gouverneur de Guam juge donc que la réaction très forte de Trump est justifiée. "En ce qui me concerne, en tant que citoyen américain, je veux un président qui affirme que si une quelconque nation telle que la Corée du Nord attaque Guam, attaque Honolulu, attaque la Côte Ouest, elle rencontrera l'enfer et la fureur"... D'autres responsables américains ont minimisé quant à eux le risque d'affrontement réel avec la Corée du Nord...

Il n'y aura pas de statistiques notables de conjoncture outre-Atlantique ce lundi. Demain mardi, toutefois, les opérateurs pourront suivre les ventes américaines de détail, l'indice manufacturier Empire State, les prix à l'import, les stocks des entreprises, ainsi que l'indice du marché immobilier de la NAHB...

Sysco a publié ses derniers comptes trimestriels avant bourse ce jour à Wall Street. Il s'agit de la seule annonce notable du jour de ce point de vue.

VALEURS DU JOUR

Sysco (-1%), le groupe américain de distribution alimentaire basé à Houston, a annoncé pour son quatrième trimestre fiscal 2017 des revenus en croissance de 5,7% à 14,4 Mds$. A comparable, les ventes se sont appréciées de 3,4% à 13,1 Mds$. Le bénéfice opérationnel trimestriel a progressé de 2% à 558 M$ (+6,1% à 667 M$ sur une base ajustée). Le bénéfice par action a grimpé à 57 cents (72 cents sur une base ajustée et 70 cents à comparable). Le consensus était précisément de 72 cents de bpa ajusté, pour 14,3 Mds$ de revenus.

Sur l'ensemble de l'exercice, les revenus ont grimpé de 9,9% à 55,4 Mds$, pour un bénéfice opérationnel en croissance de 11% à 2,1 Mds$.

Tesla (+2%), le concepteur californien de véhicules électriques, a levé 1,8 milliard de dollars sur le marché de la dette (rendement de 5,3% sur cette offre 'junk-bond'). Les spécialistes espéraient une levée de 1,5 Md$.

Procter & Gamble (+1%). Le fournisseur américain de produits de consommation demande aux actionnaires de ne pas appuyer les propositions de l'investisseur activiste Nelson Peltz, qui entend obtenir un siège au conseil d'administration de P&G et demande au groupe d'importantes réductions de coûts.

BlackRock (+1%). La firme Third Point de l'investisseur Dan Loeb a pris une participation d'une valeur de 679 M$ au capital du géant financier BlackRock durant le deuxième trimestre.

VF Corp (+2%), connu pour ses marques The North Face ou Timberland, entend acquérir Williamson-Dickie Mfg. Co., le propriétaire de Dickies, pour 820 M$ en numéraire. VF anticipe un impact relutif de 2 cents sur bénéfice par action de l'exercice en cours.

Fiat Chrysler (+9%) gagne du terrain à Wall Street. 'Automotive News' croit en effet savoir que des représentants d'un acteur automobile chinois auraient effectué au moins une offre durant le mois passé, pour mettre la main sur Fiat.

JD.com (-4%), le numéro deux chinois du commerce en ligne, challenger d'Alibaba, régresse à Wall Street. JD a creusé en effet sa perte sur le trimestre clos, du fait d'une forte croissance de plus de 60% des dépenses en marketing.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/06/2018

Geci annonce la signature d'un partenariat avec la société israélienne CyberX pour répondre aux défis de la cybersécurité...

Publié le 19/06/2018

      Paris, le 19 juin 2018       Réponses du Conseil d'administration de SOFRAGI aux questions écrites posées par la…

Publié le 19/06/2018

Acquisition d'une base logistique frais sur la commune de Wissous

Publié le 19/06/2018

                                                                                  Communiqué de…

Publié le 19/06/2018

L'activité observée depuis le 1er avril 2018 s'inscrit en légère progression