En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 351.49 PTS
-4.23 %
4 311.50
-4.97 %
SBF 120 PTS
3 414.93
-4.22 %
DAX PTS
9 632.52
-3.68 %
Dow Jones PTS
21 636.78
-4.06 %
7 588.37
-3.91 %

Wall Street rebondit, après un krach magistral

| Boursier | 1084 | 5 par 1 internautes

Les marchés demeurent extrêmement nerveux ce vendredi, mais la tendance au rebond se confirme, y compris à Wall Street où le S&P500 s'adjuge 3,39%...

Wall Street rebondit, après un krach magistral
Credits Reuters

Les marchés demeurent extrêmement nerveux ce vendredi, mais la tendance au rebond se confirme, y compris à Wall Street où le S&P500 s'adjuge 3,39% désormais à 2.564 pts. Le DJIA avance pour sa part de 2,94% à 21.823 pts, tandis que le Nasdaq grimpe de 3,71% à 7.468 pts. Ce sursaut notable, essentiellement technique, intervient au lendemain du pire krach boursier depuis 1987. L'indice dollar progresse de 0,8% à 98,2. Le baril de brut WTI remonte péniblement de 2,7% à 32,3$, alors que le Brent de la mer du Nord prend 2,4% à 34$. L'once d'or décline de 1,1% à 1.573$.

Hier soir, l'indice historique Dow Jones s'était effondré de 9,99% soit... 2.352 pts à 21.200 pts, alors que le S&P500 avait plongé de 9,51% à 2.480 pts. Le Nasdaq avait décroché de 9,43% à 7.201 pts.

Sur le front économique outre-Atlantique ce jour, les prix à l'import ont décliné de 0,5% (contre un consensus de -0,6%) et les prix à l'export de 1,1% (-0,5% anticipé) au mois de février 2020, en comparaison du mois précédent. En glissement annuel, les prix à l'import ont baissé de 1,2% et les prix à l'export de 1,3%.

L'indice préliminaire du sentiment des consommateurs américains pour le mois de mars 2020, mesuré par l'Université du Michigan, est ressorti à 95,9, contre 98 de consensus et 101 pour la lecture finale du mois de février 2020.

En Asie ce matin, l'indice composite chinois SSE a reculé de 1,23% à 2.887 pts. Le Nikkei a plongé de 6,08% à 17.431 pts. Le Kospi sud-coréen a abandonné 3,43% à 1.771 pts.

Le rebond du jour à Wall Street et en Europe est à prendre avec des pincettes, alors que les opérateurs demeurent très attentifs aux annonces concernant les actions des banques centrales et des gouvernements, et que la propagation du coronavirus se confirme pour l'heure hors de Chine. Les réactions, parfois tardives mais désormais fortes, de certains pays face au virus, semblent rassurer quelque peu concernant la gestion de la crise sanitaire. Du côté des banquiers centraux, les opérations de liquidités se multiplient, Fed de New York en tête. RBA et BoJ sont également sur le pont. La BCE de Christine Lagarde, qui avait hier déçu, semble assouplir encore son discours.

La Banque Populaire de Chine maintient son effort, annonçant ce vendredi une baisse des réserves obligatoires imposées à certaines banques du pays afin de libérer 550 milliards de yuans (70 MdsE environ) de liquidités. La Banque de Corée dit pour sa part suivre avec attention la situation et entend agir si nécessaire.

La Banque de Norvège a réduit son taux directeur de 0,5 point à 1%. La BCE a affirmé enfin qu'elle avait la capacité de réduire ses taux si nécessaire, même si l'outil ne serait pas le plus adapté pour l'heure. Philip Lane, chef économiste de la BCE, a publié un message justifiant les décisions de la veille de la Banque, soulignant tout comme Christine Lagarde la probabilité de perturbations économiques significatives. Selon Lane, l'objectif clair des actions prises est de limiter l'impact du coronavirus (!). L'économiste insiste sur le besoin d'une action coordonnée et ambitieuse des gouvernements sur le plan fiscal. Il explique encore que la politique monétaire sert à éviter un durcissement des conditions financières en opérant des achats d'actifs, en préservant la liquidité et en protégeant le flux de crédit. La BCE se tiendrait néanmoins prête à faire plus si besoin.

L'Union européenne va mettre en place un fonds de 37 milliards d'euros pour contrer l'impact du coronavirus, a affirmé la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen. L'UE restera souple en matière d'application des règles communautaires sur les déficits budgétaires et les aides d'Etat. Elle apportera sa garantie à huit milliards d'euros de prêts destinés à 100.000 entreprises européennes...

Les conditions de survente et l'interdiction de certaines ventes à découvert en Europe fournissent également des arguments au sursaut des marchés.

Aux États-Unis cette fois, les démocrates de la Chambre des Représentants seraient proches d'un accord avec la Maison blanche sur un plan d'aide face au coronavirus. Selon Reuters, Nancy Pelosi, présidente de la Chambre des Représentants des USA, aurait indiqué en effet que les législateurs et la Maison blanche seraient proches d'un accord sur ce package tant attendu. La législation pourrait être portée au vote de la Chambre ce jour, la majeure partie des divergences ayant été surmontées.

"Si vous voulez mettre de l'argent entre les mains des gens rapidement et efficacement, laissez-les avoir tout l'argent qu'ils ont gagné, APPROUVEZ UNE RÉDUCTION DE TAXE SUR LES SALAIRES jusqu'à la fin de l'année, le 31 décembre. Alors, vous faites quelque chose de vraiment significatif. Seul cela fera une grande différence!", a lancé Trump sur Twitter il y a quelques instants.

Le Secrétaire au Trésor Steven Mnuchin a jugé ce jour que l'impact sur l'économie américaine de l'épidémie actuelle de coronavirus Covid-19 devrait être de court terme. L'administration américaine évaluerait toutefois toutes ses options pour contrer l'impact du virus. Sur CNBC, Mnuchin a donc relativisé, assurant que le Trésor américain et la Fed travaillaient pour garder les marchés ouverts et fournir "une liquidité illimitée". Par ailleurs, les négociations de la Maison blanche avec les législateurs démocrates seraient positives, en vue d'un package économique d'aide "proche" d'une adoption. Quoi qu'il en soit, Mnuchin promet de "regarder tous les outils".

Trump, qui avait initialement fortement minimisé l'impact du virus, prend désormais toute la mesure des risques. Il promet que les tests auront bientôt lieu à grande échelle, sans fournir toutefois de détails sur ce processus. "Les changements ont été effectués et les tests se produiront bientôt à grande échelle", a tweeté Trump. Le leader américain tacle au passage les CDC (Centers for Disease Control & Prevention) et leur système de test jugé "toujours inadéquat et lent pour les pandémies de grande ampleur".

Donald Trump n'en démord pas, la Fed doit par ailleurs encore baisser ses taux. "La Réserve Fédérale doit FINALEMENT abaisser ses taux vers quelque chose de comparable à ses banques centrales concurrentes. Jay Powell et son groupe nous placent en position de désavantage économique et physiologique décisif. Ça n'aurait jamais dû être comme ça. Aussi, STIMULEZ!", a ainsi asséné le leader américain sur Twitter ce jour.

Mardi, Trump s'était déjà montré très agressif. "Notre pathétique et lente Réserve Fédérale, dirigée par Jay Powell, qui a relevé les taux trop vite et les a abaissés trop tard, devrait ramener nos Taux vers le bas au niveau de ceux des nations concurrentes. Ils disposent maintenant d'un avantage allant jusqu'à deux points, avec une aide encore plus importante sur les devises. Stimulez aussi!", avait lancé le président américain. "La Fed doit être un leader, pas un suiveur très tardif, ce qu'elle a été!", ajoutait alors Trump.

La Fed n'a pourtant pas attendu le 18 mars pour ajuster sa politique monétaire, agissant par surprise le 3 mars dernier face à la situation exceptionnelle née de la crise sanitaire du coronavirus Covid-19. La Banque avait opté pour un geste fort, une baisse des taux d'un demi-point sur les 'fed funds', dont le taux est désormais ramené entre 1 et 1,25%.

Les valeurs

Adobe (+10%) grimpe. Le groupe ne voit qu'un impact modeste du coronavirus pour l'heure, et a publié par ailleurs pour son premier trimestre fiscal des bénéfices et revenus supérieurs aux attentes. Le bénéfice net est ressorti à 955 M$ et 1,96$ par titre, contre 674 M$ un an avant. Le bpa ajusté a représenté 2,27$ contre 2,23$ de consensus. Les revenus du second trimestre fiscal sont attendus à 3,175 Mds$ pour un bpa ajusté de 2,35$, ce qui ressort assez proche des attentes.

Oracle (+14%), le géant des logiciels d'entreprises, bondit également. Les comptes du groupe ont dépassé les attentes, soutenus par les services cloud. Oracle a réalisé des revenus en croissance de 2% à 9,8 milliards de dollars, alors que le bénéfice net s'est établi à 2,57 milliards de dollars soit 79 cents par titre (2,75 Mds$ un an avant). Le groupe californien a dégagé un bpa ajusté trimestriel de 97 cents, contre 96 cents de consensus.

Broadcom (-2%) demeure incertain à Wall Street. Le groupe vient de retirer sa guidance annuelle, après avoir annoncé des comptes du premier trimestre inférieurs aux attentes. La guidance du second trimestre fiscal va de 5,55 à 5,85 Mds$ de revenus. Le groupe a réalisé au premier trimestre un bpa de 5,25$ et des revenus de 5,85 Mds$, alors que le consensus était de 5,33$ de bpa pour 6 Mds$ de facturations.

Gap (+12%) gagne du terrain. Le groupe a battu le consensus de place au quatrième trimestre, mais juge qu'il est impossible d'estimer l'impact du virus. Le détaillant américain a réalisé sur le trimestre une perte de 184 M$ soit 49 cents par titre, mais son bpa ajusté est ressorti à 58 cents contre 41 cents de consensus. Les revenus trimestriels ont augmenté de 1% à 4,7 Mds$, contre 4,5 Mds$ de consensus. Le bpa ajusté annuel est attendu entre 1,80 et 1,92$ par titre, mais cette guidance n'incorpore pas l'impact de l'épidémie de Covid-19.

Walt Disney (+8%) a annoncé les fermetures temporaires de Disneyland Resort et du Disney California Adventure Park d'Anaheim en Californie, face à la pandémie de coronavirus.

Amazon (+4%) s'est félicité de la décision du Pentagone de reconsidérer les aspects techniques du fameux contrat JEDI attribué à Microsoft.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON FÊTE SA 1ÈRE ANNÉE

Découvrez le contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 mars 2020 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 27/03/2020

Xilam Animation présente les mesures prises par la société dans le cadre de la crise sanitaire Covid-19...

Publié le 27/03/2020

Le groupe Vicat a annoncé que les perspectives 2020, présentées le 14 février 2020 dans le cadre des résultats 2019, devront désormais être revues en fonction du potentiel impact du Covid-19…

Publié le 27/03/2020

Delfingen a publié un résultat net part du groupe en hausse de 48% à 8,5 millions d'euros pour l'exercice 2019. L'EBITDA ressort à 28,4 millions d'euros (+58%) dont +5,2 millions d'impact des…

Publié le 27/03/2020

Le résultat net, intégrant 3,8 ME de charges exceptionnelles additionnelles, s'élève à -24,4 ME

Publié le 27/03/2020

EssilorLuxottica a annoncé qu'au vu de l'évolution de l'épidémie de Covid-19 et de la probable incertitude prolongée qu'elle engendre, la société a décidé d'arrêter l'exécution de son…